Lecture en confinement #52 : "Fanzinorama" - Par Marie Bourgoin - La Fanzinothèque / Hoëbeke

7 mai 2020 0 commentaire

CONFINEMENT. Alors que le coronavirus a tué au moins 270 000 personnes dans le monde, la France s’apprête, c’est confirmé, à sortir du confinement. Certes de façon progressive et différenciée selon les régions, mais quand même : les Français auront connu une période de cinquante-cinq jours de restrictions de déplacement, de loisir, de travail, totalement inédite. Plus de quatre milliards d’habitants de « notre bonne vieille Terre » ont également fait cette expérience, pour des durées variables d’un pays à l’autre, mais avec toujours un but commun : ralentir la propagation d’un virus mortel. Drôle d’unité...

Le fanzinat est méconnu de nombre de lecteurs de bandes dessinées. Il forme pourtant le terreau sur lequel ont poussé et poussent encore pas mal de talents. Très lointains héritiers des fanatic-magazines apparus dans les années 1930 aux États-Unis, et pas du tout consacrés à la bande dessinée au départ, les fanzines d’aujourd’hui sont parfois extrêmement soignés et inscrits dans une culture de l’expérimentation pour certains, de la contestation pour d’autres. Ils sont quoi qu’il en soit toujours conçus en-dehors des réseaux officiels de l’édition, sans le souci de la rentabilité et sont l’occasion de découvertes que même le Net ne permet pas forcément.

De rares espaces lui sont consacrés. C’est le cas de La Fanzinothèque de Poitiers, association fondée en 1989 par Didier Bourgoin et dédiée à la conservation et à la valorisation des fanzines. Plus de 60 000 publications internationales y sont aujourd’hui abritées. Si les fanzines de bande dessinée constituent une part importante du fonds, ce n’est pas exclusif. La Fanzinothèque, outre la collecte, la consultation, la numérisation et le prêt, organise également des expositions et des ateliers afin de faire vivre un mouvement dont l’essor, depuis les années 1970, ne s’est jamais démenti, malgré quelques périodes un peu creuses.

Lecture en confinement #52 : "Fanzinorama" - Par Marie Bourgoin - La Fanzinothèque / Hoëbeke
© La Fanzinothèque / Éditions Hoëbeke / Auteurs de fanzines 2019

À la fois porte d’entrée dans la collection de La Fanzinothèque et célébration des trente ans du lieu, Fanzinorama, co-édité avec les Éditions Hoëbeke, présente plus de deux-cents fac-similés de premières pages de zines conservés à Poitiers. Organisée de façon chronologique et commentée par Marie Bourgoin, cette présentation offre un parcours plaisant dans trois décennies d’édition underground. Elle permet de comprendre ce qui distingue un fanzine d’une revue diffusée en kiosque et montre le dynamisme de ce champ culturel.

Le sous-titre est ambitieux : Une histoire de la bande dessinée underground. Il est malheureusement un peu trompeur et il faut davantage se fier à celui de Fanzinorama. Car c’est bien un panorama, avec de grandes étapes, quelques temps forts et beaucoup d’images, qui nous est proposé. L’ouvrage n’a ni la rigueur formelle ni la profondeur de réflexion qui lui permettraient de devenir une référence incontournable dans l’historiographie de la bande dessinée. Ni table des matières, ni index, ni notices biographiques ou bibliographiques : il ne peut être un outil à consulter pour une recherche.

Plus décevant, il manque une problématisation de l’histoire du fanzinat. Si des jalons sont donnés pour comprendre l’évolution du fanzine et du graphzine, les connexions et la contextualisation sont un peu rapides. Quels sont les liens avec l’édition en général ? Quels ont été les apports du fanzinat à la bande dessinée ? Quelle perspective internationale donner à un phénomène par essence souterrain ? Les lecteurs déjà un peu connaisseurs du sujet risquent de se sentir frustrés, alors que les néophytes pourront être désorientés par l’accumulation des noms et des titres cités.

Au final, Fanzinorama est dans un entre-deux. Il ne comporte pas assez de clés pour permettre l’initiation de nouveaux lecteurs mais il pêche par une certaine légèreté, non sur les faits ou les références, mais sur le travail éditorial. Peut-être aurait-il justement fallu insister sur cette idée du « panorama » des collections de La Fanzinothèque. L’ouvrage est bien une promenade sur ses rayonnages, d’ailleurs fort agréable grâce à la richesse de l’iconographie et à la qualité des reproductions. Et c’est déjà ça, le fanzinat ne comptant que peu de livres lui étant réservés !

FH

Fanzinorama © La Fanzinothèque / Éditions Hoëbeke 2019

Fanzinorama. Une histoire de la bande dessinée underground - Par Marie Bourgoin - La Fanzinothèque / Hoëbeke - avec la collaboration de Matthieu Rémy - 21 x 28,8 cm - 192 pages en noir & blanc et couleurs - couverture souple - ISBN 9782842307578 - parution le 7 novembre 2019.

Consulter le site de La Fanzinothèque de Poitiers.

Lire également sur ActuaBD :
- Yves Frémion : « J’ai inventé le mot "fanzineux" ».
- La Fabrique de fanzines ou l’art du "Do it Yourself"
- Petite sélection estivale de fanzines et autres auto-éditions
- "Bien, Monsieur.", fanzine lauréat du Prix de la bande dessinée alternative au FIBD 2018
- "Un Fanzine par Mois" : une initiative pour faire découvrir des fanzines sur abonnement
- "Gorgonzola" (L’Égouttoir) : un fanzine qui dure
- Lecture en confinement #45 : "Le Petit Pangolin illustré" - Collectif - Patrice Bauduinet / Fanzinorama.be / Le Bunker Ciné Théâtre
- Lecture en confinement #50 : "Déconfetti", un zine hebdomadaire à lire en ligne ou à éditer soi-même

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?