Bataille de chiffres (et d’égo) entre les éditions Delcourt et l’ACBD

3 janvier 2014 2 commentaires

Suite à la diffusion du récent Rapport Ratier, les éditions Delcourt ont publié un communiqué un peu courroucé : le rapport du secrétaire général de l’Association des journalistes et des critiques de bande dessinée plaçait le groupe de la rue d’Hauteville à la place de 1er producteur de BD de l’Hexagone en 2013 mais... à la 3e place en terme de parts de marché :

"Guy Delcourt est toujours le plus gros producteur d’albums de bande dessinée, avec 824 titres – soit 16 % de la production annuelle — (906 et 16,3 % en 2012) et, en termes de ventes en exemplaires, le 3e plus important groupe éditorial."

La réponse de l’éditeur de Walking Dead est quelque peu cinglante : Par un communiqué du 2 janvier 2014, le groupe parisien souligne que, contrairement à ce qu’écrit Gilles Ratier, il est le 2e groupe hexagonal le plus important en terme de parts de marché :

Parts de marché en CA 2013 (hors décembre)

1er : Groupe Media Participation (27,13 %)
2e : Groupe Delcourt (16,86 %)
3e : Groupe Glénat (13,23 %)

Parts de marché en volume 2013 (hors décembre)

1er : Groupe Media Participation (25,60 %)
2e : Groupe Delcourt (15,30 %)
3e : Groupe Glénat (14,79 %)

Il est vrai que les affirmations de Gilles Ratier s’appuyaient sur une sérieuse approximation : les ventes en nombre d’exemplaires avancées sont des chiffres du sondeur Ipsos qui datent de... 2012, ce qui est un peu ennuyeux pour un rapport sur l’année 2013... Les éditions Delcourt ont donc raison de gueuler.

Sauf que, pour leur part, le chiffre qui est avancé par Delcourt est un chiffre GfK arrêté à... fin novembre 2013, c’est à dire qu’il y manque le mois de décembre dont chacun sait qu’il peut faire basculer très facilement d’un côté comme de l’autre l’écart qui place le challenger à la deuxième ou à la troisième place.

Tout le monde a donc raison (et surtout tort) dans cette bataille de communiqués.

Il vaudrait mieux, comme nous vous l’écrivions le 30 décembre dernier, attendre sagement les "vrais" chiffres des sondeurs Ipsos et GfK.

Pour patienter, on pourra lire nos deux articles : De quels chiffres parle-t-on ? et La glorieuse incertitude des chiffres qui remettaient un peu les montres à l’heure à la fin de l’année 2012...

Comme dirait un certain Nazaréen dont on célèbre la nouvelle année : "Paix aux hommes de bonne volonté..."

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Je ne comprends pas trop la susceptibilité de cet éditeur. Ce qui compte important me semble être la qualité plus que la quantité, non ? Il me semble que dans le passé, lui et son ancien concurrent ensoleillé ont tout fait pour encombrer les tables de libraires avec des livres sans grand intéret.

    Le fait d’être second en Chiffre d’affaires apporte il une médaille, une distinction ? La légion d’honneur ne suffit pas ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 janvier 2014 à  15:19 :

      Il me semble que dans le passé, lui et son ancien concurrent ensoleillé ont tout fait pour encombrer les tables de libraires avec des livres sans grand intéret.

      Sans grand intérêt pour VOUS, mais vous n’êtes pas le lecteur type (vous êtes un vieux monsieur un peu dépassé par l’époque). Ces livres ont de l’intérêt pour plein de lecteurs, de même que les publications Ankama ne sont pas pour vous, mais remporte un franc succès auprès des jeunes qui ne lisent pas forcément du franco-belge (mais plutôt One-Piece). Arrêtez de tout voir par le bout de votre lorgnette.

      Répondre à ce message