Japan Expo 2017 : le Prix Asie-ACBD récompense à nouveau le Lézard noir avec "La Cantine de Minuit" de Yarô Abe

9 juillet 2017 0 commentaire
  • C'est donc "La Cantine de Minuit" de Yarô Abe, publié au Lézard noir, qui remporte l'édition 2017 du Prix Asie de la critique ACBD, décerné par les membres de l'Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée. Un doublé pour l'éditeur après le prix décerné l'an dernier à "Chiisakobe" Le titre était en lice face à "Charlie Chan Hock Chye" (Urban Comics), "Golden Kamui" (Ki-oon), "Jojolion" (Delcourt/Tonkam) et "To Your Eternity" (Pika).

Nous vous présentions il y a quelques jours la sélection établie par le Comité Asie de l’ACBD pour cette édition 2017, comprenant les cinq finalistes ainsi que quinze autres titres dont l’Association recommandait la lecture. La cérémonie s’est déroulée le vendredi 7 juillet 2017 sous la forme d’une table ronde qui s’est tenue sur la scène "Nezumi" de Japan Expo, réunissant les éditeurs des différents titres en compétition.

Japan Expo 2017 : le Prix Asie-ACBD récompense à nouveau le Lézard noir avec "La Cantine de Minuit" de Yarô Abe
Chiisakobe, récompensé l’année dernière

Après quelques échanges, difficilement audibles du fait du brouhaha environnant, la scène Nezumi étant très proche de la scène Sakura dédiée aux grands spectacles, c’est donc La Cantine de Minuit de Yarô Abe qui s’est vu décerner la récompense. Voilà qui permet au Lézard noir d’obtenir deux fois de rang le prix après la victoire de Chiisakobe l’an dernier !

Et même s’il nous semble que La Cantine de Minuit se situe un ton en dessous de son prédécesseur, c’est indéniablement un titre de qualité qui s’est vue ainsi distinguer. Voici ce que nous disions de cet ouvrage qui brosse, chapitre après chapitre, la peinture de vies minuscules et où l’ordinaire sort de l’ordinaire :

"La Cantine de minuit [propose] un formidable croisement entre le manga culinaire et la tranche de vie. Car à la découverte des plats se mêle celle des visiteurs d’un soir ou des réguliers de la taverne, dans une sorte de valse des portraits croisés drôle, émouvante et prodigieusement humaine. En dix pages à peine - le format de chaque chapitre - se trouve ainsi croquée, petit à petit une foule bigarrée et attendrissante. De Ryu le yakuza amateur de weiner taillées en poulpe à la ronde Mayumi désespérée par des régimes à répétition, en passant par Marylin la stripteaseuse dont les goûts culinaires varient en fonction des hommes dont elle est amoureuse, c’est toute une société, chaleureuse au possible, qui se déploie sous nos yeux, portée par le regard bienveillant et amusé de Yarô Abe."

Autour de la table, les représentants des différentes maisons d’édition des titres en compétition

La Cantine de Minuit a donc remporté le prix Asie-ACBD, d’une courte tête par rapport Charlie Chan Hock Chye, ces deux titres devançant assez nettement les trois autres concurrents [1]. On pourra du coup observer que les 44 votants (sur les 86 membres actifs) ont privilégié les deux titres les moins "manga", au sens où on l’entend habituellement, de la sélection finale, Charlie Chan Hock Chye sortant complètement des standards et La Cantine de minuit proposant de courtes chroniques à destination d’un public adulte. Des formats (one-shots, séries courtes ou chroniques) qui ont souvent les faveurs du vote.

Le Prix Asie-ACBD 2017

Golden Kamui, Jojolion et To Your Eternity, qui se présentent comme de "véritables" séries, typiques du manga tel qu’il s’est imposé chez nous, ont à peine récolté à eux trois autant de voix que le deuxième. Il s’agit là, lorsqu’on regarde le palmarès du prix Asie-ACBD, d’une tendance évidente, ponctuellement relativisée, qui pointe peut-être aussi une limite.

Car, en effet, si en général les Prix de l’ACBD cherchent à mettre en relief des volumes "à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie" (c’est ainsi que le prix se définit lui-même), le prix Asie, en recherchant un titre simplement, si l’on peut dire, "remarquable par sa qualité," se démarque en partie de cet impératif très exigeant pour ménager une place à des représentants de l’ensemble de la production manga.

Pourtant, force est de constater que les résultats des votes s’alignent finalement sur une forme d’orthodoxie dans l’approche du lauréat à récompenser, et ce même si la liste des finalistes offre un témoignage de la diversité de la production manga. Sans doute aussi du fait de la spécificité du segment que constitue le manga au sein de la production BD, y compris pour une part de sa presse spécialisée.

Rien de dramatique en soi, tant il est légitime et juste de voir La Cantine de minuit récompensé. D’autant que cela ne pourra que donner encore un peu plus de poids à un éditeur comme le Lézard noir dans de futures discussions avec ses partenaires japonais. Mais peut-être y a-t-il là le risque de rendre le prix trop prévisible et homogène dans ses résultats, et de le laisser peu à peu glisser à côté du champ qu’il est censé couvrir.

Stéphane Duval, du Lézard noir, victorieux, un personnage de Golden Kamui lui tirant même son chapeau !

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

[1Le détail des votes est le suivant :
- La Cantine de Minuit : 16
- Charlie Chan Hock Kye : 13
- Golden Kamui : 4
- Jojolion : 3
- To Your Eternity : 6
- blanc ou nul : 2

  Un commentaire ?