Max de Radiguès interroge la normalité

5 juin 2013 0 commentaire
  • Histoire de vengeance, chronique d'enfance, rituel de passage : autant de définitions pour un même récit d'une force rare. Un vrai choc signé Max de Radiguès, décidément impérial dans les univers de l'adolescence.

Ne cherchez pas l’erreur typographique. On parle bien ici d’orignal, un animal sauvage proche du cerf, vivant en Amérique du Nord. Dans ces paysages immenses et cotonneux habite le petit Joe. Avec ses mamans. Et pour aller à l’école, il préfère éviter le bus. C’est à dire Jason, qui lui, prend ce bus. Et qui l’attend obsessionnellement, pendant les cours, la récréation, avant, après, pour le martyriser. Et Joe, terrifié, impuissant, n’en parle à personne, et surtout pas aux professeurs. Mais un jour, un Jason trop aliéné par son sadisme va regretter d’avoir traqué Joe comme une proie. La forêt lui réserve une surprise.

Il va avoir une importance capitale, ce majestueux orignal du titre. Comme un super-héros qui viendrait au secours des opprimés. Comme un justicier silencieux. Tout en proposant une trame glaçante, souvent insupportable de cruauté, Max de Radiguès a choisi la tangente pour inverser les destins. Notre pauvre Joe ne sera pas sauvé par les adultes ou par sa famille. Pas même par la jolie infirmière qui le fascine. L’auteur propose une sorte de rituel naturaliste qui rend le harcelé plus confiant, et surtout libéré.

Mais Max de Radiguès dit aussi d’autres choses dans ce récit haletant, avec ses planches bien ordonnées de six cases. Il questionne la normalité, à la fois dans la famille et à l’école -lieu ô combien traumatisant dans ce domaine-. Les problèmes d’identité sexuelle jouent un rôle important, dans des scènes brèves mais fortes, et la perversion de Jason s’en trouve éclairée, dans un épisode très violent.

Entre un vrai suspens de survie sociale, de jolis échanges entre Joe et les adultes et ces rencontres au bord du fantastique avec la nature apaisante, Orignal mobilise notre intérêt de tous côtés. Max de Radiguès interroge la normalité

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Orignal - Par Max de Radiguès - Shampooing/Delcourt

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

A lire sur note site :
- Max de Radiguès : « Dans "L’Âge dur", j’essaie de retrouver l’ambiance et l’état de l’adolescence. »

  Un commentaire ?