Alice - Par Jean-François Cellier & Frédéric L’Homme - Soleil

1er mars 2010 0 commentaire
  • Sur Mars, Catherine partage son temps entre vie réelle et virtuelle. Ce fragile équilibre vacille lorsqu'elle rencontre sa nouvelle voisine, une charmante jeune fille prénommée Alice. Une superbe expérience graphique et narrative, pleine d'embuches mais aussi de récompenses pour le lecteur aventureux.

Catherine est une martienne qui vit au cœur de la tentaculaire mégapole Nouvelle-Nouvelle-Orléans, une trés ancienne colonie terrienne. Fuyant les enjeux géopolitiques qui menacent l’équilibre fragile de sa cité, Catherine consacre l’essentiel de son temps à revêtir l’armure des chevaliers pour ferrailler contre d’improbables ennemis... Comment ? En s’enfonçant au creux de poignet le câble de connexion qui la reliera au très célèbre jeu de simulation “Guerres médiévales”. L’illusion est totale ! Mais provisoire...

Il faut dire qu’Alice, la fillette imitatrice et turbulente que Catherine rencontre toujours dans sa cour d’immeuble assise sur sa moto offre à cette dernière un regard tout nouveau sur la vie et la sort progressivement de sa taciturnité. Mais pourquoi Alice veut-elle tant ressembler à sa grande voisine ?

Alice - Par Jean-François Cellier & Frédéric L'Homme - Soleil
Experte au jeu Guerres médiévales, Catherine est contactée par son concepteur pour débusquer un pirate

D’entrée, on est subjugué par la qualité graphique des pages proposées par Jean-François Cellier. Le mélange des techniques de colorisation donne un rendu qui n’est pas parfait, mais qui demeure éblouissant. Fort de cet impact visuel, on pénètre petit-à-petit dans ce récit qui se partage entre vie quotidienne martienne et immersion ludique dans un jeu de réalité virtuelle.

Aux deux-tiers de l’album, le rythme s’accélère dans une longue séquence finale. Le graphisme est tout aussi éblouissant, mais il faut avouer que la dernière page tournée, un étrange sentiment d’incompréhension partielle saisit le lecteur. J’ai donc lu et relu cette dernière séquence, découvrant quelques nouvelles pistes, mais sans appréhender un sens qui me convienne pleinement.

Trouvant que les éléments positifs décrits ci-dessus méritaient de défendre malgré tout cet album, j’ai pris contact avec l’auteur. De cet échange, j’ai pu prolonger ma propre réflexion et trouver une cohérence tout personnelle au récit. Chacune des nouvelles lectures m’apportent de nouveaux éléments qui construisent un ensemble mouvant, mais réellement intéressant. C’est effectivement le temps que j’ai passé à réfléchir sur la portée du récit qui lui donne de l’importance à mes yeux.

Sans vouloir faire de parallèle trop évident avec quelques auteurs qui travaillent les énigmes et les chemins de narration, tel Andréas, Alice séduira les lecteurs avides de réflexion. À déconseiller aux lecteurs désireux de lire un récit linéaire juste avant de s’endormir, mais les autres apprécieront.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Alice chez Amazon à la FNAC

  Un commentaire ?