The first love melt in ultramarine - Par Yuki Ringo - Taifu comics

23 août 2017 0 commentaire
  • Récit complet sur le harcèlement scolaire et l'homosexualité, une œuvre simple et touchante qui fait mouche grâce une ambiance pudique au ton étonnamment doux. Une jolie leçon de vie sur la douleur et l'acceptation.

À la suite d’une blessure à l’épaule, le sportif Kengo doit arrêter les entraînements de baseball en attendant sa guérison. Déprimé et désœuvré, il rencontre en salle de musique Yoshioka, un élève de sa classe qui ne vient plus en cours depuis un an.

En dépit de l’attitude réservée de Yoshioka, Kengo prend l’habitude de venir l’écouter jouer au piano après les cours et finit par se prendre d’affection pour lui, et même davantage. Sa gentillesse réussit alors à convaincre Yoshioka de revenir en cours et Kengo le présente à ses amis qui l’accueillent chaleureusement.

Cependant, en même temps que les sentiments de Kengo deviennent plus intenses, ce dernier se demande de plus en plus quelles raisons ont amené Yoshioka à ne plus se présenter en classe...

Il s’agira ici d’harcèlement et d’agressions à caractère sexuel perpétuées par des élèves qui avaient pris pour cible Yoshioka en raison de son homosexualité supposée et de son attitude réservée.

The first love melt in ultramarine - Par Yuki Ringo - Taifu comics
© by YUKI Ringo / Enterbrain

Habituée au one-shot, la réputation de Yuki Ringo en France n’est plus à faire et The first love melt in ultramarine constitue sa quatrième publication chez nous [1]. Auteure de yaoi manga, c’est-à-dire de manga mettant en scène des romances entre garçons aux caractères stéréotypés et aux scènes de sexe explicites, Yuki Ringo se distingue par une étonnante douceur de ton qui apporte une certaine fraîcheur au récit yaoi, généralement très formaté.

Ce qui frappe à la lecture de The first love melt in ultramarine, c’est effectivement cette douceur : presque aucune violence ou colère n’émane des deux personnages principaux en dépit de la situation. Il est uniquement ici question de connaître l’autre, de l’aider à se reconstruire et d’acceptation.

Le récit s’attèle donc à décrire une romance, entre ses moments intimes et ses états d’âmes, avec un secret qui sépare dans un premier temps les personnages. L’ensemble se révèle dans le fond assez classique mais Yuki Ringo, par sa narration et son dessin doux et lumineux, en tire une histoire poignante confondante de justesse.

© by YUKI Ringo / Enterbrain

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

The first love melt in ultramarine. Par Yuki Ringo. Traduction Margot Maillac. Taifu Comics, collection "Yaoi". Sortie le 13 juillet 2017. 176 pages. 8,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

[1Les œuvres de Yuki Ringo éditées en France :
- Konshoku Melancholic, Taifu comics, 2016,
- Tamayura, Boy’s Love - IDP, 2016,
- Goodbye Lilac, Boy’s Love - IDP, 2017,
- The first love melt in ultramarine, Taifu comics, 2017.

  Un commentaire ?