Le Musée Jijé tente de sauver sa peau.

  • On se souvient qu'un Musée Jijé avait ouvert ses portes le [26 mai 2003->http://www.actuabd.com/article.php3?id_article=735] à Bruxelles. Faute de subsides de l'état, il s'était vite retrouvé dans une situation précaire face à laquelle [nous n'avons pas manqué de réagir->http://www.actuabd.com/article.php3?id_article=877]. Sans attendre le résultat de ses négociations avec les autorités, François Deneyer, le propriétaire du Musée, organise le dimanche 21 mars prochain une vente publique pour tenter de sauver son entreprise. Un fait unique dans les annales de la BD.

Au mois de janvier, il écrivait une lettre circulaire aux auteurs de BD leur demandant une planche pour soutenir le Musée et l’aider à éponger la dette constituée par les frais occasionnés par sa fondation. « Je me trouve actuellement dans une impasse financière expliquait François Deneyer dans cette lettre. En septembre 2001, j’avais présenté au service du patrimoine culturel de la Communauté Française mon projet de consacrer un musée à Joseph Gillain. On m’a, à l’époque, grandement félicité et renseigné sur les subsides (maximum 60% sur les travaux) que je pouvais obtenir selon un arrêté royal du 22 avril 1958. Après remise d’un dossier complet, j’ai échangé, durant un an et demi, une correspondance avec ce service qui m’assurait du suivi de mon dossier. J’ai écrit à maintes reprises au ministre de la Culture, Rudy Demotte, pour le rencontrer, en vain. Lorsqu’en janvier 2003 nous avons entamé les travaux dans le musée, l’administration m’annonça que l’arrêté royal de 1958 était remplacé par un décret sur la subsidiation des musées de la Communauté Française. Décret rentré en vigueur en janvier 2003 mais, pour lequel, les arrêtés d’application n’ont toujours pas été rédigés ! Depuis le mois de juillet 2003, la Communauté française a un nouveau ministre de la Culture. J’ai eu l’occasion de rencontrer Monsieur Christian Dupont à son cabinet le 13 octobre. Ce dernier a confirmé l’illégalité d’octroyer un subside après la réalisation des travaux et, d’autre part, indiqué que les subsides sur frais de fonctionnement dépendraient de l’application du nouveau décret, estimé fin 2004 ! »

Le Musée Jijé tente de sauver sa peau.
Le catalogue de la vente
Un grand nombre d’originaux mis en vente.

Une vente exceptionnelle

Aussi a-t-il demandé -et obtenu- de nombreux auteurs qu’ils offrent des originaux pour sauver le musée. Ils sont un grand nombre à avoir répondu à l’appel, auteurs comme ayant droits ou collectionneurs. Dans le catalogue, parmi les nombreuses références, on trouve des grands classiques comme François Craenhals, Lucien De Gieter, Daniel Ceppi, Derib, Dimitri, Dupa, Follet, Franz, Jean Giraud-Moebius, Greg, Hermann, Hausman, Victor Hubinon, Jijé, Juillard, Jeronaton, Lambil, Mézières, Will, Kiko, Roger Leloup, Milo Manara, Rosinski, Rossi, Sirius, Tibet, Maurice Tillieux, William Vance, François Walthéry ; des jeunes plumes comme Denis Bajram, Philippe Berthet, Jean-François Charles, Stéphane Colman, Serge Clerc, Johan Demoor, Dodier, Jacques Ferrandez, Philippe Foerster, André Geerts, Olivier Grenson, Emmanuel Guibert, Marc Hardy, Frédéric Jannin, Labiano, Chris Lamquet, Emmanuel Lepage, Reculé, Francis Vallès, Vink,Bernard Vrancken et Yslaire.

Le tout sera mis en vente à Bruxelles au Musée Jijé dans une vente animée par le grand collectionneur et tintinophile Stéphane Steeman, sous le contrôle d’un huissier de justice, maître Dirk Dams.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Renseignements complets sur le site du Musée Jijé