Sandawe, naissance d’une maison d’édition sur Internet

10 novembre 2009 12 commentaires
  • Sur le principe d'Akamusic, Sandawe se définit comme une "tribu d'édition" dont les internautes sont les premiers producteurs. Vous visualisez les projets et vous soutenez vos coups de cœur ! Une première en bande dessinée, à laquelle s'associe Actua BD !

Comment offrir une vraie chance d’exister dans un marché encombré ? Voilà la question à laquelle souhaite résoudre Patrick Pinchart, ancien rédacteur en chef de Spirou, et ex-éditeur chez Dupuis. Evoluant depuis plus de 30 ans dans la bande dessinée, le créateur d’ActuaBD se lance donc dans un pari novateur : proposer un portail internet permettant de mettre en lien les auteurs désireux de placer leurs nouveaux projets avec de potentiels investisseurs, des ’édinautes’, par le biais d’une nouvelle maison d’édition, Sandawe !

"Un des soucis majeurs qui touche les nouveautés", nous explique Patrick Pinchart, "c’est le manque de visibilité dans les points de ventes, car les albums sont souvent noyés entre les séries installées, les best-sellers et les 4600 parutions annuelles. Sandawe s’appuie donc sur une communauté rassemblant tous les types d’intervenants de la bande dessinée : auteurs confirmés ou non, lecteurs, journalistes, libraires et éditeur. Les lecteurs vont pouvoir participer au financement des albums, suivront les étapes de leur création, tout en soutenant leur promotion.

Sandawe, naissance d'une maison d'édition sur Internet
Un logo plein d’influences ...

Directeur éditorial, Pinchart se voit comme le garant de la qualité des projets soumis à la communauté des édinautes, et le principal interlocuteur des auteurs. "Pour l’instant, Sandawe n’est constitué que de trois personnes, mais nous espérons bientôt voir notre équipe éditoriale s’agrandir, afin de pouvoir proposer une expérience conséquente dans les divers genres de bande dessinée."

Chacun des projets sera présenté par quelques planches, un résumé du thème ou de l’intrigue, un descriptif des personnages, etc. "Nous avons déjà sélectionné une série de propositions d’albums que nous dévoilerons au mois de janvier 2010, lors de l’ouverture officielle du site www.sandawe.com, mais nous voulions déjà que la communauté d’auteurs et de lecteurs puisse s’informer sur notre maison d’édition, afin de s’inscrire à notre newsletter ou pour nous soumettre de nouveaux projets."

Selon les divers montants de contribution choisi par un ’édinaute’, il pourra recevoir l’album, accompagné aussi par une dédicace ou divers ex-libris. Il sera de toute façon crédité nominativement dans l’album. Les libraires pourront également faire le choix de soutenir un projet par leur action. "Une des richesses de ce système", continue Pinchart, "c’est que chaque personne soutenant l’album devrait en parler autour de lui, créant déjà le bouche-à-oreille et en assurant dont la promotion. C’est d’ailleurs ce qui attire les grosses sociétés de distribution, très intéressées par Sandawe : un album qui est déjà attendu à sa sortie, c’est une belle mise en avant chez les libraires et le public."

La page d’accueil de www.sandawe.com

Bien entendu, le nom de la maison d’édition, Sandawe, a le mérite d’intriguer ! « C’est le nom du peuple le plus ancien de la vallée du Rift, en Tanzanie, considéré comme une des dernières ethnies à l’origine des ancêtres communs de tous les hommes. Ils sont libres, débrouillard, pacifistes, et décident tout par le dialogue. Ils partagent tous leurs biens, et … parlent par clics, bien avant l’invention d’Internet ! »

Actua BD s’associe à ce projet novateur : nos chroniqueurs vont également donner leur avis concernant les projets soumis sur Sandawe, afin de soutenir ceux qui nous paraissent les plus intéressants et créatifs. D’autres partenariats sont déjà en chantier, mais nous en saurons plus au mois de janvier 2010 !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Pour prendre contact avec Sandawe ou pour visiter le site avant le lancement des projets en janvier 2010, une solution simple et facile : leur site internet
En logo, une caricature de Patrick Pinchart, par Marc BVR.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • Sandawe, naissance d’une maison d’édition sur Internet
    10 novembre 2009 19:43, par Dessineux n° 3467832

    Dans la lettre-type d’information, envoyée aux potentiels interessés , on peut trouver une liste bien "propre" ,bien scolaire des éléments qu’il nous faut envoyer pour soumettre un projet...

    Sans vouloir chercher à discuter de l’interet d’avoir à rédiger un "pitch" bien accrocheur ( c’est bien, c’est à l’auteur de jouer au commercial,maintenant ...) ,j’ai été surpris par l’aspect "voila-comment-présenter-vot’-came-comme-i’-faut-sans-déborder-des-cases -appliquez-vous-et-rangez-nous-ça-bien-dans-le-formulaire-conçu-à-cet-effet"...

    Je comprends bien qu’il s’agit d’anticiper les candidatures farfelues,dilettantes et bâclées ,mais quand même : là ,rien qu’au ton avec lequel on me parle, j’ai réellement envie de fuir...

    Quant au dernier mot de la-dite newsletter , cerise sur le gateau : Sandawe nous souhaite "Bon amusement"...

    Mais oui ! Voila ! On est communautaires ,atypiques, le "public/tribu" est roi ,youhou c’est le monde de la baydayyy, et l’"auteur" s’amuse , que demander de plus ???

    ça doit être sympa , de recevoir un coup de fil de son "éditeur" qui vous demande quand tu livres, et si tu t’amuses comme il faut...

    Pour le Marketing , 20/20 , pour la Psychologie, recalé...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred Boot le 11 novembre 2009 à  02:14 :

      C’est un peu triste, d’autant qu’ensuite l’album sera attendu par ses lecteurs. Pour la surprise de la découverte, on repassera. Pas tres excitant tout cela en effet.

      (Au fait, Marsu ne l’a pas déposé "Houba" ? Héhé :) )

      Répondre à ce message

      • Répondu par Patrick Pinchart le 11 novembre 2009 à  15:07 :

        Chers Dessineux n° 3467832 et Fred Boot.

        Cela ne m’aurait pas déplu d’être plus ukulélé dans le ton de cette liste. Mais bon, on ne l’a pas vraiment conçue pour ça. C’est un outil pour les petits nouveaux dans le métier (les autres, ils savent comment faire). Alors, oui, ça a peut-être un ton scolaire pour les autres.

        Tout le monde n’est pas capable, dès le début de sa carrière, de bien ficeler son dossier pour qu’il serve l’essentiel : être lu par des éditeurs noyés sous les projets. Ben oui, ce n’est pas un grand secret, il y a des dossiers qui sont vite lus, d’autres qui sont placés dans la pile "à lire plus tard". C’est injuste, mais c’est comme ça.

        Donc, on a voulu donner un coup de pouce avec cette "check-list" des choses qui peuvent aider un projet à être mieux compris par le destinataire. C’est donc un guide, pas une référence. Les auteurs qui ont déjà de l’expérience n’en ont pas besoin. Les autres, on s’est dits que ces informations pouvaient leur être utile, qu’ils présentent leur projet chez nous ou ailleurs.

        Effectivement, c’est aussi pour gagner du temps en diminuant les propositions pas assez réfléchies, et je préfère utiliser le mien, de temps, à faire avancer des projets en dialoguant avec les auteurs (heureusement, nous avons bien d’autres raisons de leur téléphoner que simplement pour leur demander quand ils rentrent leurs planches…) qu’à en refuser parce qu’ils ne sont pas assez aboutis.

        Comme je préfère leur souhaiter "bon amusement !" parce que c’est ma façon de voir les choses : la BD n’est pas le métier le plus facile qui soit, bien au contraire, alors s’il n’y a pas cette étincelle de départ qu’est l’amusement, c’est mal barré…
        Mais ce n’est que mon avis.

        Patrick Pinchart

        Répondre à ce message

  • Sandawe ah oui
    16 novembre 2009 18:16, par Webmich

    C’est une belle initiative pour permettre à des nouveaux venus de se faire une place !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 16 novembre 2009 à  21:12 :

      Bien d’accord avec vous, je ne vouis pas pourquoi cela marcherait pour la musique et pas pour la BD !! De pls, on a là à faire avec un ancien rédac-chef de Spirou, ce qui est un gage de qualité et de carnets d’adresses bien remplis ; je suivrai donc de prés vos projets, et serai éventuellement prét à soutenir financièrement ceux qui me plairont le plus !

      Répondre à ce message

  • Mille Sabords, qu’il s’amuse ou pas l’auteur, moi je suis là pour l’histoire...
    Bon vent à Sandawe, et qu’il nous apporte plein de bonnes choses à lire... Bon Dieu je ne suis pas encore inscrit comme e-Editeur et déjà je m’engueule avec un auteur... Oh c’est top ce truc !
    Au fait c’est sandawe .com ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par (feu) Goscinny (a dit) : le 16 novembre 2009 à  19:54 :

      « Demander à quelqu’un ce qu’il aimerait, c’est déjà fini, puisque nous sommes là pour surprendre le lecteur. S’il connaît les histoires avant nous, ça ne lui plaira pas. »

      Répondre à ce message

      • Répondu le 16 novembre 2009 à  22:23 :

        Demander à quelqu’un ce qu’il aimerait lire, c’est le principe des referendums. C’est en allant contre le referendum dans Spirou que Franquin a créé Gaston Lagaffe (et qu’Uderzo/Goscinny ont fait d’Astérix un nabot).

        Répondre à ce message

        • Répondu par Patrick Pinchart le 17 novembre 2009 à  12:30 :

          Ne confondons pas :
          - une maison d’édition fondée sur des études de marché, où l’on pose des questions aux personnes interrogées pour connaître les grandes tendances actuelles, qui risque donc de ne favoriser que des bandes dessinées conformistes ;
          - une maison d’édition fondée sur un engagement financier des lecteurs, où tous les genres ont leurs chances pourvu que les projets plaisent à un certain nombre d’amateurs (et non au plus grand nombre).

          Dans le premier cas, on tombe dans le piège décrit par Goscinny. Dans le second cas, on ouvre la porte à une plus grande diversité de genres et d’auteurs. Certes, le risque du conformisme n’est pas totalement écarté, mais je pense qu’on peut faire confiance aux lecteurs pour défendre ce qu’ils aiment et non ce qui est le plus populaire. L’un n’excluant pas l’autre.

          C’est un pari. L’avenir nous dira si nous avons raison ou non. Mais au moins, on le tente et des auteurs le tentent avec nous. Dans des genres très diversifiés et pas forcément les plus conformistes. Je te donne donc rendez-vous en janvier pour que tu puisses juger sur autre chose que des intentions.

          Bien cordialement,

          Patrick Pinchart

          Répondre à ce message

          • Répondu le 19 novembre 2009 à  11:09 :

            On sait que certains livres(peu consensuels) n’existent que par la volonté d’UN seul homme pour l’éditer, ces projets sont systématiquement refusés par les comités éditoriaux dès lors qu’il faut un collégialité, c’est pour ça que ces livres se retrouvent plutôt chez les "petits" éditeurs, càd les petites structures où une seule personne décide.

            Les livres publiés par Sandawe risquent d’entrer dans le consensus mou (comme en musique avec Grégoire sur My Major Company), mais peut-être que je me trompe.

            Répondre à ce message

  • Heu c encore moi.. En plus on ne pas les accuser d’être super commercial, ils sortent en Janvier, juste après Noël... et en plus sur Gogle ils ne sortent pas encore en premier... lalez un petit backlink leur fera du bien www.sandawe.com

    Répondre à ce message

  • 4600 NOUVEAUTES en 2008 et sans doute plus encore en 2009 nécessitent bien un peu d’inventivité dans ce genre, pour que des BONS ALBUMS ne passent pas inaperçus !

    Répondre à ce message