Demi-Course et casquette motul - T1 : Petit Plateau - Christophe Gaultier

1er février 2006 0 commentaire
  • {{Christophe Gaultier}} raconte son enfance dans une série d'histoires courtes situées en 1976. Des souvenirs qui sonnent juste, bien que plus acides qu'émouvants.

Dans la tête du petit Christophe, qui vient d’arriver avec ses parents dans une maison toute neuve et tristement cernée de bâtisses du même type, l’installation n’est pas facile. Les voisins, les camarades du même âge et leurs parents ressemblent à des étrangers dangereux. Le monde entier paraît hostile ! Heureusement, il parvient à en rire, et surtout, possède deux atouts de taille : un vélo mi-course et une casquette Motul. Tant pis si son slip de plage est ridicule, c’est le roi du village, un bled du côté de Châteauroux.

Qui aurait cru qu’un album au dessin si peu conventionnel aurait sa place dans le catalogue Dupuis ? Signe d’une reconnaissance d’un style vif et sans concessions, dans la droite lignée d’un Davodeau, ce premier tome de Demi-Course et casquette Motul s’inscrit dans la tradition des mémoires d’enfance illustrées.

Les vieux trentenaires qui voient arriver leurs quarante ans à vitesse grand V seront le plus touchés par ces instantanés de pré-adolescence. 10 ans en 1976, faites le calcul...

Gaultier [1] a choisi un style particulièrement agressif pour raconter ses émotions et ses angoisses : ni le trait ni le lettrage ne correspondent à une esthétique fédératrice.

Les aventures de Christophe montrent souvent la cruauté des enfants, leur violence gratuite, mais aussi le besoin d’évasion et la curiosité tous azimuts. Son regard sur le monde des parents est par ailleurs assez original et très réaliste. L’épisode de la mort de Claude François constitue quant à lui un mélange étonnant d’émotion et de dérision. De la vraie comédie italienne en somme.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Acheter l’album sur amazon

[1Le dessinateur a travaillé dix ans dans l’animation, et a notamment collaboré aux « Triplettes de Belleville »).

  Un commentaire ?