Greg Newman (" La Bibliothèque c’est ma maison") « Cet album, c’est avant tout une rencontre »

11 avril 2017 0 commentaire
  • Jeudi dernier, l’association ATD Quart Monde présentait sa dernière parution : une bande dessinée sur la pauvreté et ses clichés. Cet album collectif intitulé « La Bibliothèque, c’est ma maison » a été proposé en avant-première aux 10e rencontres de la BD à Longvic (en Côte d’Or). Rencontre avec Greg Newman, un des scénaristes de l’album et Jean-Christophe Sarrot, chargé de projet à ATD Quart Monde.

Lors des 10e rencontres de la BD de Longvic, les dessinateurs Pierre Glesser, Laurent Battistini et le scénariste Greg Newman étaient heureux de présenter en avant-première La Bibliothèque, c’est ma maison, publié chez les éditions Quart Monde. Le public s’est montré réceptif au projet. Greg Newman (Villa Toscane chez Futuropolis, Les Chroniques de Zorro chez Jungle) qui est l’un des principaux scénaristes des différentes histoires que forme ce collectif, nous a expliqué comment est née cette bande dessinée.

Dans un second temps, l’association ATD Quart Monde avait organisé ce jeudi une conférence de presse très conviviale dans leurs locaux à Montreuil, pour présenter officiellement cette bande dessinée. Personnels et bénévoles, journalistes, participants au crowdfounding, et dessinateurs se sont retrouvés pour fêter l’événement.

Tito (Tendre Banlieue chez Bayard, Compagnons avec Manuel Lieffroy chez Casterman), ayant réalisé l’une des histoires, a pris la parole pour expliquer que, depuis longtemps, il traite dans ses BD de thèmes sociaux, et qu’il a été heureux de pouvoir participer, que ça représente pour lui plus que ses huit planches. Le Gâteau d’anniversaire de Tito est la première histoire de l’album et veut stopper cette idée que les pauvres sont des profiteurs et des voleurs.

Les dessinateurs et illustrateurs Ancelotte, Claire Gosnon et Pierre Glesser ainsi que le maquettiste Guillaume Prieur, et Marion qui a inspiré la dixième histoire étaient également présents. Nous avons rencontré Jean-Christophe Sarrot, chargé de Projet à ATD Quart-Monde, qui répondu à nos questions.

Greg Newman (" La Bibliothèque c'est ma maison") « Cet album, c'est avant tout une rencontre »
Pierre Glesser, Greg Newman et Laurent Battistini aux 10ième rencontres de la BD à Longvic, avec l’album La bibliothèque c’est ma maison et autres histoires, éditions Quart Monde

L’association ATD Quart -Monde fête bientôt son anniversaire, il s’agit d’un anniversaire particulier ?

Jean-Christophe Sarrot : Oui, l’association a été créée en 1957, il y a donc 60 ans.

Greg Newman : Le but de l’association est d’apporter de la culture là il n’y en a pas généralement. Ils ont par exemple créé plein de bibliothèques de rue, des événements artistiques, musicaux dans différents quartiers. Pour les 60 ans, il y aura plusieurs opérations : une opération musique avec des grands groupes. Il y aura aussi une opération courts-métrages avec des grands cinéastes comme Xavier Beauvois, Charles Berling, et Costa-Gavras. Et également une opération bande dessinée avec un album collectif qui réunit onze dessinateurs et deux scénaristes.

JPEG - 145.8 ko
Extrait de l’histoire Le gâteau d’anniversaire de Tito

Qui a eu l’idée de cet album ?

G.N : C’est ATD Quart Monde qui est à l’origine de ce projet, et notamment Jean-Christophe Sarrot, chargé de projets, qui est un mordu de bandes dessinées. Il a réussi à motiver beaucoup de monde, aussi bien des personnes d’ATD Quart Monde que des dessinateurs et scénaristes. Ce n’était pas évident au départ, c’est aussi une aventure humaine.

J-C.S : C’est vrai, mais pas la peine de me mettre en avant comme ça (rires) ! La première fois que j’ai rencontré Greg, c’était en Normandie, il a assez vite compris ce qu’on voulait faire, avec un mot d’ordre : dignité. Et puis j’ai contacté Tito, que j’avais croisé il y a 25 ans et qui a vite répondu favorablement au projet.

JPEG - 105.9 ko
Partage d’un repas après la conférence de presse dans les locaux d’ATD Quart Monde

Quel est l’objectif de cet album ?

G.N : La BD traite des idées reçues sur la pauvreté. ATD Quart Monde a publié un volume de poche avec 117 idées reçues expliquées, détaillées, décortiquées. Un volume qui a connu un grand succès en librairie. On a choisi dix idées reçues que nous avons transformées en histoires courtes.

J-C.S : L’objectif d’ATD Quart Monde, c’est de changer la société afin qu’elle ne produise plus de précarité. On ne peut le faire qu’avec les personnes qui vivent ces conditions de vie. Or, inconsciemment, on les exclut. Nous voulons toucher le jeune public et changer l’image du « pauvre ». C’est une étiquette. Le terme-même ferait d’ailleurs bondir Marion qui est aujourd’hui avec nous. Cette femme est l’une des héroïnes de l’album, on a raconté son histoire, une histoire vraie donc. La fiction et la réalité se rejoignent plus souvent qu’on ne croit. Marion a d’ailleurs apprécié cette adaptation et aime beaucoup la couverture de l’album, elle qui s’occupe notamment d’une bibliothèque de rue, rêve maintenant d’une bibliothèque dans les arbres…

Quelle est cette histoire ?

G.N : Celle d’une jeune femme avec son petit garçon. Ils sont à la rue et ils vont trouver refuge à la bibliothèque du Centre Pompidou à Paris, où ils sont très bien reçus. Pour cette jeune femme, la lecture est une passion et elle donne son témoignage en racontant que cette bibliothèque, c’est sa maison. La Bibliothèque, c’est ma maison deviendra d’ailleurs le titre de l’album. On trouvera également dans cet album des histoires autour du monde du travail, autour des jeunes, des cultures différentes… Il y a une dizaine de thèmes dans cet album.

Quelles sont, Jean-Christophe Sarrot, les histoires dont les préjugés sont pour vous les plus terribles ?

J-C. S : Il y a celle illustrée par Claire Gosnon, intitulée Travail fou qui traite l’idée que « si l’on veut travailler, on trouve ! » c’est quelque chose qu’on entend très souvent, qui culpabilise les gens, sans remettre en cause le fait qu’on est dans une société avec des millions de chômeurs.

Et puis, il y a celle dessinée par Pierre Dubois, Portrait de dame au miroir avec RSA, avec pour préjugé « les pauvres s’en sortiraient s’ils savaient gérer un budget et qu’on ne vit pas trop mal avec le RSA ». Savez-vous combien perçoit une famille de quatre personnes ? 1000 euros de RSA seulement par mois ! En fait des familles vivant avec le RSA pourraient donner des conseils de gestion de budget à des familles plus aisées !

JPEG - 99.7 ko
Tito et Pierre Glesser en séance de dédicaces

Qui sont les dessinatrices et dessinateurs qui ont participé à cet album ?

G.N : Nous sommes très contents que la couverture soit réalisée par la dessinatrice Louise Joor (Kanopé et Neska du clan du Lierre chez Delcourt), qui a dessiné une belle cabane dans les arbres. Les autres dessinateurs sont Tito, qui est un grand de la bande dessinée. Nous avons aussi Pierre Glesser (La Guerre des boutons, Une aventure des 3 Guillaume aux éditions Orbis), Pierre Dubois (Fleurus, Magnard Jeunesse), Claire Gosnon (presse féminine) illustratrice et infographiste. Nous avons aussi Amaury Esteban, illustrateur, Ancelotte et Laurent Battistini qui sont des dessinateurs de presse. Enfin il y a aussi David Perimony, illustrateur, Manuel Lieffroy (Mauvaise foi Les nocturnes, Compagnons avec Tito chez Casterman) et Lulu, jeune dessinateur au style urbain dont ce sera la première parution.

JPEG - 107.3 ko
Extrait de l’histoire Amourette de Lulu

Cet album sort prochainement ?

J-C. S : On peut dès maintenant le commander en librairie ou trouver l’album sur notre site.

G.N : Il était important qu’il sorte en avril, ATD Quart Monde tenait à l’envoyer à tous les candidats à la présidentielle, puisque l’album évoque des thèmes sociaux.

JPEG - 95 ko
Claire Gosnon en séance de dédicaces

Qu’est-ce qui vous a plu Greg Newman, en tant que scénariste dans la réalisation de ce projet ?

G.N : C’était le fait de pouvoir écrire une dizaine d’histoires différentes, avec des dessinateurs différents. Ce qui permet, un peu comme dans un recueil de nouvelles, de faire des variations de style. En sachant que j’ai écrit ces histoires pour les dessinateurs, je savais par qui les histoires allaient être dessinées. En fonction des graphismes, on ne fait pas le même découpage, on privilégie telle ou telle piste narrative. Ça été une bonne expérience de ventiler le type de scénario en fonction du dessinateur ou de la dessinatrice. Ce qui m’a plu également c’est qu’on aborde des sujets graves, et puis des sujets plus humoristiques.

Des sujets graves mais traités de façon humoristique aussi !

G.N : Oui aussi ! Quant à Tito, il a lui-même scénarisé son histoire. Cet album est avant tout une rencontre, même si on ne s’est pas encore tous vus, c’était vraiment une belle expérience de travailler tous ensemble. C’était très sympa. Peut-être même que ça va créer par la suite d’autres collaborations entre les uns et les autres....

JPEG - 54.5 ko
Extrait de l’histoire Le tour du (1/4 ?) monde en 180 détours d’Ancelotte

Et vous, Jean-Christophe Sarrot, comment avez suivi et géré le projet ?

J-C.S : Eh bien il faut savoir que c’est l’une des très rares fois où les éditions Quart Monde ont laissé une totale carte blanche et qu’un livre a été entièrement réalisé par d’autres, qui ne sont pas des membres actifs d’ATD. Mais nous voulions vraiment laisser une liberté aux auteurs, qu’ils s’approprient les préjugés présents dans le livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté. C’est vrai qu’en lisant les scénarios de Greg, j’ai réalisé que ce n’était pas simple d’en créer, je n’aurais pas pu le faire ! (rires) J’ai bien ri avec l’histoire dans laquelle on retrouve Popeye, Popeye est un tombeur dessinée par Laurent Battistini, ou encore trouvé vraiment très intéressant que l’histoire Zone de frappe, illustrée par David Perimony se déroule dans un monde post-apocalyptique. La grande variété de tons devrait permettre de toucher un large public.

JPEG - 113.5 ko
Ancelotte en séance de dédicaces

Que souhaiteriez-vous dire aux futurs lecteurs de cette bande dessinée ?

G.N : C’est un vrai album de bande dessinée, on s’est fait plaisir en créant des histoires avec de vrais contextes graphiques. On a beaucoup travaillé les couleurs par exemple.

J-C.S : Humour, science-fiction, récit intimiste permettent avant tout de passer un bon moment de lecture, tout en cassant les images stéréotypées qu’on se fait des personnes vivant dans la pauvreté. Et je signale qu’il y aura bientôt un concours sur les réseaux sociaux concernant La Bibliothèque, c’est ma maison. N’hésitez pas à suivre notre page Facebook et Twitter.

(par Morgane Aubert)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?