"La Honte et l’oubli" : splendeurs et misères des empires coloniaux

13 février 2021 0
  • Publié par Glénat, ce diptyque se situe dans une période historique peu connue des lecteurs européens : la Guerre d'indépendance des Philippines. "La Honte et l'oubli" reconstitue en deux volumes (Le Désastre et Le Génocide), les dernières années du conflit à travers les péripéties de deux frères, José et Félix, engagés dans l'armée espagnole.

Dès les premières cases, le lecteur est plongé au cœur d’une atmosphère riche et complexe : celle de l’Espagne appauvrie de la fin du XIXe siècle. Ouvrier dans une mine de charbon en Galice, Félix doit s’enrôler dans l’armée coloniale afin de payer les frais de santé de son père. Il rejoint ainsi son frère aîné dans les forêts tropicales des Philippines. Située entre 1897 et 1899, l’odyssée qui est la leur nous fait découvrir la chute de l’empire colonial espagnol lors des guerres de Cuba et Philippines, ainsi que la montée en puissance de l’impérialisme américain, qui entame, après ces deux interventions, son ascension fulgurante sur la scène internationale.

"La Honte et l'oubli" : splendeurs et misères des empires coloniaux

Cet album ambitieux est le fruit de la collaboration d’un vétéran de la BD historique et d’aventure, Gregorio Harriet et de deux débutants : le dessinateur Alex Macho et le coloriste Garluk Aguirre, dont les apports se matérialisent dans une esthétique réaliste, avec des clins d’œil appuyés aux gravures caricaturales de Goya. La vivacité qu’ils donnent à ce chapitre de l’histoire moderne sera sans doute très appréciée par les adeptes de BD réalistes, d’autant plus que le travail de recherche et reconstruction de Harriet est irréprochable.

La narration en soi est complexe et palpitante, puisque que sur fond d’une terrible guerre coloniale, plusieurs trames sous-tendent les péripéties de ces deux frères qui découvrent ce monde fascinant et dangereux. Le lecteur est ainsi amené à connaître les intrigues diplomatiques de l’époque, des complots qui s’habillent de patriotisme au service d’ambitions politiques et commerciales bien comprises, des histoires d’amours, des batailles et des sièges...

L’Histoire avec grand H, dont ils sont témoins est difficile à saisir, même pour les héros, qui se voient souvent dépassés par les événements et ses implications. Heureusement, les parenthèses explicatives conçues par les auteurs, ainsi que les échanges entre les personnages, permettent au lecteur de suivre avec facilité les événements et se sentir complètement immergé dans les enjeux de la période.

Malheureusement, cet effort didactique est la cause du plus grand défaut de cet album : son côté théâtral. Cela s’explique : l’ambition de construire un récit épique, chargé d’un fort discours anticolonial et antimilitariste a laissé très peu de place au développement des personnages. Résultat : ceux-ci sont davantage conformes aux stéréotypes d’un film d’aventures hollywoodien et perdent dès lors en crédibilité.

Ainsi défile une galerie de caractères attendus : des héros stoïques et courageux, l’associé comique au grand cœur qui détend l’atmosphère dans les scènes trop chargées, le rebelle au passé obscur qui finit par se racheter grâce à son altruisme, etc. Loin de nous de concevoir à leur endroit un a priori négatif : nombre de chef-d’œuvres reposent sur ces codes préétablis mais là où le bât blesse, c’est dans la faiblesse de plusieurs dialogues-clés qui rendent malheureusement prévisibles les scènes plus importantes.

Le deuxième aspect qui risque de décourager certains lecteurs est la narration qui perd son de vue à plusieurs reprises. Cette histoire dérive certes sur des détails d’ordre historique intéressants, mais son propos partagé entre ses deux développements fait un peu trop l’impasse sur des points qui, aujourd’hui, nous semblent saillants. Ainsi ces camps de concentration construits par les troupes américaines (répliques de ceux mis en place par les Espagnols à Cuba) qui sont évoqués, à notre sens, de façon un peu sommaire. Peut-être les auteurs envisageaient-ils un projet plus volumineux où ils auraient pu développer ces aspects, mais le projet éditorial final limite malheureusement cette ambition.

n dépit de ces défauts, ce diptyque reste précieux car il est un des rares à traiter de ce sujet, avec un traitement documentaire, aussi bien narratif que graphique, d’une belle qualité : les uniformes, les habits traditionnels, les armes, les batailles, sont reconstitués avec un tel soin que même des particularités comme la piètre visée des canons américains (objet de moquerie persistant dans la mémoire collective des Espagnols, comme des Philippins et des Cubains), est mentionnée. Une qualité qui l’emporte sur les quelques défauts constatés à la lecture.

POUR EN APPRENDRE PLUS SUR LE PÉRIODE : LE BACKGROUND HISTORIQUE DE CES ALBUMS EN CINQ MINUTES ;

(par Jorge SANCHEZ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

La Honte et l’oubli - Tome 1 - Par Gregorio Muro Harriet & Alex Macho- "Le Désastre" - 56 pages en couleurs - 14.50 €
La Honte et l’oubli - Tome 2 - Par Gregorio Muro Harriet & Alex Macho — "Génocide" - 56 pages en couleurs - 14.50 €

Illustrations : © Glénat

  Un commentaire ?