Filii T2- Par Thibaud de Rochebrune - Editions Bamboo

23 août 2007 0
  • Avec sa succession d’attentats, de Moscou à Washington, et la traque de présumés terroristes aux quatre coins de la planète, cette série pourrait s’apparenter à un thriller d’espionnage assez classique si l’auteur n’y ajoutait pas une touche fantastique : les responsables de ces exactions seraient doués de mystérieux pouvoirs liés à une évolution biologique et psychologique particulière.

Il ne s’agit pas de mutants, encore moins de super-héros mais d’individus relevant d’une évolution naturelle de l’espèce humaine. Sans appeler au secours Darwin ou d’autres théoriciens de l’évolution, l’auteur Thibaud De Rochebrune nous rappelle en préface que si «  l’homme n’avait plus évolué depuis des millénaires », c’est désormais chose faite !

Issus d’un peuple de montagnes isolées, ces mystérieux terroristes disposent de pouvoirs intelligents leur permettant d’aller au-delà de ce que les hommes peuvent faire ! C’est plus par l’intrigue que la force qu’ils espèrent se donner les moyens de se faire reconnaître et accepter par une humanité qui ne soupçonne même pas encore leur existence !

Quelle est l’origine de cette évolution ? Jusqu’à quel point ces nouvelles compétences « améliorent »-elles la race humaine ?

Cette infime partie de l’espèce humaine dont le seul moyen de survie est le recours à un terrorisme plutôt soft, non violent (ou pas trop) plus spectaculaire que meurtrier est-elle condamnée à disparaître dans la délinquance et la violence ?

Toutes ces questions quasi-philosophiques devraient permettre à cette histoire de dépasser le simple cadre du thriller d’espionnage. Elles témoignent aussi de la volonté de son auteur d’aller plus loin que le simple récit d’aventure. Un pari osé et difficile à atteindre à la lecture de ce second tome.

Pour Ranbird et Scott les agents gouvernementaux chargés d’enquêter sur ces affaires, cette traque ressemble plus à une partie d’échec à l’échelle planétaire. On les retrouve à Hong-Kong, à la poursuite des ravisseurs d’un ancien savant soviétique, ce qui les conduit sur les traces de l’étrange Monsieur Pasztor, sombre mafieux qui multiplie les fausses pistes et les coups tordus, objet d’un marchandage avec les mêmes preneurs d’otage. Entre des coups des théâtres spectaculaires, des manipulations, et l’attitude plus qu’ambiguë de son supérieur de Washington, l’agent Ranbird a bien du mal à s’y retrouver tout comme le lecteur !

Malgré un récit haletant et enlevé, la complexité de l’intrigue ne facilite pas la compréhension d’un récit trop éclaté qui manque parfois de cohérence. Si, à première vue, la trame ressemble à celle de beaucoup de séries reposant sur la menace terroriste, le piratage informatique ou le paranormal, on peut regretter que le postulat de départ original et séduisant disparaisse peu à peu au profit d’un récit trop confus.
Les rebondissements spectaculaires s’articulent péniblement et ne parviennent pas à captiver le lecteur perdu dans cette une histoire complexe car trop ambitieuse. L’association du fantastique et du thriller, pilier essentiel de ce genre narratif tarde à venir, reste parfois superficielle et ne fonctionne pas vraiment.
L’accumulation des effets, n’apporte ni réponse aux questions du départ, ni progression dans l’intrigue. Tout cela ne compense pas les carences d’un dessin assez faible, trop raide, sans personnalité que sauve difficilement une mise en page certes séduisante mais sans vraie originalité.

Malgré ces réserves on attend néanmoins le troisième et dernier volume qui permettra peut-être à l’auteur de recentrer son propos et de nous éclairer sur ses véritables intentions.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?