Greg Shaw, portrait d’un expérimentateur atypique

22 avril 2010 7 commentaires
  • Le Centre Belge de la Bande Dessinée expose l’unique dessin original de {Travelling Square District}, une bande dessinée conceptuelle de Greg Shaw. L’occasion de dresser le portrait d’un auteur particulièrement original.

Depuis quelques années, Greg Shaw s’affirme comme l’un des plus intéressants auteurs de la bande dessinée expérimentale. Né en 1979 à Gand, Shaw suit les cours de Gilles Demoortel à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Durant ce cursus, il développe son goût pour les bandes dessinées à contraintes, et planche sur sa première œuvre. Il se souvient : « J’étais encore à l’Académie lorsque j’ai dessiné Parcours pictural. Comme je trouvais ce récit publiable, je l’ai proposé a une vingtaine de maisons. Atrabile a été quasiment la seule à vouloir l’éditer. »

Greg Shaw, portrait d'un expérimentateur atypique
Parcours Pictural
© Shaw - Atrabile

En 2005, Parcours pictural paraît chez l’éditeur suisse. C’est un album qui surprend et interroge sur les limites de la bande dessinée. L’auteur démontre son intérêt pour l’abstraction : « J’avais réalisé une planche abstraite au tout début de ma formation. Quelques années plus tard, j’ai repris cette idée pour en faire un livre. L’intérêt était de travailler uniquement sur le découpage, sans se soucier du dessin ou du scénario. Ce retour à la base de la BD permet de repartir vers d’autres pistes jamais ou très peu explorées. »

En 2006, Greg Shaw publie Veuve poignet à la Cinquième Couche. Ce petit manuel d’onanisme minimaliste laisse penser que l’auteur est un adepte de l’humour pince-sans-rire britannique. Ce dont il se défend : « Peut-être bien, je connais très mal l’humour britannique. Le coté humoristique n’est pas forcément voulu, je suis sans doute un peu pince-sans-rire moi-même. »

JPEG - 7.1 ko
Veuve Poignet
© Shaw - La Cinquième Couche

Depuis ces premiers livres, Shaw n’a eu de cesse de jouer avec les limites de la bande dessinée. Il a collaboré aux revues Stupre, Eisner, et participé au collectif 40075km comics de l’Employé du Moi.

JPEG - 47.4 ko
Greg Shaw
Photo : D.Pasamonik (L’Agence BD)

En 2010, paraît aux éditions Sarbacane son livre le plus imposant à ce jour : Travelling Square District. L’auteur revient sur sa genèse : « Les contraintes formelles sont essentielles pour moi. Là où elle pourrait être un obstacle pour d’autres, elle me permettent de garder un rythme constant et de trouver des solutions auxquelles je n’aurais probablement jamais pensé. L’idée de Travelling Square District vient du premier chapitre de Parcours pictural. Il s’agissait aussi d’un travelling horizontal et vertical le long de formes qui pourraient être des buildings. Quelqu’un m’avait demandé un jour si j’avais dessiné cette image de Parcours pictural entièrement. Je ne l’avais pas fait, mais cette question m’a bel et bien inspiré le concept de Travelling Square District. »

JPEG - 134.9 ko
Tout l’album tient dans cette image, que l’on va explorer au grè d’un travelling de 144 pages
© Shaw - Sarbacane

L’exposition consacrée à cet album se tiendra du 20 avril au 16 mai 2010 à la Gallery du Centre Belge de la Bande Dessinée qui prouve pour l’occasion son ouverture à la bande dessinée moderne. L’institution démontre ainsi son intérêt pour d’autres auteurs que les classiques de la BD franco-belge. Un passéisme qu’on avait souvent tendance à lui reprocher, et qui semble ne plus être de mise.

JPEG - 146 ko
L’exposition se compose de parties du dessin original de la couverture, placées dans leur contexte, avec une impression couleur sur le passe-partout.

|center>

En médaillon : Greg Shaw. Toutes les photos de cet article sont ©DR, sauf mention.

Exposition accessible du 20 avril au 16 mai 2010.
Ouvert du mardi au dimanche, de 10 à 18 heures.

Centre Belge de la Bande Dessinée
Rue des Sables 20
1000 Bruxelles
Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76
visit@cbbd.be

Commander Travelling Square District chez Amazon ou à la FNAC

Commander Veuve poignet chez Amazon ou à la FNAC

Commander Parcours pictural chez Amazon ou à la FNAC

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  7 Messages : Participez à la discussion
  • Greg Shaw, portrait d’un expérimentateur atypique
    22 avril 2010 20:17, par Oncle Francois

    Mon dieu, mon dieu, mon dieu.... la seule photo que je trouve sympa est celle où il pose devant sa bibliothèque (il m’a d’ailleurs sembler y reconnaitre les Intégrales Franquin de Rombaldi). Je me demande où mèneront toutes ces recherches...

    Répondre à ce message

    • Répondu par blabla le 23 avril 2010 à  07:43 :

      Avez-vous fait l’effort de lire cette BD ?
      Il serait plus intéressant de connaître votre avis, sur le récit d’une part et sur l’esthétisme des dessins d’autre part.

      blabla

      Répondre à ce message

    • Répondu le 23 avril 2010 à  07:58 :

      Mais pourquoi, grand dieu, ce monsieur François s’obstine-t-il à passer pour un idiot ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 23 avril 2010 à  20:35 :

        Si j’étais vraiment idiot, ce livre se serait déjà vendu à 100 000 exemplaires, voire plus, car il y a plein de gens intelligents en France, notamment dans les librairies BD. Pour ma part, je n’ai rien contre un livre travelling, mais alors pourquoi ne pas commencer avec des auteurs comme Moebius (la double-page d’Arzak est un vrai tableau), Bilal ou Druillet (ses doubles page de Lone Sloane) ? Ici, le trait rappelle celui de Chris Ware qui m’a donné bien des migraines par le passé, rappellez-moi quand les expérimentations auront donné un résultat concluant.

        Répondre à ce message

        • Répondu par blabla le 24 avril 2010 à  09:55 :

          N’oublions pas non plus qu’il s’agit d’un petit nouveau qui, bien évidemment ne se vendra pas immédiatement à 100 000 exemplaires comme vos livres qui sont plus connus je crois, mais qu’en était-il de votre premier bouquin. En avez-vous souvenance ?
          De plus, le modernisme ne plait jamais à tout le monde, et c’est probablement plus une bd pour la génération de l’auteur et les suivantes, que pour la nôtre.
          Bien à vous
          BLABLA

          Répondre à ce message

        • Répondu par david t le 24 avril 2010 à  17:11 :

          mais non, on ne vous rappellera pas, « oncle françois ». on gardera ces intenses plaisirs pour nous, qu’est-ce que vous croyez.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 23 avril 2010 à  10:50 :

      Il s’agit de la bibliothèque du CBBD.

      Répondre à ce message