La Saison des flèches – Par G. Trouillard & S. Stento – Editions de la Cerise

7 novembre 2009 1 commentaire
  • On le sait peu, mais il existe un moyen simple de rendre aux Indiens d’Amérique une vie en harmonie avec la nature. Comme un grand nombre d’entre eux ont été massacrés à la fin du siècle dernier, le riche industriel Irving Mc Mulligan a une idée révolutionnaire : mettre les Indiens en conserve ! Voici comment commence cette fable de Guillaume Trouillard et Samuel Stento…

Agnès et son mari en rêvaient, ils ont franchi le pas et commandé une boîte de trois indiens chez Mulligan. Pour ce couple de Français moyens, c’est le dépaysement assuré. Pensez donc : Dans le salon de leur appartement 3 pièces s’installe une famille de trois Peaux-rouges. Comme leurs noms sont difficiles à retenir, notre couple petit-bourgeois les baptise à la française : le père « Ours ailé » s’appellera Gérald, la mère « Petite pluie » sera Marie-Paule et le fils « Celui qui dort sur son ombre » répondra désormais au nom de Sylvain. Petit à petit, la famille indienne va prendre ses marques et modifier la petite vie ronronnante de l’appartement.

La Saison des flèches – Par G. Trouillard & S. Stento – Editions de la Cerise
La livraison de la conserve...
© Trouillard - Stento - Editions de la Cerise

Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez compris que l’on tient là un album pas ordinaire !

Soulignée par une mise en couleur exquise, l’absence de trait dans les planches donne une impression éthérée à l’ensemble de ce récit doucement absurde.

Rempli de mises en abyme, de livres dans le livre, La Saison des flèches fait quelques crochets durant lesquels on se glisse dans les yeux des bienveillants de ces adoptants franchouillards. C’est avec une joie narquoise que l’on lit ces détournements de canons de la publicité (à la manière du Monsieur Ferraille de Winshluss et Cizo).

La Saison des flèches met à mal le bon sens dans une interprétation « pythonesque » de la persécution des Peaux-rouges. Visages pâles, vous voici prévenus.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :