Newsletter ActuaBD

Tintin au Musée en herbe

  • Le Musée imaginaire de Tintin prend ses quartiers dans le Musée en herbe à Paris jusqu'au 31 août prochain. Un prélude à une collection patrimoniale sur Hergé qui doit sortir chez Casterman à la fin de cette année.

Tous les collectionneurs d’Hergé connaissent ce fameux "Musée imaginaire de Tintin" qui avait été mis en scène par Pierre Sterckx aux Beaux-Arts de Bruxelles en 1980. Le principe avait consisté à mettre en parallèle l’univers d’Hergé avec les authentiques pièces de musée qui avaient inspiré les aventures du reporter bruxellois.

D’une dimension plus modeste, le petit Musée en herbe situé à deux pas de la place des victoires dans le 1er arrondissement de Paris, rassemble peu de pièces et seulement quelques originaux d’Hergé, mais leur qualité fait qu’elles valent nettement le détour.

Tintin au Musée en herbe
Un lieu de médiation dédié aux enfants

Ainsi le Musée du Louvre a-t-il prêté un sarcophage de son département des Antiquités Égyptiennes pour illustrer la fameuse séquence des Cigares du Pharaon, le Musée du Quai Branly a prêté des objets des Arts Premiers du Congo, le Musée Guimet un manteau de moine tibétain et la Galerie Flak à Paris a prêté une coiffe d’indien d’Amérique.

Ce parcours est précédé d’une pièce où figurent quelques originaux d’Hergé qui retracent sa carrière : on ne se lasse pas de regarder de près (les adultes doivent se pencher un peu car la scénographie est prévue pour les enfants) cette illustration de Quick et Flupke dont les applications de gouache sont d’une incroyable minutie ou cette couverture du Petit Vingtième où Tintin pose aux côtés de Tchang.

Coiffe de chef indien que l’on croirait sortie de Tintin en Amérique
L’effrayante momie des Cigares du Pharaon
Un écho du Lotus bleu
Sur la table des Studios Hergé, la couverture originale du catalogue Le Musée imaginaire de Tintin
Sur les cimaises, cette séquence mythique du Lotus bleu

Dans ce lieu de médiation vraiment destiné aux enfants (on leur prête la casquette du reporter le temps de la visite) le petit monde enchanté de Tintin se déploie avec une force qui semble éternelle.

L’exposition est vraiment conçue comme une succursale du Musée Hergé de Louvain La Neuve : le code-couleurs de l’entrée est repris et on a droit à l’étage à une grosse librairie remplie jusqu’à la gueule d’albums de Tintin, prélude à une collection luxueuse d’ouvrages à paraître chez Casterman dès la fin de cette année.

"Ce sera la Pléiade d’Hergé" annonce le directeur éditorial Benoît Mouchart, pour une collection qui reprendra les albums de Tintin avec l’intégrale des documents qui ont servi à la création de l’œuvre. Des ouvrages luxueux dont le prix devrait avoisiner les 60 euros.

Lors de l’inauguration, une brochette de tintinologues distingués : Jacques Langlois (Les Amis d’Hergé), Benoit Mouchart (directeur éditorial de Casterman) et Philippe Goddin, le biographe d’Hergé.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Musée imaginaire de Tintin
du 12 février au 31 août 2015
Le Musée en Herbe
21 rue Hérold - Paris 1er
Le site de l’événement

Prix d’entrée 6€. Voir le site pour les différentes formules.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Tintin au Musée en herbe
    12 février 2015 08:01

    le Musée en herbe est dédié aux enfants d’abord (et aux adultes qui les accompagnent). Il est donc normal de se baisser et de se mettre à leur hauteur. Quelle curieuse remarque.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oreste le 12 février 2015 à  14:27 :

      le Musée en herbe est dédié aux enfants d’abord (et aux adultes qui les accompagnent). Il est donc normal de se baisser et de se mettre à leur hauteur. Quelle curieuse remarque.

      Tout le monde ne connait pas le Musée en herbe, ce n’est donc pas une "curieuse remarque", mais une information qu’un journaliste ce doit de donner. Quelle curieux commentaire !

      Répondre à ce message

  • Tintin au Musée en herbe
    12 février 2015 09:37, par Richard Foin

    Cette "pléiade" ne serait-elle pas qu’une reprise de la collection Atlas "Archives Tintin Hergé" ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 février 2015 à  17:23 :

      ...et une énième mouture du "musée imaginaire de Tintin"...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Cobb le 12 février 2015 à  20:27 :

        http://www.philippemellot.com/pages/cv.html

        Et le commentaire de Benoit Peeters ajouté le 30 novembre dernier sur sa page Facebook et une ou deux pages tintinophiles : "Bonjour. Il est un peu tôt pour donner des nouvelles précises, mais je confirme l’information. Les versions utilisées sont celles de la presse (Le Petit Vingtième, Coeurs Vaillants pour Jo et Zette, Le Soir, le journal Tintin). Les pages ne sont pas reproduites à partir des originaux (sauf quelques-unes dans les préfaces), mais à partir du "feuilleton intégral"par lequel les premiers lecteurs ont découvert les œuvres d’Hergé. L’appareil critique sera abondant. Je m’attacherai pour ma part à la biographie d’Hergé, sous l’angle de la création."

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD