"Panama Al Brown" de J. Goldstein & Alex W. Inker : un destin forgé à coups de poings

28 décembre 2017 0 commentaire
  • L'encrier d'Alex W. Inker, dessinateur remarqué l'an passé pour son livre "Apache", n'était pas vide ! Il a en effet édité, de nouveau chez Sarbacane et cette fois-ci en collaboration avec Jacques Goldstein, une biographie sombre mais documentée du boxeur poids mouche Panama Al Brown, roi des nuits parisiennes des années 1930.

Mesdames, messieurs,

Il y avait une fois un célèbre boxeur qui semblait l’ombre de lui-même et qui se nommait Al Brown. Il était l’idole de la foule, il émerveillait les artistes et le milieu sportif. Il portait depuis sept années le titre redoutable de champion du monde et, avec la grâce d’un insecte de bronze, il touchait son adversaire au seul endroit qui permette de rendre inoffensif un bloc de marbre et de le coucher, mou, sur le sol.

Sorcier de naissance, il savait se changer en fumée, en arbre, en hirondelle, en fil d’araignée, en panthère, en chien, en mouche… et même devenir invisible. Le public voyait Brown. L’adversaire voyait ce que Brown voulait lui faire voir. [1]

"Panama Al Brown" de J. Goldstein & Alex W. Inker : un destin forgé à coups de poings
© Alex W. Inker / Jacques Goldstein / Sarbacane 2017

Alfonso Teofilo Brown, dit Panama Al Brown, fait partie de ces sportifs à la carrière aussi fulgurante que leur destin est tragique. Né en 1902 à Colón, au Panama, il devient boxeur professionnel dès l’âge de vingt ans, est champion du Panama catégorie poids mouches après seulement sept combats et monte sur un ring new-yorkais dès 1923. Les succès s’enchaînent ensuite, entrecoupés cependant de désillusions, ce qui ne l’empêche pas de rester champion du monde poids mouche de 1929 à 1935. Au total, il aurait mené plus de 160 combats, pour plus de 130 victoires dont près de la moitié par KO !

Mais la violence des combats, les excès et la tuberculose ont eu raison de son endurance. Panama Al Brown décède à New York à l’âge de 48 ans, dans un grand dénuement et bien loin des splendeurs qu’il connut à Paris. Ayant fréquenté - possiblement - Jean Cocteau, qui a dessiné son portrait, ainsi que la "Revue nègre" de Joséphine Baker, il a largement profité des nuits de Paris. C’est du moins ainsi que le montrent Jacques Goldstein et Alex W. Inker dans Panama Al Brown - L’énigme de la force [2] (Éditions Sarbacane).

© Alex W. Inker / Jacques Goldstein / Sarbacane 2017

Les deux auteurs se sont en effet emparés du destin de Panama Al Brown pour nous en offrir une version à la fois romancée et documentée. Le lecteur suit un journaliste en quête d’un papier qui pourrait le remettre en odeur de sainteté auprès de son directeur de publication [3] et qui entreprend de reconstruire le parcours du boxeur entre Panama, Paris et New York. Se rendant sur les lieux où Brown a vécu, il recherche et recueille les témoignages de ceux qui l’ont connu. La biographie se compose donc de longs retours en arrière, de l’enfance à la déchéance de celui qui ne fut inscrit à l’International Boxing Hall of Fame que 41 ans après son décès.

Nous avions remarqué Alex W. Inker - Alexandre Widendael de son vrai nom - en 2016 pour son ouvrage Apache (aux Éditions Sarbacane également), qui a reçu depuis le Prix Polar SNCF 2017. Nous retrouvons dans Panama Al Brown les qualités du livre précédent. Le récit, certes sans grande surprise, est solidement construit et nous plonge au cœur des années 1920 et 1930. Les dialogues sont ciselés, même si la gouaille est moins marquée que dans Apache, le ton de Panama Al Brown étant évidemment plus sérieux. Le trait est toujours aussi souple et précis, mis en valeur par ce qui est sans aucun doute le point fort du dessinateur, à savoir son encrage - son pseudonyme n’ayant sûrement pas été choisi au hasard !

Il faut souligner enfin la présence de quelques dessins en pleine page, surtout en début d’ouvrage, particulièrement réussis. Une playlist indicative, où nous trouvons par exemple Bessie Smith, Ella Fitzgerald, Billie Holiday et Joséphine Baker, ainsi qu’un dossier rédigé par Jacques Goldstein (auteur de documentaires notamment sur la musique et la culture noire) et agrémenté de photographies, viennent compléter le livre. De quoi ravir les amateurs de boxe, de musique, d’histoire... Et de bande dessinée !

© Alex W. Inker / Jacques Goldstein / Sarbacane 2017

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Panama Al Brown - L’énigme de la force - Par Jacques Goldstein (scénario) et Alex W. Inker (scénario & dessin) - Éditions Sarbacane - 21,5 x 29 cm - 168 pages en noir & blanc - couverture cartonnée - parution le 6 septembre 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site d’Alex W. Inker & le site dédié à la bande dessinée (une version "numérique augmentée" et un documentaire pour la télévision sont annoncés).

À propos des relations entre Jean Cocteau et Al Brown, consulter un site conçu par des chercheurs en Littérature et en Arts du Spectacle de l’université Paul-Valéry Montpellier III.

À lire également sur ActuaBD :
- "Apache" d’Alex W. Inker : un polar ironique en lice à Angoulême
- « Apache » d’Alex W. Inker Prix Polar SNCF 2017 pour la bande dessinée

[2Si le sens de ce titre est transparent, son choix laisse dubitatif : il sonne étrangement, comme le titre d’un épisode d’une série cinématographique à succès...

[3Il se pourrait que ce soit aussi le cas de l’auteur de ces lignes...

  Un commentaire ?