Grâce à une alliance entre Disney-Hachette et Glénat, Mickey et Donald vont revenir en librairie

1er juin 2010 9 commentaires
  • Absent des rayonnages depuis 15 ans, Mickey et Donald reviennent en librairie. Et avec eux, les chefs d’œuvre de Walt Disney.

Grâce à une alliance entre Disney-Hachette et Glénat, Mickey et Donald vont revenir en librairieEnfin ! Les chefs d’œuvres de Carl Barks, Don Rosa, Floyd Gottfredson, Claude Marin et Giorgio Cavazzano, ces plumes anonymes qui réalisaient les BD signées Disney vont revenir en librairie grâce à une alliance entre Jacques Glénat et la joint-venture entre le géant de Burbank et le premier opérateur du livre en France : Disney-Hachette.

Dans un programme qui démarre en octobre 2010, plus d’un million d’ouvrages vont être mis en place à l’horizon 2012.

Grâce à Paul Winkler, le fondateur d’Opera Mundi, Hachette est associé à la publication de Mickey en France deux ans à peine après sa création en Amérique (1928). Après avoir passé ses aventures dans les quotidiens de la « Pieuvre Verte », Winkler crée Le Journal de Mickey en 1934, révolutionnant au passage la BD européenne. Toute la génération des auteurs qui fleuriront après-guerre : Franquin, Morris, Peyo, Tibet… l’ont en ligne de mire. Disney est devenu « le » symbole d’une réussite multimédia, la première du genre.

Aujourd’hui, la joint-venture Disney-Hachette Presse édite toujours Le Journal de Mickey, leader sur le marché de la presse jeunesse, avec 1.8 millions de lecteurs chaque semaine, auquel s’ajoutent les autres titres labéllisés « Disney » : Picsou Magazine, Mickey Parade Géant et Super Picsou Géant.

Dans les années 1980, un programme de coédition avec le groupe scandinave Egmont avait permis la publication d’un grand nombre de bandes dessinées en librairie, ces publications culminant en 1988, année des 60 ans de la petite souris. Mais hélas, cette embellie s’est interrompue et, pendant quinze ans, les amateurs de Disney ont fait disette en librairie.

Renforcement du secteur jeunesse

Le président de The Walt Disney Company France, Jean-François Camilleri a décidé de procéder à cette reconquête : « Mickey et Donald sont deux personnages incontournables qui savent parler au cœur de toutes les générations. Le retour de ces personnages en librairie montre bien qu’ils sont toujours d’actualité et continuent à créer l’événement, quel que soit le support utilisé. »

Jacques Glénat a surtout conscience qu’il tient là un solide élément pour conforter son catalogue jeunesse déjà très dynamique grâce à Titeuf. L’enjeu consiste surtout à en prolonger le travail créatif : « J’ai appris à lire dans « Le Journal de Mickey » et c’est un rêve qui se réalise aujourd’hui d’être éditeur de Mickey et Donald, déclare-t-il aujourd’hui. Je me suis aussitôt replongé dans mes collections de journaux et je suis impatient de publier tous ces trésors du passé, du présent et de l’avenir car nos auteurs sont très excités à l’idée de créer de nouvelles aventures. »

Initiative d’autant plus heureuse que cet apport renforcera la bande dessinée jeunesse en librairie, secteur où elle a l’habitude de se perdre au sein des BD pour ados, voire pour adultes.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Illustrations : Walt Disney (c) Disney Productions.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • eh beh, il aura fallu le temps !
    Bonne initiative de Glénat (avec peut-être en ligne de mire les titres Marvel ?)

    Maintenant, si Disney France pouvait rééditer (ou laisser rééditer) les Winnie l’ourson de Milne & Sheppard, ça serait parfait !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 1er juin 2010 à  20:37 :

      Je me souviens d’une tentative dargaud pour présenter ces titres, vite avortée vers 1980. Mais les invendus sont longtemps restés chez les soldeurs de l’époque. J’ose espérer que cette fois, les traductions rencontreront le succès !!

      Répondre à ce message

  • Je ne pense que Glènat rééditera les Mickeys à travers les siècles parus pendant plus d’un quart de siècle dans le journal Mickey et qui m’ont fait apprécier l’histoire mieux que les cours magistraux,si ce n’est pas Glénat un autre éditeur serait tout aussi apprécié

    Répondre à ce message

  • Comme je sais pas trop où envoyer ce message je le poste ici, ce qui ne me semble pas ridicule vu le sujet de l’article.

    J’habite depuis près de 20 ans en Finlande, et hier le groupe de presse Sanoma Oy (groupe finlandais, et le plus important des pays nordiques - Suède, Norvège, Finlande, Danemark compris mais aussi très présent en Allemagne et aux Pays-Bas) vient de vendre la division télé-câble de son groupe (Welho) à un opérateur de téléphonie très en monte (DNA).

    Ce qui rend ainsi Sanoma le 2ème plus important actionnaire de cet opérateur. Il suffit de comparer le chiffre d’affaires de Sanoma et de Welho pour s’apercevoir que cela s’agit d’une opération agressive pour prendre en main cet opérateur téléphonique (les experts économiques sont totalement en accord sur ce point)

    En quoi cela concerne la bd ? C’est simple : nous avons là un acteur omniprésent (quotidiens, magazines, édition, tv...) qui prend en main aussi un opérateur téléphonique en pointe. Je dessine pour ce groupe -il est quasiment impossible à ignorer sur un plan professionnel... Le côté positif de l’opération : une branche plus forte peut subventionner les incertitudes d’une branche à risque.

    Mais voici une question d’éthique que je voudrais soulever : n’y a-t-il pas un danger lorsqu’un acteur médiatique à le contrôle de facto de la production, de la diffusion et de la vente ?

    Quand un acteur de cette importance pose déjà ses jalons dans un secteur (la téléphonie) qui pour l’instant ne s’est pas avérée rentable dans le domaine de la bd, de l’édition et de l’image cela laisse prévoir une rude bataille sur le contrôle des médias. La bataille des "applications" devrait être la suite logique.

    L’opération de Sanoma et Welho doit être soumise cependant à l’Office de la Concurrence au préalable mais ici, à Nokia-Land, il n’y a pas grand monde qu’y croit à ce que cette vente ne puisse se passer.

    Répondre à ce message

  • Bonne nouvelle ! Est-ce que mes histoires (23 ans de scenarri chez DHP) et mon super héros : Michel Souris, vont bénéficier de ce programme ? Ce serait... le rêve !
    DIDIER LE BORNEC
    http://laboitadidier.over-blog.com/

    Répondre à ce message

  • Le style Disney représente à lui seul toute une manière de penser et de concevoir la BD.Et c’est souvent bien beau tant les artistes qui ont su se couler dans le moule,la figure imposée tout en gardant une "patte"personnelle et immédiatement identifiable sont nombreux.Quand on parle de l’école Disney,c’est le monde entier qu’on convoque tant les artistes sollicités viennent de partout.On citera la France,l’Espagne ,la Hollande,l’Argentine etc...Mais surtout de l’Italie qui à elle seule est une école dans l’école(à une époque la production est passée de 200 planches à 2ooo par mois).A ce mot, les noms fameux fusent.Bien sûr l’immense cavazzano( quel style,quelle vie quel encreur.Et ailleurs son Silas Finn:hmm à tomber...)Romano Scarpa,Giovan Battista( le co-créateur de Fantomiald le Donald super héros), Mastantuono et la liste pourrait continuer longtemps.De tout ça,de tout ces grands créateurs -malgré ce que l’on pourrait croire- ,on ne parle pas assez.Ce genre comme bien d’autre est un peu regardé de haut:espérons que cette collection va remédier à tout ça.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 juin 2010 à  21:19 :

      Mouais, globalement ce sont juste des faiseurs, des artisans sans génie qui alignent les pages sans intérêt artistique. Il suffit de regarder le journal de Mickey actuel, rien de fameux, et d’ailleurs même Claude Marin en France qui a fait des tonnes de disneyeries n’avait pas un talent extravagant, c’était au mieux sympathique.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 3 juin 2010 à  22:53 :

        Tss... joli ramassis de bêtises. Car comme le dit "l’occulte" il ne suffit pas de regarder le Journal de Mickey... La production internationale de Disney a un très haut niveau. Certains se font la main. Certains ont déjà porté une marque indélébile sur cet univers très codifié pourtant. Don Rosa, un artisan sans génie... mouaip ! Et Vicar, vous avez entendu parler ?

        Répondre à ce message

      • Répondu par la plume occulte le 5 juin 2010 à  15:43 :

        Corrado Mastantuono a sorti un art book (un peu cher)chez Pavesio.Dedans on y trouve du Disney tout beau.A voir ,le travail du faiseur macaroni,handicapé du crayon qui ne mérite que le mépris...Lui aussi.

        Répondre à ce message