"Millénaire - Tome 1 : Les Chiens de Dieu" par Nolane & Miville-Deschênes - Humanoïdes Associés.

9 décembre 2003 0 commentaire
  • A travers sa nouvelle série, le romancier {{Richard D. Nolane}}, déjà auteur de la série(Harry Dickson}, chez Soleil se lance dans un genre inédit pour lui : le polar médiéval, sur lequel il jette une pincée de fantastique.

Raedwald parcourt les routes du haut Moyen Age accompagné de son compagnon Arnulf, un géant surnommé « Poing de Fer » en raison de sa force de frappe naturelle. Raewald s’est spécialisé dans le trafic de reliques, un commerce fort lucratif en cette période troublée qui voit l’an Mil et ses promesses d’apocalypse s’approcher à grands pas.

C’est au détour d’un chemin forestier que les deux voyageurs tombent sur les restes d’un convoi attaqué quelques heures plus tôt. Au milieu des débris calcinés et des cadavres des victimes, un homme horriblement torturé par le feu a survécu au massacre. Son état l’empêchant de parler, Raedwald décide d’emmener le brûlé à l’Abbaye de Santenay où se trouve la relique de Saint Polycarpe, connue pour soigner ce type de blessure. Les deux baroudeurs vont découvrir que parmi les victimes du convoi figuraient deux proches du roi Hugues Capet…

L’intrigue de ce premier album est riche et haletante. Au fil des pages, le lecteur s’attache aux deux personnages principaux aux fortes personnalités, même si l’on a du mal à s’identifier à eux pendant les premières pages. Les héros n’influent en aucune façon sur les événements et paraissent ternes dans les premiers moments du récit. Fort heureusement, à l’arrivée de Roedwald et de Arnulf à l’abbaye de Cluny, le rythme change. Des créatures étranges et d’inquiétantes disparitions mttent en place un oppressant climat que Nolane distille goutte à goutte.

L’album est illustré par un Québécois, François Miville-Deschênes. Un graphiste qui parvient, grâce à de virtuoses aplats noirs, à restituer une ambiance originale. Il nous offre une mise en page aérée, des cadrages audacieux et des détails en abondance. Il dessine personnages et animaux avec perfection. Son travail est étonnamment abouti pour un premier album. Nul doute que l’on entendra encore parler de ce dessinateur dans les années à venir.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?