On a retrouvé des inédits de Goscinny

13 mars 2004 0
  • En classant les archives de René Goscinny, qui avait heureusement conservé bien des choses, Anne Goscinny et son mari Aymar du Chatenet ont retrouvé pas moins de 90 textes inédits du "Petit Nicolas". Une mine d'or et d'humour qui nous sera offerte à l'automne prochain.

Le Petit Nicolas est moins connu qu’Astérix ou Iznogoud. C’est pourtant l’une des oeuvres majeures de la littérature enfantine et son succès reste constant depuis la parution de son premier recueil en 1960, bien avant qu’un certain Astérix ne vienne la mettre au second rang dans la success-story de Goscinny. Plus de 8.500.000 exemplaires de ses cinq titres ont été vendus depuis, ce qui est rarissime dans le domaine de la littérature pour enfants. Mais le Petit Nicolas, comme beaucoup de classiques, ne s’adresse pas uniquement aux enfants. Il fait rire à tout âge, ce qui explique que, plus de quarante ans après sa création, il soit toujours là.

On ne connaissait de lui que 75 nouvelles, éditées dans cinq volumes : "Le Petit Nicolas", "Les récrés du Petit Nicolas", "Les vacances du Petit Nicolas", "Le Petit Nicolas et les copains" et "Le Petit Nicolas a des ennuis". En classant les archives de René Goscinny, sa fille Anne en a découvert 90 autres, publiées entre 1959 et 1965 dans "Sud-Ouest Dimanche", "Pilote" et "Elle". Toutes illustrées par l’illustrissime Sempé. Avec les personnages classiques (Agnan, Alceste, Clotaire et... le Bouillon, le surveillant), mais aussi de nouveaux.

En octobre, sortira donc un volume de 500 pages rassemblant ces inédits. Pour l’occasion, Anne Goscinny et Aymar du Chatenet créent une nouvelle maison d’éditions, IMAV, qui publiera essenstiellement des inédits de Goscinny. Le scénariste le plus génial de l’histoire de la bande dessinée était aussi un écrivain de talent, dont peu d’œuvres sont disponibles. Une injustice qui sera, grâce à cette nouvelle maison d’éditions, enfin réparée.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Source : Livres Hebdo n°546

  Un commentaire ?