Gaston à Beaubourg : la vérité du trait

12 novembre 2016 0
  • Créé en 1957, Gaston célèbrera ses 60 ans à la BPI du Centre Pompidou à Paris, du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017. L’occasion pour le visiteur d’accompagner l’itinéraire d’André Franquin, "un rêveur graphique" qui a su accompagner, entre espoirs et cauchemars, au travers d’un média en recherche de respectabilité, l’évolution de son époque.
Gaston à Beaubourg : la vérité du trait
Le catalogue de l’expo : Gaston raconté par Franquin.

Contrairement à Hergé au Grand Palais, l’exposition Gaston, au-delà de Lagaffe, ne se veut pas « révolutionnaire » (on se souvient du parcours à la chronologie inversée sans justification claire de l’accrochage hergéen qui avait laissé les observateurs, disons, un peu circonspects…...) : les conseillers scientifiques de l’exposition Frédéric Jannin et Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault sont restés sur les basiques : la chronologie, la découverte de l’œuvre et de son auteur.

Idem pour les conférences associées à la programmation qui évoquent l’héritage contemporain de Franquin, son art, son actualité éditoriale, et la BD franco-belge aujourd’hui.

Gaston Lagaffe par Franquin
© Dargaud-Lombard_2016

Il faut bien cela pour un personnage absent de l’actualité qui a vécu un parcours éditorial compliqué lequel vient récemment de se clarifier par le rachat de Marsu-Productions par Dargaud-Lombard, ce qui permet mettre toute l’œuvre d’André Franquin sous la seule bannière du groupe Média-Participations. D’où cette nécessité de repartir à zéro, de recruter un a un des lecteurs dans la nouvelle génération, de remettre le génie de Franquin dans un logiciel plus contemporain.

Le choix de conseillers scientifiques est judicieux car qui mieux que Jannin qui a vécu les premières années de sa carrière dans la bienveillance du dessinateur bruxellois et qui est un auteur de bande dessinée, du coup, trop peu considéré, est capable de restituer avec acuité la fantaisie pimentée d’impertinence de l’auteur de Gaston  ?

Le regard de Franquin sur ses contemporains a quelque chose d’unique
© Gaston Servais

Qui mieux aussi que Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault , ces « spiroulogues » patentés, sont capable de dénicher le document rare, de faire émailler l’anecdote qui donnera un contexte éditorial précis à chacune des productions du Paganini du dessin ?

On peut compter aussi dans cette exposition sur Franquin aussi qui, dans chacun de ses dessins, fait jaillir le génie, sans dogmatisme ni prétention, toujours juste dans l’attitude, toujours drôle mais jamais féroce dans le propos, toujours créatif dans le traitement, toujours empathique avec ses personnages. Nul mieux que lui n’a trouvé à ce point l’humanité au bout du crayon. Lui qui détestait les artifices protocolaires, on a raison de lui faire confiance...

Mais de tout cela nous vous reparlerons sans aucun doute.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Exposition Gaston – Au-delà de Lagaffe
BPI du Centre Pompidou à Paris, du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017.
Le site de l’exposition

  Un commentaire ?