Newsletter ActuaBD

Wake Up America - Par Lewis, Aydin et Powell - Editions Rue de Sèvres

  • En suivant l'itinéraire du compagnon de route de Martin Luther King, ce roman graphique nous propose de revisiter la société américaine des années 1960. Une initiation mémorielle salutaire!

En cette période d’hommage planétaire à Nelson Mandela, alors même que le président des Etats-Unis est d’origine afro-américaine, il n’est pas inutile de revenir sur une époque, pas si lointaine, où avoir la peau noire dans la plus grande nation du monde constituait un handicap social majeur.

Au cours des années 1950 le Mouvement des droits civiques va se développer grâce à l’engagement de quelques pasteurs, universitaires, intellectuels.
John Lewis aujourd’hui représentant au Congrès pour l’état de Georgie fut de ceux-là.

Issu d’un milieu de modestes éleveurs de poulets du fin fond de l’Alabama, il va gravir petit à petit les échelons d’une ascension sociale qui le mène de son rôle de pasteur vers une destinée de premier plan. Fort de son implication dans le mouvement de non-violence, il connait l’apprentissage long et difficile du militantisme ; une expérience qui va le confronter à la bêtise, l’humiliation et l’intolérance de cette Amérique ségrégationniste.

Wake Up America - Par Lewis, Aydin et Powell - Editions Rue de Sèvres
"Le héros" du roman graphique entre le dessinateur Nate Powell et Andrew Aydin attaché de presse et scénariste de l’ouvrage sur l’Edmond Pettus bridge, haut lieu du récit.

Trop souvent éclipsée par l’incontournable et très médiatisé discours de Martin Luther King, l’action menée par ces premiers militants reste mal connue voire passablement ignorée. Aujourd’hui John Lewis ancien président du Comité de coordination non-violent des étudiants, représentant au Congrès, est la dernière grande figure vivante de la lutte pour les Droits civiques.

Pour mettre en images ce parcours exemplaire, les auteurs ont eu recours au procédé classique du flashback. Janvier 2009, avant d’assister à la prestation de serment du premier président des États-Unis d’origine afro-américaine, Obama, un jeune homme visite le bureau du vieux représentant Lewis. Devant les questions de l’ado, le représentant est amené à raconter les événements qui l’ont amené jusqu’à ce bureau.

Du mouvement des étudiants de Nashville à la campagne de sit-ins non-violents menée pour en finir avec la ségrégation dans les restaurants de la ville, le vieil homme revient sur les grands moments de l’émancipation des Noirs. Campagne pour l’inscription en masse sur les listes électorales, revendication du droit de vote mais aussi féroce répression par la police sur le pont Edmond Pettus lors du Bloody Sunday du 7 mars 1965. Les principaux faits nous sont décrits par la voix (parfois un peu omniprésente) du narrateur. Le récit alterne les grandes heures de la lutte pour les Droits civiques avec les mutations du jeune garçon inculte en pasteur militant.

L’art du montage maîtrisé par Nate Powell associe le récit du vieux militant à la ferveur des préparatifs de la cérémonie d’investiture du nouveau président. Bien que classique, le procédé fonctionne bien et introduit du rythme au récit.

La longue marche de John Lewis l’a conduit jusqu’au Congrès.

Au delà de la seule biographie c’est aussi le portrait d’une personnalité hors du commun, pleine d’humanité, que nous offre ce roman graphique. En restant le plus fidèle possible à l’itinéraire de cet infatigable défenseur des Droits civiques les auteurs nous dressent le portrait d’une époque difficile coincée entre principes radicaux et volonté d’émancipation.

En s’attardant autant sur les années d’enfance que sur celles du militantisme, ce premier tome nous offre un portrait profondément humain du militant, aussi bien tenaillé par les doutes et les interrogations que détenteur d’une volonté indéfectible. Loin de tout manichéisme, cet ouvrage nous décrit les difficultés et les exigences d’une véritable démarche non-violente.

Au-delà du discours militant, un roman grahique passionnant.

Andrew Aydin est l’attaché parlementaire de John Lewis. Il a élaboré le scénario avec celui qui reste le dernier du groupe des Big Six réunis autour du charismatique pasteur Luther King.

Un des rares ouvrages de Nate Powell déjà publié en France.

Âgé de 35 ans, Nate Powell mène en parallèle des activités de dessinateur et de musicien ; il interprète aussi des sketches satiriques dont il est l’auteur. Il est également l’auteur de romans graphiques remarqués comme Swallow Me Whole, paru chez Casterman, récompensé par le prestigieux Eisner Award. Avec ce nouveau livre (paru aux États-Unis sous le titre de March), il renoue avec le thème de la lutte pour les Droits civiques déjà abordé dans un précédent one-shot (Le silence de nos amis, Casterman). Dans ce nouveau livre il privilégie le pédagogique et l’histoire, sans tomber dans le discours lénifiant ou l’ennuyeux.

En choisissant de s’intéresser à cette icône longtemps restée dans l’ombre de Martin Luther King dont le cinquantenaire du discours (« I ’ve a dream ») déclenche déjà une frénésie commémorative et éditoriale, Rue de Sèvres a opté pour un angle audacieux et inédit. Qui s’en plaindrait ?

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez [Amazon>http://www.amazon.fr/exec/obido/2369810408/actuabd-21]

Commander ce livre à la FNAC

© Illustrations Nate Powell – Editions Rue de Sèvres 2014

 
Newsletter ActuaBD