Osez… devenir l’amant idéal - Par Tonia Savage et Eve E - Drugstore/La Musardine

19 janvier 2012 2
  • Après deux précédents numéros, [{Osez rendre un homme fou de désir} et {Osez le Kâma Sûtra}->http://www.actuabd.com/Osez-en-BD-2-tomes-Par-Tonia], voici : {Osez devenir l’amant parfait}. Ambitieux programme.

Tout comme dans les deux premiers tomes, le ton est à l’humour et au plaisir. Nous retrouvons Swan, experte en sexualité, qui divulgue à son ami Mathieu des conseils pour améliorer sa relation de couple avec Anaïs. Ainsi, nous est rappelé les diverses zones érogènes féminines ainsi que la bonne manière d’attiser le désir… Après ces bons conseils, Mathieu commence par pratiquer un cunnilingus sur Anaïs. Il revient ensuite vers Swan car il voudrait pratiquer un anulingus, plus communément appelé « feuille de rose », voire une sodomie, mais il n’ose pas encore.

Sans complexes ni préjugés, avec légèreté et humour, la sexualité est abordée franchement. Ici, pas de déviances malsaines comme dans certaines BD pornographiques. Au contraire, la sexualité est montrée de façon joyeuse et agréable comme elle devrait l’être tout le temps.

Le dessin de Eve E s’inspire du graphisme d’Arthur de Pins avec ses « Péchés Mignons », qui a aussi réalisé toutes les couvertures de la série « Osez… » en livres [1], même s’il n’en atteint pas le niveau.

La lecture est plaisante et bien entendu réservée aux adultes.

Osez… devenir l'amant idéal - Par Tonia Savage et Eve E - Drugstore/La Musardine
(c) Glénat/La Musardine

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • mettez ça au rayon guide pratique. Même si c’est bien fait, il y a d’autre BD digne de ce nom à mettre en facing sur les étalages des libraires. En plus on sent vraiment la démarche commerciale de la part de l’éditeur. Ou est l’esprit BD ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par ellge64 le 25 janvier 2012 à  14:45 :

      Justement, on est en plein dans l’esprit BD qui rend ludique et facilement accessible un sujet pas forcément évident à illustrer. On est loin de la BD érotique mais l’illustration et le découpage sont honnêtes. Je ne vois pas ce qu’une démarche commerciale peut avoir de répréhensible dans ce cas et surtout je ne comprends pas ce genre de discrimination élitiste...

      Laurent

      Répondre à ce message