L’Association, une utopie éditoriale et esthétique - Par le groupe ACME - Les Impressions Nouvelles

26 novembre 2011 0 commentaire
  • Avec ce livre, c'est à une dissection en règle de L'Hydre à laquelle nous assistons. Sous le bistouri du groupe ACME, l'Association apparait dans toute sa diversité et son influence sur l'évolution de la bande dessinée. Une monographie référence.

Après la tempête du début de l’année, le bâtiment L’Association vogue vers des flots plus calmes, ayant au passage perdu son grand timonier et retrouvé ses capitaines d’antan. Un cap a été passé. Ce livre réalisé par le groupe ACME (des universitaires de l’Université de Liège) tombe à pic pour faire le bilan de la vingtaine d’années d’existence de la maison d’édition. L’analyse se veut ici scientifique, tant sur le fond que sur la forme, chaque chapitre étant écrit par un auteur différent, à la manière d’une revue ou des actes d’un colloque. Le sommaire propose un plan original, mi-chronologique mi-thématique, mais surtout effectuant un zoom avant sur le phénomène, en partant des conditions de la création de la structure pour s’arrêter au décryptage de Shenzen de Guy Delisle.

L'Association, une utopie éditoriale et esthétique - Par le groupe ACME - Les Impressions Nouvelles
30 pattes de mouche

La qualité de ce livre tient avant toutes choses dans la volonté d’exhaustivité. La moindre facette est décrite et de très nombreux visuels - notamment des couvertures - agrémentent les 220 pages (on peut toutefois regretter qu’il n’y ait ni bibliographie complète pour matérialiser noir sur blanc le corpus des œuvres analysées, ni présentation des auteurs).

Ce livre revient donc sur la préhistoire de l’Association et son environnement au moment de sa création, décortique le catalogue en montrant sa cohérence, analyse le phénomène autobiographique (à travers Journal d’un album de Dupuy & Berbérian, Approximativement de Lewis Trondheim et Livret de Phamille de JC Menu), le reportage dessiné, démontre (de manière peu convaincante) les particularités narratives des auteurs de l’Association, illustre le parti pris des histoires muettes par 73304-23-4153-6-96-8 de Thomas Ott, souligne l’originalité du style graphique avec Joann Sfar (à travers ses carnets), du travail sous contrainte avec François Ayroles, du minimalisme avec Manuel, pour terminer avec Shenzen de Guy Delisle.

Ces chapitres sont entrelardés de petits articles, sorte de présentation ordonnée du labyrinthe des collections et des publications. Y sont abordés les « produits dérivés » réservés aux membres, le recueil Lapin, la collection « Éprouvette », les publications de l’Oubapo, Comix 2000 et Persépolis.

JPEG - 79.2 ko
Quelques cartes postales

On le comprend parfaitement à l’énoncé du sommaire : on a là un ouvrage de référence sur le sujet. Une analyse, certes plutôt bienveillante, qui permet de saisir le phénomène de L’Association et son importance dans l’évolution de la bande dessinée : le rôle pivot de JC Menu à l’origine de la structure, le foisonnement des idées, le lancement de genres alors inexploités en BD, le renouvellement des auteurs (certains passant de la case avant-garde à la case grand public à une vitesse vertigineuse).

Sans le dire clairement, c’est un âge d’or de L’Association que le livre définit et analyse. Les citations d’œuvres s’amenuisent à mesure que le temps passe et sont quasiment inexistantes après les départs successifs de la totalité des fondateurs (à un élément près) en 2006. Le nombre de pages que l’ouvrage réserve à la « nouvelle génération » est suffisamment éloquent puisqu’il se monte à... 6, dont 4 de visuels. Seuls Grégoire Carlé, El Don Guillermo, Nine Antico, François de Jonge et Ruppert & Mulot (dont on est très surpris qu’ils ne disposent pas d’un chapitre autonome sur leur travail) bénéficient d’une courte citation (pages auxquelles il faut ajouter, comme dit plus haut, le chapitre sur Manuel). L’Hydre a besoin d’un second souffle.

Au-delà du cas précis de L’Association, cette monographie est remarquable dans sa capacité à cerner et creuser toutes les facettes d’une maison d’édition. Un exemple à suivre pour d’autres structures.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?