Le retour vers Xantl

24 septembre 2001 0 commentaire
  •         Au bout de trente albums après son bannissement, Axle Munshine, dit "Le Vagabond des Limbes", semble réhabilité. Il a sauvé l'univers, l'étoile de Grand Conciliateur qui, depuis autant d'épisodes, restait tristement noire, s'est mise à réapparaître, et la Gilde le propose au poste suprême. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur de mondei. C'est mal connaître son diabolique scénariste...

Il l’a fait ! Grâce à Axle Munshine, l’énorme météorite de Panspermyth vogue désormais vers un ailleurs improbable après avoir failli transformer l’univers connu en un immense barbecue. Du coup, le nom du prince est acclamé, bien sûr sur Xantl, mais aussi sur Holmesgath du Proton IIV, sur Bigflotthh du Golgargotha et même, tenez-vous bien, sur Lepublys Dos Hys Pantouffle ! Partout, des foules scandent le nom de leur sauveur en agitant à qui mieux mieux bras, antennes, trompes ou pédicules.

Profitant de la liesse générale, le Médiat suprême, qui se sent de plus en plus sucrer les fraises, réintègre Axle-le-banni dans ses fonctions de Grand Conciliateur et le désigne comme son successeur ! Cela au grand désespoir de Muskie qui a enfin connu le grand frisson dans les bras de son héros et se dit qu’à ce rythme, ce n’est pas demain la veille qu’elle revivra la "grande secousse" qui vient de bouleverser sa vie !

Heureusement pour elle, mais malheureusement sans doute pour l’univers entier, d’autres prétendants n’entendent pas laisser le gentil Axie accéder au pouvoir suprême. Ils enlèvent le Médiat, obligeant Axle à se lancer à sa recherche. Au bout de sa course l’attend une planète piège. Il devra y affronter Thaumas, le Maître des Apparences qui, pour l’occasion, s’est fait un look adorable d’enfant assis, une rose à la main, dans un désert de caillasses.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Pour le trentième album du Vagabond des Limbes, les auteurs ont mis les petits plats dans les grands. Mais quels que soient les délires auxquels se livre avec délices Godard, il trouve toujours le temps de glisser entre deux pages sa petite musique désabusée. Cette fois, c’est à la définition de la femme amoureuse qu’il s’attaque...

  Un commentaire ?