La Fnac pirate (malgré elle) « De Cape et De Crocs »

6 mai 2004 0 commentaire
  • Si le piratage d'albums des bandes dessinées par l'Internet reste encore marginal, il est en général fait à partir d'albums scannés. Plus rarement à partir d'un
    CD-Rom fourni par l'éditeur... C'est pourtant ce qui est arrivé récemment sur le site de la FNAC. Le numéro deux des éditions Delcourt, directeur éditorial de la boîte, nous explique ce dérapage.

Au départ, il y a une belle gaffe faite par le libraire en ligne Fnac.com. Pour Luna Incognita,
sixième opus de De cape et de Crocs
, Delcourt a fourni à Fnac.com, dans le cadre d’un partenariat, un CD-Rom avec tout l’album, pour qu’ils en prépublient en ligne une partie. En fait, c’est tout l’album qu’ils ont publié.

Interrogé, François Capuron, le directeur éditorial de Delcourt, ne semble pas plus embêté que ça,
même si le site ZDNet prétend le contraire. Le site web du libraire a immédiatement corrigé son erreur, mais imparfaitement : le document fautif était encore en ligne ce week-end. En modifiant l’adresse,
il était possible de télécharger l’album complet. Depuis, les pages ont été supprimées, mais... trop tard ?

Nous avons demandé quelques précisions au directeur éditorial de Delcourt, en complément à l’article de ZDNet :

La Fnac pirate (malgré elle) « De Cape et De Crocs »
François Capuron
Directeur éditorial de Delcourt Productions

ActuaBD - Cette boulette remet-elle en cause votre partenariat avec Fnac.com ?

François Capuron - Non. Ce n’est qu’un incident de parcours pour une personne qui croyait bien faire, en l’absence de son responsable. Cela reste anecdotique. La Fnac fait, par son réseau, 20 à 30% de la vente de livres en
France, à peu près le même chiffre en BD. C’est un partenaire précieux. Cette prépublication leur apporte du contenu et pour nous une visibilité. Et cela nous permettra de juger de l’impact d’une prépublication sur le web, en comparant les chiffres de vente de cet album avec ceux du tome 5 de la série, grâce aux statitistiques effectuées par fnac.com

ActuaBD - Pourquoi ne pas héberger vous même la prépublication de vos albums, comme le fait Dupuis ?

F.C. - Nous proposons déjà une page de "bonne feuille", prise au hasard dans chaque album. Après, suivant les partenariats noués avec les sites web en quête de contenu, nous leur fournissons le matériel nécessaire pour la bonne marche de l’opération.

ActuaBD - Regrettez-vous votre magazine de prépublication, feu Pavillon Rouge ?

F.C. - Bien sûr, il offrait une très bonne exposition. Mais on pouvait difficilement continuer l’aventure.

ActuaBD - Êtes-vous au courant de cas de piratage de BD sur les réseaux peer2peer [1] ?

F.C. - Nous sommes tenus au courant par un service de police spécialisé, basé dans le Nord. Ils nous envoient plus que régulièrement des mails nous disant que "tel site vend des scans de telle série de chez vous". Des actions juridiques sont en cours. Mais franchement, comment apprécier les dessins d’Alain Ayroles sur un écran ? Il faut avoir un matériel professionnel comme un écran 23" et prendre un temps énorme pour charger l’album dans une qualité acceptable... Cela pourrait être pratique sur un portable, mais pour l’instant, ils n’offrent pas une qualité de lecture suffisante. Peut être que dans deux ans, on sera vraiment inquiets. »

(par Xavier Mouton-Dubosc)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Hasards de l’informatique, l’e-mail à l’interviewé pour relecture s’est perdu dans les méandres du dernier virus. Comme quoi Sasser parfois de crier aux pirates.

[1réseaux d’échanges de documents, souvent piratés, comme Kazaa, Gnutella, Emule

  Un commentaire ?