Le Goût du chlore - Par Bastien Vivès - Kstr/Casterman

24 juin 2008 0 commentaire
  • Son premier album dans le cadre de Kstr était déjà marquant, et cette fois, c'est sûr, Bastien Vivès s'impose comme un auteur à l'univers singulier et d'une sensibilité rare. Mieux, il évite avec maestria les facilités narratives.

Dans son nouvel univers bleu pâle, ce jeune homme qui s’impose la pratique régulière de la natation ressemble à un nouveau-né. D’obligation (une scoliose à corriger), son rendez-vous sportif hebdomadaire va devenir un exercice plaisant et apaisant. Mais le bien-être physique ne suffit pas à expliquer le phénomène. Une jeune femme à la technique bien rodée, gracieuse et élégante, mobilise toute son attention. Peu à peu, le contact est créé...

Comme dans son précédent Opus Elle[s], Bastien Vivès ne tient pas à tout éclaircir, surtout quand il s’agit de relations entre hommes et femmes. Surtout dans cette population entre deux eaux des 20-30 ans. La gaucherie émouvante du personnage principal -dont on ignore le nom du début à la fin- évolue de façon originale. A aucun moment l’auteur ne cède aux poncifs du récit sentimental. Il prend le risque, de la sorte, de déplaire à certains lecteurs, en attente d’une fin dramatique ou d’un happy end.

Les nombreuses séquences non dialoguées mettent en valeur les couleurs magnifiques de l’univers des piscines, et Vivès réussit à donner à son dessin des variations d’une rare finesse en fonction des moments : autour du bassin, sous l’eau, en pleine nage, en observation.... Ces moments muets ne se laissent jamais dominer par l’ennui.

Au bout du récit, le lecteur s’aperçoit que la fragilité et le non-dit touchent autant le jeune homme que sa muse aquatique. En donnant à ces personnages une bien belle ambiguïté.

Plongée recommandée, avec ou sans lunettes. Le Goût du chlore - Par Bastien Vivès - Kstr/Casterman

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?