Lecture en confinement #22 : "OR BOR" 1 à 4 - Par Annabelle Dupret - Éditions IMAGEs / La "S" Grand Atelier

7 avril 2020 0 commentaire

CONFINEMENT. Tout porte à croire que nous sommes « dans le dur » de la crise sanitaire. Le bilan provisoire a dépassé 70 000 morts à travers le monde, 4 milliards de personnes sont confinées, le nombre de malades continue d’augmenter même si cette hausse commence, à peine, à marquer le pas dans les principaux pays européens touchés. La sortie sera longue et ses conséquences probablement peu réjouissantes... Alors, accrochons-nous une fois encore à la lecture et à l’art : cela apporte un peu de lumière dans le tunnel.

Comme beaucoup de pensionnaires d’institutions de santé, les artistes de La « S » Grand Atelier sont particulièrement touchés par le Covid-19. C’est une raison supplémentaire, mais dont nous nous serions bien passés, pour découvrir leur travail que l’on peut ranger du côté de l’art brut - classification aussi large que réductrice, chaque artiste ayant son histoire, sa personnalité et son œuvre.

Lecture en confinement #22 : "OR BOR" 1 à 4 - Par Annabelle Dupret - Éditions IMAGEs / La "S" Grand Atelier
© Pascal Leyder/ Annabelle Dupret / IMAGEs / La S Grand Atelier 2019

Annabelle Dupret, fondatrice des Éditions IMAGEs, avec le soutien d’Anne-Françoise Rouche, directrice de La « S », et la complicité de Justine Müllers et Lorenz Ohrmer, propose grâce à sa revue OR BOR une porte d’entrée très accessible dans le travail de quelques-uns des artistes déficients mentaux accueillis par l’association de Vielsalm. Chaque numéro - le premier date de la fin de l’année 2019 - est constitué d’une feuille format A2 faisant office à la fois de poster et de dépliant et se consacre à un seul artiste, à rencontrer à travers quelques images, un article et une notice biographique.

Le premier numéro est dédié à Gabriel Evrard, dessinateur compulsif et presque hypermnésique. Il puise son inspiration dans le culture pop - cinéma, dessin animé, musique, télévision - et griffonne avec acharnement. Privilégiant le stylo à bille, il fait naître des figures expressives et des personnages tordus qui relèvent autant du totémisme que du recyclage rageur.

© Kostia Botkine / Annabelle Dupret / IMAGEs / La S Grand Atelier 2019

Les architectures de Kostia Botkine - le #2 - sont beaucoup plus apaisées. Membre des Choolers division, groupe de hip-hop électro brut mais ultra-travaillé, il aime autant le graphisme que la musique. Fasciné par les chapiteaux de cirque, il en trace des variations infinies, rajeunissant au passage le suprématisme et le brutalisme. Malévitch et Le Corbusier trouvent là un héritier inattendu, dégagé de toute convenance académique.

OR BOR #3, « revue d’art brut et contemporain expérimentale/visuelle/textuelle », est consacré à Pascal Leyder. Dessinateur qui ne travaille que d’un seul jet, il remplit totalement ses pages, presque jusqu’à la saturation. Inspiré notamment par la cartographie, il invente une esthétique où écriture et dessin se mélangent au point d’abolir les frontières de sens. Il a été publié par Le Dernier Cri, éditeur marseillais de référence pour toute la scène graphique européenne. C’est dire !

Enfin, mais ce n’est sûrement qu’une étape, OR BOR #4 donne à voir des œuvres de Philippe Marien. Lui aussi membre des Choolers Division, il colle et dessine, écrit et colorie. Il manie autant qu’il le peut les images qu’il aime, ne connaissant ni l’auto-censure ni la contrainte d’être compris. En résulte des feuilles d’apparence chaotique, mais pleine à craquer de références personnelles. S’y télescopent, et c’en est saisissant, des traits enfantins et des visuels érotiques à regarder dans tous les sens.

Bien d’autres artistes passent régulièrement par La « S ». Nul doute que nous pourrons faire leur connaissance grâce à OR BOR.

FH

© Gabriel Evrard / Annabelle Dupret / IMAGEs / La S Grand Atelier 2019

OR BOR #1 à #4 - Par Annabelle Dupret, Gabriel Evrard (#1), Kostia Botkine (#2), Pascal Leyder (#3), Philippe Marien (#4) - Éditions IMAGEs / La « S » Grand Atelier - notices biographiques & bibliographiques par Justine Müllers - traduction vers l’anglais par Lorenz Ohrmer - format A2 recto-verso - couleurs - parution fin 2019 & début 2020 - vente en salons, festivals & par correspondance.

Consulter le site des Éditions IMAGEs & le site de La "S" Grand Atelier.

Lire également sur ActuaBD :
- Angoulême 2017 : Knock Outsider Comics au FIBD, une exposition étonnante et ludique
- "L’Amour dominical" de Dominique Goblet et Dominique Théate (Frémok) : l’art sans préjugé
- Alex Barbier dessinait, peignait... et chantait !
- Knock Outsider : l’art brut comme retour aux sources
- Lecture en confinement #17 : "Vivre à FranDisco" - Par Thierry Van Hasselt & Marcel Schmitz - Frémok

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?