La Traversée du Louvre – Par David Prudhomme – Futuropolis / Musée du Louvre Editions

15 juin 2012 13 commentaires
  • Chaque année, les éditions Futuropolis et le Musée du Louvre s'associent pour publier une bande dessinée consacrée à la vénérable institution. Le défi pour l'auteur choisi est de trouver un angle original pour s'accaparer le sujet. David Prudhomme, heureux élu 2012, s'est penché sur les comportements de la bulle de visiteurs amassés dans les couloirs. Dans cet exercice, le dessinateur bordelais excelle.

David et Jeanne déambulent dans les couloirs du Musée du Louvre. David est dessinateur et il prépare une bande dessinée sur ce mythique musée. Distrait par tant de toiles fabuleuses et par les coups de fils de ses éditeurs, il perd son amie, et continue sa promenade, partagé entre l’envie de s’enivrer de peinture et celle de retrouver Jeanne. En chemin, il croise Rembrandt, Le Radeau de la Méduse, La Joconde ou encore des scribes égyptiens...

La Traversée du Louvre – Par David Prudhomme – Futuropolis / Musée du Louvre Editions
Un extrait de "La Traversée du Louvre"
© Prudhomme - Futuropolis - Musée du Louvre éditions

En mettant en abyme le travail de commande qui lui a été passé, David Prudhomme évacue directement le prétexte de son album pour se concentrer sur l’essentiel : dessiner le Louvre, capturer l’essence des œuvres magnifiques qui y sont conservées. La pirouette d’enchâssement du récit posée, il faut reconnaître que le scénario de « La Traversée du Louvre » est simplissime. On appréciera la comparaison poétique du ballet des visiteurs avec les rames de métro. Mais si l’album a une vertu, c’est bien celle du dessin. Éblouissant d’aisance, David Prudhomme dessine le musée avec une classe folle. Son œil perçant croque au crayon gras la masse des badauds, qui deviennent à leur tour des œuvres d’art.

Amener de la légèreté dans une collection aussi gargantuesque est le tour de force réussi par l’auteur.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Erreur de casting pour cette collection qui commençait superbement avec De Crécy. Cet album est terriblement factice, artificiel et ennuyeux, les dessins sont très baclés, David Prudhomme s’appliquait dans la farce de maitre Patelin, il est donc capable de mieux, là c’est vraiment mal fait.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Franck Biancarelli le 18 juillet 2012 à  18:31 :

      Houlà.
      Je pense qu’il faudrait quand même s’interroger sur la violence de commentaires de quelques mots postés comme ça à la va-vite, sous couvert de l’anonymat (ou pas, d’ ailleurs ça change peu de choses).
      Ce genre de comportement est d’ autant plus dérangeant qu’il y a comparaison avec un autre livre qui pour d’autres que vous n’est peut- être pas exempt de défauts et là que se passe-t- il ? Chacun choisit son camp et le pugilat commence ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 18 juillet 2012 à  23:44 :

        Vous niez la possibilité qu’on puisse donner son avis sur un livre qu’on a lu, surtout si celui-ci est négatif, même argumenté. Autant couper toute possibilité de commentaire dans ce cas. Rebetiko était très bon, La Traversée du Louvre est un très mauvais livre, un travail de commande bâclé.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Franck Biancarelli le 19 juillet 2012 à  12:00 :

          Il me vient très vite deux citations...
          Ne pouvant pas choisir entre les deux je vous laisse juge.
          La première, DIRTY HARRY : "Les avis ... tout le monde en a un".
          La seconde, je ne sais pas qui : "Comparaison n’ est pas raison".
          Je dirais qu’ un avis aussi laconique que le votre est, oui, assez peu intéressant, très agressif et pas argumenté du tout. Il aurait peut- être mieux valu s’ en dispenser... Ou prendre le temps d’ argumenter vraiment.Vous êtes toujours à temps pour celà et des lors je n’ aurai rien à répondre.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 18 juillet 2012 à  20:02 :

      La "mise-en-âbyme" n’est même pas exaltante.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 28 août 2012 à  00:04 :

      " les dessins sont très baclés, David Prudhomme s’appliquait dans la farce de maitre Patelin"

      Penser que David Prudhomme doit "s’appliquer", c’est ne rien comprendre à l’essence de son travail. Et de son art.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Romuald le 28 août 2012 à  04:28 :

        C’est vrai ça, pourquoi s’appliquer, il suffit d’expédier un album en 2 mois, comme tout le monde maintenant, et on s’étonne que les gens n’achètent plus.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 28 août 2012 à  10:11 :

          Formidable. Vous avez trouvé la solution pour clore ce débat : les éditeurs apposeront désormais un sticker sur les couvertures "dessiné en X mois".
          À mon avis, sous les 10 mois de travail, ça vaut rien.

          Répondre à ce message

  • Peut-être que Futuropolis devrait ouvrir cette collection à d’autres auteurs que ceux de leur catalogue, car on voit bien la limite avec ce volume. Il existe plein d’auteurs talentueux qui pourraient exceller dans l’exercice, qui , loin du travail de commande forcée (et ça se voit) sauraient s’approprier le sujet et inventer quelque chose de neuf, parce que là il y a redite entre les différents livres, un manque flagrant d’idées et de renouvellement.

    Répondre à ce message

  • Prudhomme et les aveugles
    20 juillet 2012 10:30, par Polo

    La bande dessinée, avec ses contraintes de répétition et de cadre, n’est pas le lieu idéal du grand dessinateur. C’est sans doute ce qui explique qu’on y croise plus de techniciens (parfois très habiles) que de véritables artistes graphiques.
    On compte les vrais dessinateurs (capables de se plier aux contraintes narratives de la bande dessinée sans rien abdiquer de leur talent) sur les doigts d’un menuisier en fin de carrière. C’est ce qui les rend précieux.
    Il faut avoir du guano dans les yeux pour ne pas voir que Prudhomme fait partie de cette liste.

    Répondre à ce message

  • Blog de Prudhomme
    24 juillet 2012 07:26, par Babe Bibobu

    Très chouette blog de Prudhomme par ici http://davidprudhomme.blogspot.fr/

    Répondre à ce message

  • L’artiste fait son chemin. On ne va pas le plaindre. Il semble y pendre un certain pied le bougre.
    Quelques commentaires négatifs cependant. On s’interloque sur la pertinence de l’album ?
    J’y vois là un lien assez fort et une pirouette involontaire et géniale qui confère à cet album un intérêt supplémentaire s’il en était besoin. On s’interloquait aussi à propos de Rembrandt souvenez-vous pour les plus vieux... Incompris Prudhomme ? Non heureusement. Seulement une légère filiation avec ces toiles que l’auteur a même la prétention de suggérer. C’était casse-gueule hein ? De dessiner la Joconde... Sauf que c’est Prudhomme. L’heureux bougre ! (le re-bougre donc)
    On aimerait des album autant "bâclé" que cet ouvrage-là. Des tas ! Perso’ je suis preneur. Je ne sais pas vous...

    Encore faut-il être sensible à cette poésie-là.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michael le 27 août 2012 à  22:15 :

      Je suis bien d’accord avec vous,David Prudhomme est un pur génie (comme Moebius ou Bilal), les commentateurs qui critiquent Simon Roussin, Myriam Rak ou David Prudhomme sont
      insensibles à la poésie des vrai dessinateurs, des artistes, pas des faiseurs, petits artisans étriqués de la bd de papa.

      Répondre à ce message