Albums

Interiorae - T2 - Gabriella Giandelli - Coconino Press/Vertige Graphic

Par François Peneaud le 11 septembre 2006                      Lien  
Le lapin blanc continue à observer avec bienveillance les habitants de son immeuble, dans cette histoire où réalismes social et magique font bon ménage.

L’auteure milanaise Gabriella Giandelli poursuit dans ce deuxième tome son exploration de la vie des locataires d’une immeuble comme les autres, dans leur vie de tous les jours et leurs relations plus ou moins sereines les uns avec les autres.
Mais ce qui distingue Interiorae des innombrables autres chroniques de la vie urbaine est ce lapin blanc invisible à tous (ou presque), qui commente les scènes et sert de factotum au Grand Sombre, sorte de grosse courgette vivant dans le sous-sol de l’immeuble et se nourrissant des rêves des occupants.
La présence d’éléments fantastiques dans une ambiance réaliste n’est pas originale, mais elle est ici remarquablement mise en scène. Il y a quelque chose de mythologique dans ces études de gens ordinaires, et l’autre aspect fantastique de la série renforce cette impression : le lapin nous présente une famille semble-t-il comme les autres, mais qui a péri dans un accident d’avion, revenant pourtant vivre, peut-être pour toujours, leur existence habituelle.
Ces fantômes du quotidien vivent un éternel recommencement finalement pas si éloigné de la vie de leurs voisins bien vivants.

Interiorae - T2 - Gabriella Giandelli - Coconino Press/Vertige Graphic

Le dessin de l’auteure est tout aussi calme et reposant que son écriture. L’intégration du lapin et de son chtonien patron au dessin rond se fait sans problème, et l’élégance sobre du style de Giandelli transparaît à toutes les planches.

Interiorae est une série qui devrait séduire les lecteurs sensibles aux charmes d’une étrangeté tranquille qui met en valeur les fins portraits de ces personnages qui vont de post-ados un peu perdus aux femmes plus toutes jeunes qui désespèrent un peu de rencontrer un jour un homme valable, en passant par une grand-mère aux rêves plus vivants que sa vie monotone. Une belle galerie de la modernité citadine.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR François Peneaud  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD