Revue de presse Bo Doï n° 68, novembre 2003

1er novembre 2003 0 commentaire
  • Pour son n° de novembre Bodoï nous la joue franchouille/France profonde en proposant deux dossiers consacrés à Joe Bar et à Davodeau.

Le premier nous présente le come back de Christian Debarre alias Bar2 au guidon de sa moto japonaise. Le dossier de Jean-Pierre Fuéri nous en apprend beaucoup sur le scénariste-dessinateur-biker-zen « maudit », sur l’art de bien conduire sa bécane en général mais un peu moins sur la bande dessinée dédiée au genre, ce qui est dommage et verse dans le happy few. Le second nous promet un rappel de Brassens sur les planches - soit l’adaptation en bd par Davodeau et David Prudhomme de « La tour des miracles », roman d’un Brassens miséreux mais point misérable publié en 1953 et tombé depuis dans les oubliettes. Voilà de quoi allécher le chaland mais cette investigation brassensophile scoopesque vire au bout de 3 pages en un dossier consacré Davodeau tout court. Conduit par Jean-Marc Vidal l’entretien est très intéressant (retour est fait sur « Rural ! » et l’ensemble du corpus davodeauïste) mais on se demande pourquoi il n’est pas intitulé : dossier sur Davodeau. C’est vrai, quoi.

On lira avec intérêt et force nostalgie « L’oraison funèbre des petits formats Semic » (Jean-Pierre Fuéri, p. 6) ainsi que l’hommage à Guido Buzzeli, « soldat inconnu » de la Bd des années 70-80 (avec des propos recueillis par Damien Perez, pp.10-11) - et l’on s’étonnera que la rubrique www.ce-mois-ci (p. 44) nous fourgue encore du Buzzeli 35 pages plus loin : merci les gars on a compris, y a du buzz sur Buzzelli, ok… N’eût-il pas été plus cohérent d’intégrer cette page dans l’hommage précité ?

S’ajoutent à cela la triste information de l’abandon du studio de Montreuil par Disney (où Nicolas de Crécy, Cyril Pedrosa, Nicolas Kéramidas et Guarnido firent leurs armes par exemple) et les prépublications de "Cuervos" n°2 (à noter un entretien stimulant entre le scénariste Richard Marazano et Nicolas Pothier), « Cotton Kid » n° 6 et « Le tueur » n° 5. Allez, y a plus qu’à.

Frédéric Grolleau

(par Damien Perez)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?