Les intégrales de l’été (5e partie) : Paquet mise aussi sur elles !

28 août 2017 3 commentaires
  • A l’image de ses concurrents, l'éditeur suisse Paquet propose lui aussi une série d’intégrales qui ne cesse de s’enrichir au fil des semaines. Une belle occasion non seulement de revisiter quelques séries-phares de l’éditeur et d'opérer d’agréables (re-)découvertes.

Avec Caroline Balwin, c’est le retour d’une héroïne emblématique des années 90, née dans les pages du magazine (A SUIVRE) qui est à l’honneur à travers une série de quatre albums au format généreux (24 x 32). La parution de ces livres devrait s’étaler jusqu’à l’automne et intégrer au passage une aventure inédite.

Une héroïne atypique

Venu de la bande dessinée pour enfants (Les Aventures de Charlotte ou de Bouchon le petit cochon éditées chez Casterman) André Taymans aborda avec cette série, une démarche singulière associant la limpidité d’une ligne claire parfaitement maîtrisée et un renouvellement dans la description des personnages dont notamment celui de la principale héroïne. La jolie brune détective privée américaine, aux origines indiennes et aux amours instables se révèle atypique : dépressive, portée sur la boisson, et même porteuse du VIH ! Une petite révolution dans le bouillonnement éditorial des années 1990 mais bien dans l’air de l’époque. Si la jeune femme ne se montre guère avare pour nous dévoiler ses charmes, elle persiste en dépit de ses préoccupations existentielles et personnelles à traquer l’injustice, à déjouer de sombres intrigues mêlant argent, sexe ou politique. Voilà un bel écrin pour une série injustement oubliée et dont Anne Matheys rappelle en détails la genèse dans un dossier très documenté richement illustré.

Les intégrales de l'été (5e partie) : Paquet mise aussi sur elles !
"Caroline Baldwin", une série signée André Taymans
© Taymans / Ed. Paquet

La plupart des grandes séries de l’éditeur sont également présentes au rendez-vous des reprises. Ainsi la série Malouines de Walther Taborda et Nestor Barron consacrée au conflit aérien qui opposa chasseurs argentins et anglais est désormais disponible sous forme d’un volume unique rassemblant les trois épisodes. La collection Cockpit comprend deux autres séries reprises en intégrales dont le célèbre Grand Duc de Romain Hugault et Yann ou encore Le Passeur de Pierre-Paul Verelst et Brice Bingono. De belles lectures en perspective pour tout amateur d’aéronautique !

"Malouines" de Walther Taborda et Nestor Barron. Un dessin hyoer-réaliste.
© Walther Taborda, Nestor Barron et Ed. Paquet

D’autres grandes signatures sont réunies dans cet inventaire, comme Tony Sandoval dont l’album Nocturno, une de ses œuvres parmi les plus ambitieuses et les plus exigeantes se retrouve dans les bacs. Du même, mais côté scénariste, le diptyque Les Échos invisibles mis en images par Grazi la Padula est de nouveau disponible intégrant deux volumes parus en 2012 et 2014 et sans doute passés inaperçus auprès du grand public.

Les intégrales comme seconde chance pour des séries déjà confirmées ? C’est le pari envisagé pour certaines noyées dans une actualité éditoriale riche et peut-être trop abondante. C’est notamment le cas avec la reprise de La Chronique des immortels de Von Eckartsberg et Chaiko, ou encore de Vieille Bruyère et bas de soie. Cette trilogie policière aux multiples rebondissements créée par Étienne Willem, fraîchement récompensée par le Grand Prix 2017 du festival Wallonie BD, s’offre ainsi une seconde jeunesse.
Cette intégrale permet de redécouvrir la première série de l’auteur de L’Épée d’Ardenois (même éditeur). La solidité du trait du dessinateur et le caractère attachant des personnages de ce scénario à "la Agatha Christie", fournissent l’occasion de voyager, d’Écosse aux Indes coloniales, en passant par le plus profond du Londres de l’entre-deux-guerres ! Willem est particulièrement présent ces temps-ci avec le second tome des Ailes du singe et un superbe Art book, publiés chez Paquet, également.

"Vieille Bruyère et bas de soie" d’Étienne Willem.
© Étienne Willem et Ed. Paquet.

On relèvera aussi au rayon intégrales la présence de l’album Elle de Fanny Montgermont dans la collection Mémoire. L’épopée de cette étrange jeune fille au milieu des ruines de la Seconde Guerre mondiale bouscule les représentations traditionnelles du conflit. A travers les yeux bleus et le visage d’ange de Michelle, cet auteur dont le travail reflète toujours une profonde sensibilité nous invite à un voyage inédit au carrefour de la poésie et de l’histoire contemporaine. Une œuvre dont l’occasion nous est donnée ici d’apprécier la sensibilité et l’originalité.

"Elle" de Fanny Montgermont
© Fanny Montgermont, Ed. Paquet.

La collection Place du Sablon, récemment intégrée au groupe Paquet propose des rééditions qui ne manquent pas d’intérêt. C’est le cas avec Les Casseurs de bois, série mythique qui fit les beaux jours d’une certaine BD cherchant à associer intrigues et découverte d’activités sportives. Un style narratif particulièrement présent dans ce qu’on appelait encore la presse illustrée et qui vit son âge d’or des années soixante à la fin des années soixante-dix. Trois piliers de Spirou : Mittéï, Piroton et un jeune assistant : Francis Carin imaginent alors de mettre en images des intrigues policières menées par un groupe de jeunes fous de maquettes. Piroton à qui l’on doit la série Jess Long dans les pages du magazine Spirou étant lui même un grand amateur d’aéromodélisme. Si les intrigues conservent un caractère désuet en partie dû la faiblesse de scénarios souvent réduits au cercle fermé des amateurs, la réédition de ces histoires apporte une contribution non négligeable à l’indispensable travail de mémoire de la bande dessinée franco belge.

"Elle" de Fanny Montgermont
© Fanny Montgermont, Ed. Paquet.

Les plus nostalgiques retrouveront Petzi et Ursula de Carla et Wilhem Hansen, gentille série animalière qui renvoie à l’âge d’or de la BD danois. Une série de strips qui met en scène les aventures maritimes et bucoliques des ces deux sympathiques oursons qui connurent leur heure de gloire dans les années 1950 à 1960.

Relectures ou simples découvertes, de belles occasions de finir l’été en douceur avant le retour de séries mainstream sur lesquelles nous reviendrons.

"Petzi et Ursula" de Carla et Wilhem Hansen, sous le label "Place du Sablon" des éditions Paquet

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Merci pour votre article. Petit rectificatif cependant. Caroline Baldwin est née en juillet 1996 dans les pages de (À suivre). Difficile donc, pour elle, d’être "une série emblématique des années 80" ! Des années 90 ou 2000, ok ! 😉

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 28 août 2017 à  15:14 :

      Merci André !

      On corrige de ce pas cette coquille !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Patrice Gentilhomme le 28 août 2017 à  17:10 :

      Don’t acte ! Sans doute la preuve qu’on ne voit pas le temps passer à la lecture de cette belle série. C’est corrigé !

      Répondre à ce message