La Prof et l’Arabe - Par Pierre Maurel & Dominique Laroche - Casterman

12 août 2017 0 commentaire
  • Avec "La Prof et l'Arabe", un récit inspiré d'une histoire vraie, Dominique Laroche et Pierre Maurel nous racontent la vie d'un couple rythmée par leur engagement de gauche et le sujet épineux de l'Algérie. Une belle réussite.

Les années 1940, Algérie : Saïd Boudraa est un petit garçon très éveillé pour son âge. Curieux, intelligent et farceur, le bambin est également fils d’imam. Il jouit donc d’un statut privilégié lui permettant de fréquenter l’école française.

Sa vivacité d’esprit lui rend souvent service, comme ce jour où il tira sa famille d’un mauvais pas face à des contrôleurs français. Mais elle lui joue également des tours : il se fera renvoyer de l’école française à cause de ses prises de positions en faveur de l’indépendance du Maroc. Une opinion qui passe mal aux yeux de la France colonisatrice.

À 16 ans, ses parents décident de l’envoyer en Métropole, pour vivre avec son frère aîné à Mantes-la-Jolie. Son empathie et son éducation lui permettent de se distinguer une nouvelle fois, grâce à l’aide quotidienne qu’il fournit à des travailleurs algériens. Il rédige pour eux leur courrier en français, ce qui lui permettra d’être recruté dans une école de menuiserie.

À 18 ans, l’appel de la nation est l’occasion pour lui de retrouver son Algérie natale. Mais les choses ont bien changé, la guerre d’Algérie heurte ses certitudes, tout en renforçant son engagement social. Profondément antimilitariste, il devient secouriste afin de soulager ses frères d’armes autant que ses frères Algériens, malgré leur méfiance à son égard, lui qui porte l’uniforme de l’armée française. Saïd vit un tiraillement qui ne le quittera plus. Après la guerre, il choisit de poursuivre sa vie en France, tout en renonçant à sa nationalité française afin de rester fidèle à la terre de ses ancêtres.

La Prof et l'Arabe - Par Pierre Maurel & Dominique Laroche - Casterman

Les années 1950, France : Michelle Joly est une enfant dotée d’un sens moral affirmé. Ce jour là dans son collège, elle se présente au bureau de la préfète de discipline. Son amie Jocelyne a été collé en retenue pour une bêtise qu’elles avaient pourtant commise toutes les deux. Celle-ci la couvre mais Michelle refuse de la laisser tomber ; elle demande à la préfète de la punir également.

La jeune fille vit à Clichy avec sa sœur et ses parents dans un petit deux-pièces de 40 mètres carrés. Son père, fils d’ouvrier, est comptable dans une fabrique de bougies. Il est fier de ne plus porter le bleu de travail qui, dit il, déshonorait son père. Le père de Michelle a fait la Première Guerre mondiale. Il en garde de douloureux souvenirs marqués par la mort, sous ses yeux, de son meilleur ami. Il aurait aimé soulager sa peine en confiant ses tourments à Dieu, sauf qu’il ne croit pas en Lui. Son épouse, quant à elle, était femme de ménage jusqu’à la naissance de ses filles. Après l’arrivée de Michelle, elle choisit de devenir femme au foyer.

Michelle est bonne élève. Elle aime apprendre et se cultiver. La bibliothèque est son jardin, dans lequel elle cueille régulièrement les fruits de la pensée de Joseph Kessel, Ionesco ou Mallarmé. Le théâtre est son autre passion. Mais sa première rencontre avec la scène lui fera prendre conscience de sa condition : elle est pauvre. Mais bientôt, une autre réalité viendra frapper à sa porte, celle de la guerre d’Algérie et du retour des Pieds-noir.

Comme une évidence, les destins de Michelle et de Saïd finiront par se croiser, à Prague durant l’été de 1968, lors d’un voyage pour la jeunesse organisé par une association communiste affilié à la C.G.T.

À travers le récit de La Prof et l’Arabe, c’est l’histoire vraie de Danielle et d’Aziz qu’ont choisi de nous raconter Dominique Laroche et Pierre Maurel. Pour sa première BD, la scénariste belge nous dépeint la vie d’un couple mixte de Français moyens très engagés socialement. Ce one-shot est aussi une analyse de la Gauche française. Les espoirs qu’elle a fait naître auprès de ses militants et forcément, des déceptions qu’elle a générées une fois au pouvoir.

Le personnage de Saïd est aussi l’occasion de traiter du sujet ô combien délicat de la colonisation, en particulier celle de l’Algérie. Aussi, de ces soldats issus des colonies et qui se sont battus pour la France mais dont le sacrifice, au crépuscule de leurs vies, n’a pas été reconnu à sa juste valeur. Dans une France laïque où la place de l’islam pose question, dans une France qui doute et qui a vu les partis nationalistes frapper à sa porte lors des dernières élections, le sujet n’est pas forcément des plus aisé à traiter. Pourtant, l’ancienne journaliste atteint son objectif en restant à niveau humain, en ancrant son histoire dans le quotidien de ses protagonistes. De son côté, Pierre Maurel propose un dessin en noir et blanc proche de la ligne claire, qui magnifie le récit qui nous est donné à lire.

La Prof et l’Arabe est une BD d’une grande sensibilité, d’humour et d’espoir, qui évite aussi les pièges de la sensiblerie. Une belle réussite à découvrir absolument.

La Prof et l’Arabe
Pierre Maurel & Dominique Laroche (c) Casterman

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

- Commander cet album sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?