Sexe et fascisme : la prospective inquiète de Thomas Cadène

19 mai 2018 0 commentaire
  • On l’avait connu scénariste de la « bédénovella » « Les Autres Gens » (Ed. Dupuis) ou encore du feuilleton instagramé « Été », parmi d’autres sujets plus futiles… Là, il publie coup sur coup deux BD complètement différentes : « Alt-Life » (Dessins : Joseph Falzon, au Lombard) et « La Tragédie brune » (Dessins : Christophe Gaultier, aux Arènes BD). Une BD de SF basée sur les théories transhumanistes et une BD historique sur la montée du nazisme dans les années 1930. Y aurait-il là un parallèle à faire ?
Sexe et fascisme : la prospective inquiète de Thomas Cadène
"Alt-Life" de Thomas Cadène et Joseph Falzon (Le Lombard)

« Alt-Life » interpelle alors que le débat transhumaniste autour de l’idée que l’homme est immortel et que les GAFA (Google, Apple , Facebook, Amazon) en seraient l’ultime cerveau, bousculant définitivement les lois de la nature, est dans toutes les conversations médiatiques.

En mars dernier, dans un débat à Livre-Paris, Thomas Cadène avait été confronté à Laurent Alexandre, l’auteur de La Mort de la mort et de La Guerre des intelligences (Ed. Jean-Claude Lattès), l’une des figures les plus médiatisées du débat sur l’Intelligence Artificielle (IA). Il y avait aussi Enki Bilal et Jean-David Morvan. Ce visionnaire martelait la nécessité pour l’Europe d’investir massivement dans un secteur où les GAFA ont un siècle d’avance sur nous et renforcent chaque jour leur position de Big Brothers - maîtres du monde. Laurent Alexandre avait d’ailleurs rendu un hommage appuyé aux auteurs de BD et aux écrivains, «  Les seuls de nos concitoyens, disait-il, à réfléchir sur l’avenir de notre société, ce que nos politiques ne font pas ! »

À Livre-Paris en mars 2018, au micro d’Olivier Delcroix (journaliste au Figaro, au centre), Thomas Cadène, Laurent Alexandre, Enki Bilal et Jean-David Morvan
Photo : D. Pasamonik( ’Agence BD)

Dans son album, Cadène aborde le sujet sous un angle qui a jusqu’ici été soigneusement écarté des débats, sans doute parce qu’il n’est pas « convenable » : le désir sexuel. Or, on sait qu’une grande part du trafic sur Internet est le fait de la consommation érotique et/ou pornographique. Chez ActuaBD, on vous le confirme : nos chroniques sur les BD érotiques sont parmi celles qui nous valent le plus de fréquentation. Le simple mot « sexe » dans le titre de cet article lui promet des milliers de lecteurs (associé au mot « fascisme », je vous dit pas le cocktail !). Bref, les GAFA tiennent les internautes par la queue, ou par la chatte, pour utiliser une terminologie proprement trumpienne.

"Alt-Life" de Thomas Cadène et Joseph Falzon
© Le Lombard

Cadène imagine une expérience où un couple pourra expérimenter tous les fantasmes sexuels qu’il désire, individuellement ou à deux, à la carte en somme. Dans un futur où la naissance relève quasiment du clonage, la question de la maîtrise du désir est en effet cruciale. Sans l’ombre d’une vulgarité, grâce au dessin poétique et éthéré de Falzon, Cadène explore les méandres divagants du fantasme et ses impasses aussi, comme la désincarnation qui enlève tout sens à la pulsion. N’attendez point de conclusion à cette fable philosophique : Cadène parie sur la capacité de l’Intelligence Artificielle de dépasser cette aporie. Issue terrifiante en vérité…

"Alt-Life" de Thomas Cadène et Joseph Falzon
© Le Lombard

La nature criminelle de l’indifférence

"La Tragédie brune" de Thomas Cadène et Christophe Gaultier (Les Arènes)

La publication, quasiment en même temps, de La Tragédie brune par ce même scénariste, une bande dessinée qui remet en lumière un reportage de Xavier de Hauteclocque, un journaliste français empoisonné en 1935 par les nazis parce qu’il avait révélé l’existence des camps de concentrations et la nature totalitaire et terrifiante du régime hitlérien, un album joliment mis en images par Christophe Gaultier (Ed. Les Arènes), permet de tracer une parallèle avec le livre précédent.

Il n’avait fallu à Hitler que trois mois pour transformer de fond en comble une Allemagne civilisée, au cœur des grands débats contemporains (communisme, capitalisme, démocratie…) en un « obus monstrueux, huilé, profilé, usiné à miracle, où des millions d’êtres humains remplacent les molécules de métal… Un obus qui peut exploser un jour ou l’autre dans l’histoire de notre planète… » écrivait Hauteclocque en 1934, soit quelques mois après l’arrivée des nazis au pouvoir.

Comment ne pas mettre la fin tragique de ce journaliste honnête et malheureusement visionnaire -un empoisonnement perpétré par les nazis dans l’indifférence générale- en résonance avec l’affaire Skripal en Angleterre, où un agent double russe a été empoisonné par des barbouzes d’état ? L’actualité récente de Facebook/Cambridge Analytica a par ailleurs confirmé la dangerosité de ces réseaux qui vous déshabillent le corps et l’esprit et dont les informations ont, semble-t-il, favorisé l’arrivée d’un Trump au pouvoir....

Laurent Alexandre a raison : les auteurs de BD peuvent être ces vigies qui scrutent notre avenir comme notre passé et qui réfléchissent sur les conséquences de ces dérives. Des résistants avant l’heure en somme, comme Xavier de Hauteclocque…

"La Tragédie brune" de Thomas Cadène et Christophe Gaultier
© Les Arènes

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Alt Life » de Thomas Cadène et Joseph Falzon (Ed. Le Lombard) chez Amazon ou à la FNAC

Commander La Tragédie brune de Thomas Cadène et Christophe Gaultier (E. Les Arènes BD) chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?