"Je n’ai jamais dit je t’aime" : l’expression des sentiments selon Alexandre de Moté

13 février 2018 0 commentaire
  • Dans ce bref ouvrage au trait vif et changeant comme des sentiments, Alexandre de Moté dessine la difficulté à exprimer son attachement à ceux qu'il aime. Comment dire l'amour d'un fils pour son père ou d'un homme pour une femme ? Avec un mot, un geste ou un dessin, ce dessin qui est aussi un refuge et une passion.

S’exprimer pour accepter la douleur due à une rupture amoureuse : c’est ce qu’Alexandre de Moté parvient à faire, lui qui en même temps admet ne pas avoir réussi à dire "je t’aime". Sans rancune ni remord, mais avec quelques regrets, il jette un regard lucide sur sa relation, son évolution et sa propre difficulté à exprimer ses sentiments.

Dans un récit autobiographique qui n’exclut pas les passages fantaisistes, Alexandre de Moté transmet, par le dessin mais aussi, malgré tout, par les mots, ce qu’il a pu ressentir face à son propre mutisme. Est-ce la seule raison de la fin de cette relation qu’il a si ardemment souhaitée ? Non évidemment. Une relation amoureuse implique deux personnes et si taire ses sentiments les plus profonds peut être un obstacle, celui-ci peut être franchi à force de patience, d’efforts et de compréhension de la part des partenaires.

Le dessinateur raconte son désarroi, ses peurs et ses joies. Il n’échafaude pas de fumeuses explications ni ne recherche de miraculeuse solution. Le simple fait de raconter est déjà un pas en avant, et pas des moindres. Certes son récit est couché sur le papier, en phrases et en images, et non prononcé à voix haute. Et il ne s’adresse pas directement à celle qui a déclenché, sans le vouloir ni le savoir, l’envie de faire ce livre. Nous pouvons cependant supposer que son travail a eu sinon un effet totalement cathartique, du moins a permis d’avancer dans une réflexion sur soi-même sans doute fructueuse, même si jamais définitivement aboutie.

"Je n'ai jamais dit je t'aime" : l'expression des sentiments selon Alexandre de Moté
Je n’ai jamais dit je t’aime © Alexandre de Moté / Éditions Vide Cocagne 2017

Je n’ai jamais dit je t’aime, huitième ouvrage de la collection Soudain des Éditions Vide Cocagne [1], évoque donc principalement la difficulté à exprimer le sentiment amoureux à l’être aimé. Mais l’ouvrage souligne aussi que dire ses sentiments à ceux que nous aimons, de façon plus générale, peut parfois être plus compliqué que nous ne le voudrions. Le dessinateur insiste ainsi sur les liens avec son père. Faite de simplicité, de quelques échanges, d’une connivence souvent muette, cette relation semble apaisée. Pourtant, si le père a encouragé le fils à s’exprimer par le dessin, la communication entre les deux est demeurée réduite.

Alexandre de Moté met tout ceci en dessins avec sensibilité mais retenue. Quelques pointes d’humour viennent en outre alléger le propos. Le trait vif, souple, dynamique, changeant, insuffle beaucoup de vie à son histoire, lui donnant ainsi davantage d’espoir que le ton de l’ensemble ne pourrait le laisser croire. La composition des pages, très variée, très libre, apporte une légèreté à cette autobiographie, un genre que nous avons beaucoup lu depuis quelques années.

Je n’ai jamais dit je t’aime © Alexandre de Moté / Éditions Vide Cocagne 2017

Je n’ai jamais dit je t’aime est enfin un livre sur l’amour qu’Alexandre de Moté voue à la bande dessinée. À la fois lecture-refuge lors des moments de déprime et moyen d’expression privilégié, la bande dessinée est le fil conducteur de sa vie. Lui qui a déjà été édité par L’employé du Moi (Du Sang sous le sapin, avec Philippe Vanderheyden, 2009, et Last Nite, 2012), Alter comics (Nympha Moderna, 2012, et L’odeur des souvenirs, 2013) ou encore La 5e couche (Être mort, 2013) et maintenant Vide Cocagne, il a compris ce que cet art lui avait apporté et pourrait encore lui procurer.

Alexandre de Moté rend notamment hommage à quelques autrices et auteurs en réinterprétant certaines de leurs planches. Jacques Lob et Georges Pinchard, Claire Brétecher, Philippe Druillet, Richard Corben et Katsuhiro Otomo [2] font partie de ceux qui l’ont le plus marqué. Ces planches redessinées sont cependant choisies et intégrées de façon à dépasser le simple hommage et à nourrir le récit lui-même : une jolie trouvaille.

Je n’ai jamais dit je t’aime est une histoire d’amour passionnée mais comme en suspens, un récit introspectif mais pudique, et une ode à la bande dessinée. Créant ainsi une empathie rare entre son auteur et le lecteur.

Je n’ai jamais dit je t’aime © Alexandre de Moté / Éditions Vide Cocagne 2017

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Je n’ai jamais dit je t’aime - Par Alexandre de Moté - Éditions Vide Cocagne - 16 x 24 cm - 120 pages en noir & blanc - couverture souple - collection Soudain - parution le 24 octobre 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de l’auteur & lire les premières pages de l’ouvrage.

Lire également sur ActuaBD :
- L’Odeur des souvenirs – Par Alexandre de Moté – Alter comics

[1Ce livre a d’ailleurs paru lors de ce que l’éditeur a qualifié de "trimestre belge", avec Comme un frisson d’Aniss El Hamouri et D’ailleurs d’Alain Munoz.

[2Par ordre d’apparition dans Je n’ai jamais dit je t’aime.

  Un commentaire ?