Passions - Par Goossens - Fluide Glacial

21 avril 2014 6 commentaires
  • L'amour pour Goossens : une quête autant spirituelle que charnelle, tant rêvée que partagée. Ce recueil s'amuse de la même façon des fantasmes masculins que de la misère sexuelle la plus pathétique. Et pourtant, la bienveillance pour les personnages persiste...

Neuf histoires d’amour, neuf délires érotiques, neuf femmes inaccessibles... Retrouver la petite musique de Goossens, c’est aussi croiser à nouveau ces personnages à la fois si quotidiens et complètement ailleurs. De braves types qui rêvent de la passion ultime, de la femme fatale qui serait tout à coup devenu brave fille.

Ces BD courtes offrent aussi, comme toujours avec Goossens, de grands moments de parodie. Que vous soyez fan de western hollywoodien, de littérature classique ou de neuvième art patrimonial, vous trouverez de savoureuses références glissées dans ces planches. On retrouve dans Passions quelques scènes avec Georges et Louis, en quête de l’œuvre érotique de référence, dans des joutes rhétoriques en chambre pleines de tendresse vache.

Mais Goossens décline aussi deux thèmes plus hardis : le travestissement avec en filigrane les troubles de l’ambiguïté sexuelle, et le complexe d’œdipe, avec une complicité mère-fils à faire rougir un psychanalyste.

Maniant la langue française avec l’élégance d’un romantique lettré, Goossens dresse un panorama coloré d’une certaine misère sexuelle contemporaine, autant terrassée par les clichés érotiques que par une immense ardeur sentimentale inassouvie.

Passions - Par Goossens - Fluide Glacial

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

- Découvrir des extraits

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Passions - Par Goossens - Fluide Glacial
    21 avril 2014 18:33, par Philippe Wurm

    Goossens, c’est la grande classe ! Heureusement qu’il a eu le grand prix d’Angoulême pour récompenser le travail d’un humoriste qui a irrigué le rire hexagonal dans tous les médias de ses 30 dernières années. Comme en plus il a influencé de nombreux dessinateurs par la classe de son dessin en volume et par ses trouvailles d’expressions corporelles il mériterait même un second grand prix !
    Louons un tel créateur et remercions-le de poursuivre son travail de recherche avec toujours la même constance et la même exigence.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 21 avril 2014 à  20:49 :

      Du Goossens en couleurs, on n’avait pas trop vu ça depuis ses histoires parues dans Rigolo ! A chaque fois, un humour personnel et décalé, et un dessin magnifique (Goossens pourrait faire du réalisme s’il le souhaitait !).

      Répondre à ce message

      • Répondu par ODK le 22 avril 2014 à  08:31 :

        Son précédent album, "Sacré comique", était déjà tout en couleurs.

        Répondre à ce message

    • Répondu par J-Jacques le 21 avril 2014 à  21:21 :

      Goossens, c’est la grande classe !

      C’est amusant parce que je pense exactement le contraire. Sans rien enlevé à la qualité de son travail, je trouve son dessin, son univers, ses ambiances et son humour d’une grande vulgarité, comme Edika ou Maester. C’est aussi le support Fluide Glacial qui veut ça, pourtant Blutch n’a jamais été vulgaire dans Fluide, ni Foerster.

      Répondre à ce message