La mémoire d’André Franquin victime du "bon goût"

7 novembre 2009 58 commentaires
  • Sorti en librairies le 14 octobre, {le blog de Franquin} coédité par les éditions Foolstrip et Drugstore (Groupe Glénat) se verra retiré de la vente d'ici quelques jours à la demande de Marsu Productions. Pour éclaircir cet imbroglio juridico-culturel qui secoue le petit monde de la BD ces derniers jours, nous avons procédé à notre petite enquête.

Rappelons tout d’abord les faits. Le Blog de Franquin est une idée, il est vrai un peu osée, sortie de l’esprit des deux blogueurs que sont Turalo (pseudonyme sous lequel se cache Eric Dérian) au dessin et Piak au scénario. Cette bande dessinée est tout d’abord apparue sur internet, sous la houlette de la maison d’édition en ligne Foolstrip, à parution hebdomadaire sur une durée de près de deux ans. Elle avait par ailleurs fait l’objet d’une première édition papier chez l’éditeur au format comics.

Dans cette BD, nous retrouvons André Franquin, le dessinateur de Gaston Lagaffe, décédé en 1997), s’ennuyant ferme sous terre et ayant le sentiment que le public ne s’intéresse plus trop à ce qu’il a fait de son vivant. Ni une ni deux, il décide d’installer internet dans sa tombe et ouvre un blog BD, espérant renouer avec la célébrité. Mais les lecteurs se font rares et son humour vieillissant. Il se met donc en quête d’un scénariste, appuyé par les conseils de Roba. Un concept pour le moins original qui peut évidemment diviser, mais qui témoigne tout de même, sous le couvert d’un humour assez décalé, d’un certain respect envers les personnages évoqués.

La mémoire d'André Franquin victime du "bon goût"
Extrait du Blog de Franquin
© Turalo & Piak / Foolstrip / Drugstore

"En entamant "Le Blog de Franquin" chez Foolstrip, nous dit Piak, c’est vrai qu’on attendait un retour, mais sans s’en soucier plus que ça. On plaisantait en effet , en fonction de l’avancée de la BD, sur le fait qu’on avait pas de nouvelle de nos avocats... Maintenant qu’on en a, on rigole moins !". Turalo poursuit : "On savait que l’on flirtait avec ce risque, mais nous comptions sur le contenu de notre travail pour jouer en notre faveur et nous affranchir de tout soupçon sur nos intentions avant la moindre sanction".

Approchés par le label Drugstore appartenant aux éditions Glénat, les auteurs ont donc travaillé sur une adaptation papier du contenu publié en ligne. C’est avec la sortie de cet album coproduit conjointement avec Foolstrip que l’affaire a vraiment débuté.

"Nous n’avions eu aucun écho officiel, ni officieux, à la diffusion sur internet, nous explique Turalo. "Le Blog de Franquin" était alors largement diffusé et recueillait même les témoignages de passionnés qui étaient encore alors très défiants sur le sujet abordé dans nos pages, mais finalement agréablement surpris à la lecture de notre récit. S’il fallait, après la publication du livre, aborder ce sujet avec quelques personnes froissées, nous avions la naïveté de croire qu’il serait possible de trouver un terrain d’entente raisonnable sur la simple lecture de notre travail".

Pour autant, certaines considération juridiques sont évidemment entrées en compte pour la parution papier, comme nous le confirme le scénariste. "Les avocats de chez Glénat ont abordé ces questions du droit de l’utilisation du personnage, des dessins dans le style Franquin, du vomi de Morris... On a été amené à changer des dialogues, notamment pour ne pas froisser d’autres grosses maisons d’édition. Mais je crois surtout qu’on s’est plus intéressé à des détails, dans les dialogues notamment et l’utilisation de tel ou tel personnage, qu’à l’utilisation pure et simple du nom".

Car en effet, la principale arme utilisée par Marsu Productions pour entraver la publication de ce livre tient au fait que le nom de Franquin est une marque déposée dont elles détiennent l’exploitation, comme c’est également le cas pour l’œuvre de l’auteur.

Mais ce n’est pas la seule raison évoquée : Outre cette gestion du patrimoine artistique et de la "marque Franquin", la société se veut aussi garante du respect moral de la personne d’André Franquin. Et sur ce principe, il y a désaccord quant au sujet-même de la bande dessinée concernée. De l’avis de ses deux auteurs, ils regrettent une décision de principe ne résultant pas d’une lecture avisée du livre "qui n’est pas encore arrivé entre leurs mains". Cette décision ayant été prise sur la base de rumeurs et d’échos faits dans la presse. La partie adverse a toutefois fait savoir qu’elle prendrait le temps de lire l’ouvrage.

Mais il faut le reconnaitre, cela ne devrait rien changer à la finalité puisque le retrait des albums est en cours d’exécution. "Ca ne sera pas sans conséquence sur la santé d’une petite structure comme Foolstrip qui a proportionnellement misé gros sur nous", reconnait Turalo. Celui-ci affirme tout de même que, malgré une différence de point de vue, "chacune des deux parties est de bonne foi".

Dernier aspect de l’affaire, et peut-être l’un des plus décisifs : la réaction des ayants-droits, représentés par Marsu Productions, face à cette utilisation du personnage. Le dessinateur du Blog s’étant entretenu avec Jean-François Moyersoen, directeur de Marsu, nous l’explique. "De son aveu, il semble que la diffusion du titre et son écho dans la presse aient pu heurter la famille Franquin, et je ne peux que m’en désoler et m’en excuser. Ce n’était bien évidemment pas le but de notre travail, et ce résultat malheureux est forcément dû à notre maladresse".

"Peut-être qu’on aurait pu contourner le problème, nous dit Piak, en appelant ça "Le Blog de André F." ou "Le Blog de Franquinou", mais ça aurait été tricher un peu, en parlant de quelqu’un, mais sans le dire ouvertement. Tout le monde aurait compris qui c’était mais ça n’aurait jamais été dit ouvertement". "Cela me semblerait hypocrite et je ne me serai pas reconnu dans cette démarche", conclut Turalo.

JPEG - 97.4 ko
Extrait du Blog de Franquin
© Turalo & Piak / Foolstrip / Drugstore

En réponse à un article de nos confrères de Bodoï, Marsu Productions s’est chargé de répondre à certaines réactions jugées ou hâtives ou subversives. Citons donc ce communiqué.

« Précisions sur la demande de retrait de la vente du Blog de Franquin

Nous avons expressément demandé aux éditions Glénat de retirer de la vente l’album Le Blog de Franquin paru le 14 octobre dernier.

Nous n’avions pas été prévenus de la mise en vente de cet ouvrage qui, au-delà de l’usurpation du nom de Franquin dans un but commercial, paraît pour beaucoup outrepasser les limites du bon goût et du respect de la mémoire de l’auteur décédé.

Nous précisons que cette démarche s’est faite avec le plein accord des auteurs (Piak et Turalo) et de l’éditeur Drugstore. Marsu Productions n’en retire aucun bénéfice commercial, son seul but étant que la mémoire d’André Franquin soit respectée comme il se doit.

Nous espérons que cette démarche consensuelle évitera une polémique stérile et permettra de laisser en paix un homme qui ne demandait que ça.

Marsu Productions »

La simple évocation des "limites du bon goût" fait tiquer plus d’un observateur. Aurait-elle été du goût de Franquin lui-même ? On en doute.

Jeudi 5 novembre, nouveau rebondissement

Alors que nous venions de boucler les dernières lignes de cet article, ce fut au tour de l’équipe de Foolstrip de se fendre d’un communiqué .

Deux heures plus tard, toujours sur le réseau social, Piak nous apprenait qu’il leur était demandé cette fois de retirer d’Internet le Blog de Franquin, tous les dessins relatifs à cet auteur, et les différentes réactions et communiqués des blogs concernés.

Là-aussi, il y a de quoi lever le sourcil, d’autant que, après deux ans, cette demande nous semble juridiquement peu fondée. Signe-t-elle définitivement l’enterrement de cette série dont la publication en ligne de la deuxième saison devait démarrer prochainement ?

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Foolstrip proteste de sa bonne foi : Qu’il nous soit toutefois permis également de dire que nous sommes encore plus désolés de devoir retirer cet ouvrage de la vente et d’expliquer pourquoi cette décision nous parait pas justifiée malgré tout.

Tout d’abord, est-il besoin de le dire, « Le Blog de Franquin » est tout à la fois une œuvre de fiction, un hommage et un ouvrage humoristique. Son héros n’est pas exactement André Franquin mais un personnage de bande dessinée (très librement) inspiré de lui, un reflet dans l’imaginaire de nos auteurs, ainsi qu’un anti-héros dont les aventures sont prétextes à des gags. Encore une fois nous maintenons que le fait de donner à un auteur de bandes dessinées humoristique un alter-ego lui-même héros de bande dessinée humoristique et explorant une frange moderne de l’art séquentiel ( les blogs) soit un hommage. Nous le maintenons très sincèrement et il nous a semblé, de plus que cet hommage était approprié. Ajoutons qu’à aucun moment les auteurs ne sont orduriers, cyniques, méchants ou simplement vulgaires vis-à-vis de ce dessinateur que nous admirons ni d’aucun autre des personnages s’inspirant d’auteurs ayant réellement existé.

Pour ce qui est de l’avis qu’André Franquin aurait eu sur l’ouvrage nous n’avons malheureusement pas eu la chance d’avoir avec lui la proximité qu’a pu avoir Jean-François Moyersoen et nous respectons évidemment son avis sur la question. Le nôtre diffère cependant parce qu’il nous a semblé en tant que simple lecteur que Franquin était un homme éminemment ouvert d’esprit, capable d’autodérision et farouche défenseur de la liberté d’expression. En témoignent son Oeuvre, l’humanisme, la générosité et les valeurs éminemment positives qui s’en dégagent. En témoignent également diverses prises de positions dont par exemple le fait qu’il prit, avec d’autres auteurs dont Roba, la défense de Yann et Conrad dans les années 80 lorsqu’une partie des auteurs de Spirou qui avaient eu le malheur (ou bien l’honneur ?) d’être la cible des moqueries et des attaques des deux trublions dans les haut de pages du magazine intriguèrent à diverses reprise pour qu’ils soient sanctionnés.

[...]

Nous voici donc doublement sanctionnés d’abord par le retrait de l’ouvrage, puis par sa raison qui fait de nous le contraire de ce que nous croyons être : des personnes qui ne respecteraient pas André Franquin ."

Interrogé par nos soins, notre collaborateur Didier Pasamonik qui a été l’éditeur d’André Franquin chez Magic Strip dans les années 1980 se montre étonné par cette affaire : "Je n’ose pas croire qu’Isabelle Franquin que je voyais catapulter des boulettes de pain à table sur son père ait pu être à l’origine de cette demande. Le "bon goût", Franquin avait fini par le détester. Il suffit de lire les "Idées noires". Quand il a appris que mon frère jumeau fumait, alors que je ne fumais pas, il suggérait de nous ouvrir les poumons pour comparer. On en riait... Si Jean-François Moyersoen voulait respecter vraiment Franquin, il laisserait faire, quitte à signer un accord avec les auteurs. "

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
58 Messages :
  • Libre à vous de trouver de très bon goût de voir le cadavre de Franquin nous narrer ses aventures, je n’y vois, moi, que du mauvais goût et de l’opportunisme bassement commercial.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 7 novembre 2009 à  11:03 :

      Bien d’accord avec vous.

      J’aime bien Franquin, mais il est clair que si je suis un auteur ou un groupe d’auteurs inconnus, il m’est plus facile d’attirer l’attention en mettant en scène un GEANT de la BD que mes propres créations (qui se soucie de Zozo ou Toto, ou des autres créations ORIGINALES de ces auteurs peu inspirés ?).

      Si les ayant droit ont toléré la publication sur le net, c’est sans doute qu’on ne pouvait accuser les auteurs de le faire pour l’argent. Dés qu’il y a bouquin, il y a droits d’auteurs, et le fait qu’il soit publié chez Glénat (qui normalement doit employer moult juristes grassement payés) ne doit pas les exonerer de responsabilité.
      Je pense revenir sur cette affaire sur mon blog perso. Je la mettrai à coté des problèmes de Monsieur Garcia. Ici, le détournement, moins évident, manque toutefois de finesse. Qui aimerait etre dessiné comme cadavre ou zombi une fois mort ? Paix à nos cendres, messieurs. Si vous voulez respecter nos oeuvres, achetez nos albums, mais ne mettez pas en scène les cadavres, zombis etc, de Goscinny, Hergé Jacobs, Franquin et autres !

      Répondre à ce message

    • Répondu par geoffroy le 7 novembre 2009 à  11:23 :

      N’importe quoi !
      ...de "l’opportunisme, bassement commercial" ???
      C’est oublier que pendant 2 ans le blog de Franquin était une aventure sur internet et que ce n’est pas une structure comme foolstrip qui pourrait assurer un succès commercial aux auteurs.
      Maintenant, le bon goût de savoir si Franquin aimerait cet album, je pense sincèrement qu’un auteur qui a fait "les idées noires" n’aurait certainement pas cette réaction de vierge effarouchée.
      Quand on voit le pédigrée du PDG de marsu prod (ancien banquier d’une banque d’investissement Londonienne), on peut se demander qui a le plus la fibre "commerciale" entre lui et les les auteurs.
      Cette histoire est lamentable.
      Retirer un livre est une grande violence.
      Je constate qu’il est plus aisé pour un journaliste de venir calomnier une personnalité à travers un livre sans être inquiété d’un éventuel retrait dans les librairies.
      Il faut être aveugle pour ne pas voir dans le blog de Franquin un hommage .

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 novembre 2009 à  15:04 :

        Le problème n’est pas de savoir si ce livre aurait plu à Franquin ou pas, je relève que vous faites parler les morts, tant qu’on y est pourquoi pas ?, mais s’il choque ou pas la famille, ce qui est quand même la chose la plus élémentaire. Si les auteurs n’avaient pas voulu "faire du fric", ils auraient fait exactement la même chose, sans utiliser le nom de Franquin, ni ses dessins.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Baptiste Gilleron le 7 novembre 2009 à  18:11 :

          Excusez-moi par avance, ceci n’est pas l’avis du journaliste c’est un avis personnel, mais faire un hommage à un auteur dans le citer aurait-il réellement un sens ?

          Même s’ils ont été payés pour la publication en ligne chez Foolstrip, je doute que cela représente une petite fortune, Foolstrip étant une petite et jeune structure. La lecture de cette BD sur le site était (et est toujours, jusqu’au retrait du contenu) gratuite. L’album papier publié chez Drugstore n’était donc pas prévu au commencement du projet.

          Je me permets également d’ajouter que les auteurs n’ont pas "utilisé les dessins des franquin" à ma connaissance. Les dessins reprenant le style de Franquin sont de la main même du dessinateur Turalo. Ils sont d’ailleurs très peu nombreux dans ces pages et, disons-le, un peu nécessaires pour appuyer le sujet-même de cet ouvrage.

          Que l’on aime ou non le travail de Turalo et Piak, c’est un élément libre à tout un chacun. Mais il me semble injuste de s’avancer dans ce genre de propos sans chercher à les justificer.
          Presque deux ans pour une cinquantaine de planches, c’est tout de même un travail qu’on peut au moins respecter. S’il n’avait été question que de gloire et d’argent, les auteurs auraient certainement pu abattre un travail bâclé en un laps de temps bien plus réduit.

          Répondre à ce message

      • Répondu par dégé le 10 novembre 2009 à  21:04 :

        Un autre petit mot d’un simple lecteur : je partage totalement l’avis de Geoffroy. je suis très fan de Franquin et il m’a semblé que cet album "le blog de Franquin" soit plus un réel hommage bourré de tendresse à l’auteur de Gaston, plutot qu’un bouquin mercantile et offensant. Moi aussi (je me réfère à un autre post), je suis plus choqué de lire que Franquin est devenu une "marque". Ca franchement je ne suis pas certain que Franquin aurait aimé.

        Répondre à ce message

  • La mémoire d’André Franquin victime du "bon goût"
    7 novembre 2009 11:24, par Julien

    Je rappellerai simplement que André Franquin était l’auteur des Idées noires.

    Répondre à ce message

  • "Quand il a appris que mon frère jumeau fumait, alors que je ne fumais pas, il suggérait de nous ouvrir les poumons pour comparer."

    Ce n’est pas du mauvais goût, c’est un mélange de révolte et de tendresse. C’est de l’humour noir pessimiste et désespéré mais pas du mauvais goût.
    Le blog de Franquin, c’est rien de tout ça, c’est bassement mercantile. Il n’y a pas plus mauvais goût que de profiter du nom de quelqu’un sans talent pour asseoir un succès.

    Répondre à ce message

    • Répondu par joel le 7 novembre 2009 à  12:18 :

      ce matin le livre était encore en librairie ! les ventes vont exploser avec cette affaire ! des petits malin vont en acheter des caisses que l’on retrouvera rapidement deux fois le prix sur E BAY. en tout cas je n’acheterais pas mais si j’ai l’occase de le lire gratuit je le ferais pour voir

      Répondre à ce message

      • Répondu par Baptiste Gilleron le 7 novembre 2009 à  14:13 :

        Il faut dans un premier temps que le communiqué de retrait de la vente soit notamment publié dans Livres Hebdo. Ensuite, c’est aux libraires de retirer le-dit livre de leurs rayons et de le retourner chez Glénat. Cela peut prendre un certain temps, et personne ne peut empêcher quiconque d’aller l’acheter tant qu’il est encore en boutique.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 7 novembre 2009 à  12:47 :

      Qu’est-ce qui est plus mercantile, faire continuer Marsupilami et Spirou par de pauvres tâcherons sans talent qui n’arriveront jamais à la cheville de Franquin et qui s’en réclament, comme s’il avait été leur camarade de chambrée ?

      Ou rire de la mort qui nous a enlevé un vrai génie que les ayants droit défendent avec autant de médiocrité que de VRAI mercantilisme (il suffit de voir le prix des albums).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 novembre 2009 à  14:15 :

        Le problème c’est que le gars qui dessine ce "blog de Franquin" est également un tâcheron sans talent...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Piak le 7 novembre 2009 à  17:52 :

          Ce genre de propos est à laisser à l’appréciation de chacun, et ne rentre en aucun cas dans le cadre du débat autour du retrait de la
          vente du livre par Marsu Prod

          Répondre à ce message

        • Répondu par geoffroy le 7 novembre 2009 à  18:51 :

          Houlala c’est donc vous le maitre incontesté du bon goût ???
          Votre remarque est assez minable.

          Répondre à ce message

      • Répondu le 7 novembre 2009 à  16:47 :

        Déjà, Spirou n’était pas la propriété de Franquin. Et si vous considérez les auteurs à qui Dupuis a confié le personnage pour lui faire vivre de nouvelles histoires à des tâcherons qui n’arrivent pas à la cheville de Franquin, vous faites fausse route. De plus, les auteurs de Spirou ne se réclament pas tous de Franquin. Émile Bravo s’est intéressé à la période qui précède Franquin...
        Ensuite, les héritiers et ayants droits du Marsupalimi sont libres d’exploiter leur propriété comme ils l’entendent. Votre avis et le mien, ils s’en fichent et ils ont bien raison.
        Le Blog de Franquin n’arrive pas à la cheville d Franquin. Et ce n’est pas parce que les héritiers du Marsu ne font pas ce qui vous plaît que cela donne plus le droit à des auteurs sans talent d’exploiter un filon.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Piak le 7 novembre 2009 à  17:48 :

          Bien entendu que le Blog de Franquin n’arrive pas a la cheville DU Franquin, il est clair qu’on ne joue pas dans la même catégorie ! La question n’était pas de faire du faux Franquin, mais bien de lui rendre hommage. Il n’est pas là non plus question d’un quelconque plagiat, et ce n’est pas un "filon" qu’on a cherché à exploiter, mais bien une manière de parler de cet auteur qui est évidemment irremplaçable.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 7 novembre 2009 à  20:54 :

            Si vous ne voulez pas faire d’argent grace à ce livre, il fallait reverser la totalité des droits d’auteur à des fondations humanitaires (Greenpeace, par exemple, il me semble que André en était proche). Idem pour l’éditeur.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 7 novembre 2009 à  23:19 :

              Tout travail mérite salaire.

              Et c’est quoi cette mode de soit-disant, reverser à une œuvre humanitaire, n’importe qui montre son cul et en fait un calendrier avec la bonne excuse que c’est "reversé à une œuvre humanitaire".

              Répondre à ce message

            • Répondu par WallaSs le 10 novembre 2009 à  20:35 :

              voilà maintenant qu’on reproche aux auteurs de BD de mettre en vente leurs albums, c’est fou

              si le but premier de ces auteurs était de faire du flouze ils auraient directement entrepris des démarches auprès d’éditeurs et pas passé 2 ans à publier gratuitement des dessins sur internet

              Répondre à ce message

    • Répondu par WallaSs le 10 novembre 2009 à  20:28 :

      "Le blog de Franquin, c’est rien de tout ça, c’est bassement mercantile. "

      ah bon, publier des dessins pendant deux ans sur internet sans en retirer un seul euro et sans faire aucune démarche auprès d’aucun éditeur c’est bassement mercantile ?

      La démarche des auteurs étaient simplement artistique, après on peut aimer ou non leur travail, personnellement je n’ai pas d’avis sur ce livre étant donné que je ne l’ai pas lu

      et comme ça a été dit et re-dit, Franquin est pour une liberté d’expression totale, si une telle affaire avait eu lieu de son vivant à propos d’un autre auteur il aurait assurément soutenu les auteurs

      Répondre à ce message

  • Le vrai mauvais goût est bien du côté de Marsu-prod qui vend à des sommes folles des petits albums mettant mal en page les moindres petits croquis de Franquin, ça ce n’est pas rendre hommage au talent de Franquin, c’est vouloir faire du fric.

    Le blog de Franquin est un hommage à Franquin dans un style d’humour que n’aurait pas renié Franquin. Marsuprod croit-il que les gens vont l’acheter en croyant acheter du Franquin ? Ils feraient mieux de s’intéresser au premier JoeBarTeam qui lui s’est vendu avec cette ambigüité, beaucoup de lecteurs croyaient acheter une bd de l’auteur de Gaston. Franquin n’a rien fait contre à l’époque.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dez le 8 novembre 2009 à  08:51 :

      Le 1er joe bar team était en effet très très inspiré de Franquin, sur bien des points, attitudes, décors, personnages ...
      Mais Franquin, lui même à qui Hugues Dayez lui demandait si ce "pompage outrancier" le dérangeait avait dit " même les plus grands ont commencé par plagier"
      il citait Gir/Jigé et bien d’autres, c’était donc une sorte de passage obligé à ses yeux.
      Mais cette BD n’a jamais été vendu comme "faite par Franquin".

      Répondre à ce message

      • Répondu le 8 novembre 2009 à  14:16 :

        Mais cette BD n’a jamais été vendu comme "faite par Franquin".

        Non, mais elle a été acheté par beaucoup comme étant faite par le même dessinateur que Gaston.

        Répondre à ce message

  • Pour répondre a certains commentaires, Turalo et moi n’avons jamais eu l’idée de faire une bd de Franquin dans un but mercantile. En effet, la parution du Blog de Franquin a commencé sur Internet, il y a 2 ans, il n’était pas du tout question d’une possible publication papier, la version numérique étant considéré comme une publication a part entière, et pas comme une pré publication d’un album. L’utilisation du nom Franquin correspond a notre volonté de lui rendre hommage, et pas de vendre des albums dont il n’était même pas question a l’époque.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 novembre 2009 à  16:50 :

      À l’époque peut-être... mais depuis, rien ne vous obligeait à publier cet album. Donc, vous avez voulu rentabiliser votre petite affaire... Et si en suite ça faisait un succès, vous en profiteriez sans même un seul scrupule ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Piak le 7 novembre 2009 à  17:41 :

        Il n’était pas et n’est toujours pas question de rentabiliser notre affaire : personnellement je ne vis pas de la bd, ce n’est pas le moteur de ma démarche. Être édité en papier, c’est l’opportunité d’être lu par un plus grand nombre de personnes, et ainsi de faire partager notre passion pour cet auteur disparu. Et pour les scrupules, ce n’est pas parce qu’on a voulu faire revivre Franquin, a notre manière certes, qu’on a estimé avoir manqué de respect a sa personne et a sa famille. Après je comprends aussi que les proches de Franquin aient pu être troublés par la démarche, mais cela n’a jamais été notre intention première, qui était comme je le répète, de lui rendre hommage.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 novembre 2009 à  18:40 :

          Avant de vous lancer de votre délire, vous avez demandé à la famille Franquin s’ils voyaient un inconvénient à ce que vous fassiez d’André un zombie et un livre avec ?

          Les gens existent pour de vrais. Vous pouvez comprendre que cela puisse déranger les héritiers ou vous considérez que toute personne publique est un objet avec laquelle on fait ce qu’on veut ?

          Répondre à ce message

          • Répondu le 7 novembre 2009 à  23:24 :

            Et la liberté artistique, qu’en faites-vous ?

            Croyez-vous que Peeters ait demandé à tous les gens qu’il a transformé en zombie l’autorisation ?
            http://portraitsaslivingdeads.blogspot.com/

            Répondre à ce message

          • Répondu le 7 novembre 2009 à  23:45 :

            Comme si on devait demander l’autorisation à Sarkozy de faire sa caricature ! Le Franquin du Trombone illustré et des Idées noires aurait adoré ce travail. Rien à voir avec les duplicateurs de Spirou qui se multiplient en ce moment chez Dupuis.

            Que les héritiers soient dérangés, c’est bien fait pour eux. Ils sont assis sur une fortune sans qu’ils aient eu à travailler. En plus, ils emmerdent les vrais créateurs ! Par leurs attitudes débiles, ils dénaturent complètement l’esprit de Franquin. Déposer la marque Franquin, c’est pas du mercantilisme ça ? Et puis des gens qui vendent des albums à 100 euros, qu’est-ce qu’il faut en penser ?

            Franquin doit se retourner dans sa tombe, pour de vrai !

            Répondre à ce message

            • Répondu le 8 novembre 2009 à  08:15 :

              Que les héritiers soient dérangés, c’est bien fait pour eux.

              Ce propos n’est à priori pas modéré. Donc, Actua BD, laissez-moi lui répondre avec la même violence : salaud de pauvre !

              Répondre à ce message

              • Répondu le 8 novembre 2009 à  20:57 :

                Ce n’est pas "salaud de pauvre" qu’il faut dire, mais "pauvre crétin", plus approprié dans ce cas !

                Répondre à ce message

  • Je ne comprends pas que Franquin soit une marque. L’auteur Gérard Franquin doit payer des droits pour publier ses livres ? Et tous ceux qui s’appellent Franquin des impots ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par marcel le 7 novembre 2009 à  17:31 :

      Bonjour, je m’appelle Marcel Franquin, je reçois par erreur à mon adresse, 100 à 200 lettres d’admirateurs du dessinateur, ma vie est un enfer et en plus je déteste la BD.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Tom le 7 novembre 2009 à  18:51 :

        étonnant que ces personnes qui vous envoient ces lettres ne sachent pas encore que Franquin n’est plus vivant depuis 12 ans..

        Répondre à ce message

      • Répondu par joel le 7 novembre 2009 à  21:58 :

        une chose qui a priori est sur, marsu prod et Isabelle franquin pourraient fort bien relancer très prochainement la série gaston

        Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 7 novembre 2009 à  18:48 :

      Trés bien, voila un exemple de ce qui guette donc les amateurs de BD !

      Titre de futurs best-sellers (moyennement écrits, moyennement dessinés) : une journée de Bilal (ou Tardi, c’est presque aussi vendeur). Les vacances de Peyo. La soirée gauloise d’Uderzo . Loustal en vacances exotiques.

      On peut aussi faire du sexy avec les vies sexuelles des mêmes célébrités, vivantes ou disparues. C’est celà que vous voulez ? Des BD qui se servent du nom de célébrités pour faire vendre ? C’est plus racoleur que la presse-poubelle, mais si vous en voulez vraiment, ne vous inquiétez pas, les éditeurs vont vous en donner !!

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 novembre 2009 à  23:37 :

        Il ne peut pas s’empêcher à faire le réac graveleux de service le François Pincemi avec ses interventions aussi navrantes les unes que les autres ! "C’est dur d’être aimé par des cons" disait le Mahomet de Cabu. Franquin pourrait dire la même chose...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 8 novembre 2009 à  18:45 :

          Je ne vois pas ce qu’il y a de réac à défendre le droit à l’image d’une famille célèbre, monsieur l’ane (onime ?) qui n’avez même pas le courage de signer votre pitoyable post. Il me semble que le jour où la législation permettra à tout un chacun de faire impunément des BD, livres, romans-photos mettant en scène des personnalités réelles vivantes ou récemment disparues, sans même l’accord des ayant-droit, il s’agira d’une ère ultra-libérale, soit le contraire du réactionnaire que vous croyez dénoncer en moi. Donc avant d’utiliser les grands mots dont vous ne connaissez même pas la signification, merci d’aller réviser votre dictionnaire.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Baptiste Gilleron le 8 novembre 2009 à  00:51 :

        Mon cher François, fidèle lecteur que vous êtes, je me permets de vous poser une question somme toute anodine : avez-vous au moins pris le temps de lire cette oeuvre "moyennement réalisée" avant d’en critiquer le fond ? Car si ça n’est pas le cas, vous auriez pu remarquer qu’il ne s’agit pas d’une bête "BD réalité" comme vous sembler le laisser penser.

        Oserai-je ajouter qu’avant ce Blog de Franquin, Jean-Yves Ferri nous avait servi un agréable De Gaulle à la plage. Personne n’avait critiqué le fait qu’il s’agisse d’un personnage ayant existé. Et ça n’est pas parce que l’on utilise un nom connu que le contenu est forcément médiocre.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 8 novembre 2009 à  16:07 :

          Sfar fait bien un Gainsbourg...

          Mais bon, ce n’est pas parce qu’on est médiocre qu’on doit utiliser des noms connus.

          Etc...

          La vérité, c’est que "Ce Blog de Franquin" n’est pas bon. Voilà. Pas la peine de le publier et après tout, n’importe qui peut faire un blog mais les éditeurs ne doivent pas se sentir obligés de publier tout et n’importe quoi sous prétexte qu’un blog a des visiteurs.
          Le plus responsable dans cette affaire, ce ne sont pas ses auteurs de seconde zone mais Drugstore... qui s’affiche en éditeur de troisième ordre en se comportant de la sorte.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 8 novembre 2009 à  17:51 :

            "auteurs de seconde zone " ???
            C’est quoi des auteurs de première zone ?
            Vous pouvez développer ?

            Répondre à ce message

          • Répondu par JZ le 8 novembre 2009 à  19:18 :

            m’enfin !

            j’arrive sur ce forum car je suis exaspéré par certains commentaires qui démontrent l’incontestable fermeture d’esprit de certaines personnes ici !!!!!

            "La vérité, c’est que "Ce Blog de Franquin" n’est pas bon."
             : gouts et couleurs , moi je le trouve tres bien, et visiblement, il n’y a pas que moi étant donné le nombre de visites sur le blog et quantité vendue.

            Cette BéDé est un hommage a Franquin , point.
            Moi, jeune fan de Franquin, je ne vois vraiment pas autre chose.

            Le comportement de vieux chien de garde aigri, qui saute sur la première censure facile, de Marsu Prod est un peu une honte !

            Cette fondation qui se dit "protéger l’art" de Franquin (genre fondation hergé) qui censure dès qu’elle le peux, c’est surtout de la thune, de la thune, de la thune, ces gens ne se rendent pas compte non plus que les temps changent, et que leur façon de penser est dépassée, et que ce serait plus judicieux de s’allier que de censurer.

            je me demande si bizarrement, ils ne seraient pas capable de retourner leurs vestes et vendre Gaston Lagaffe ou Spirou & Fantasio pour une mauvaise adaptation cinématographique ou télévisuelle, et bien entendu, pour un gros gros paquet de fric ... style patrons de banques ou roi du pétrole.

            et enfin,

            Ceux qui pensent que Turalo et Piak font le blog de Franquin pour gagner de l’argent sont, a mon humble avis, dans l’erreur.

            Simplement, Ouvrir les yeux et prononcer clairement et à voix haute :
            "Liberté d’expression !"

            merci

            Répondre à ce message

          • Répondu par Baptiste Gilleron le 8 novembre 2009 à  19:38 :

            Vous oubliez que "Le Blog de Franquin" n’est justement PAS un blog. C’est une bande dessinée qui parle d’un auteur ouvrant un blog, certes, mais il y a bien une histoire. Et sa publication sur internet ne s’est pas faite non plus dans le cadre d’un blog. Vous critiquez facilement ce livre mais ne semblez pourtant pas bien connaître le sujet...

            J’ai l’impression de me répéter, mais il me semble profondément nécessaire de savoir de quoi on parle avant de cracher sur le travail d’auteurs (ceci s’adresse à tous, évidemment). Lorsque nous chroniquons ou abordons un album dans nos colonnes, c’est parce que nous l’avons lu en premier lieu. Sinon, nous n’en parlons pas.

            Répondre à ce message

  • Les Editions Dupuis ressortent depuis quelques années les grands classiques qui ont fait leur réputation et leur succès sous forme d’intégrales. La qualité indiscutable de ces ouvrages, tant sur le plan éditorial (par une remise del’oeuvre dans son contexte) que sur le plan technique (abandon des films d’origine et restauration des coloris, qualité du papier)en fait une collection de référence pour tout amateur du neuvième art, aussi bien que des livres à découvrir avec plaisir par de nouveaux lecteurs.

    Félicitations et remerciements donc à l’éditeur.

    Mais... car il y a un "mais"

    Une oeuvre qui se veut de référence se doit, à défaut de pouvoir être complète à 100%, au moins d’être respectueuse des intentions et du dessin de l’auteur. L’intégrale du Spirou de Franquin nous offre le bonheur d’inclure (en couverture ou en pages intérieures) les superbes couvertures que Franquin avait dessinées pour les receuils du journal de Spirou. Quand le sixième volume de cette intégrale est paru, j’avais bien sûr reconnu le dessin de couverture, et pourtant je gardais une impression bizarre, comme un déséquilibre ou plutôt un vide. Dans le milieu de l’image.

    Quelques jours plus tard, j’ai voulu en avoir le coeur net et je suis retourné dans ma collection.

    Pour découvrir l’inadmissible:on a tout simplement effacé le marsupilami !

    Comme au plus beau temps du communisme soviétique où on retouchait les photos des dirigeants du parti assistant au défilé du 1er mai, en faisant disparaître ou réapparaître celui qui était tombé en disgrace ou au contraire revenu en faveur auprès de Staline.

    Je suppose qu’ici, la raison de cette censure (je ne vois pas quel autre mot pourrait s’appliquer) est d’ordre économique : Marsu Productions a acheté le personnage du marsupilami et je sppose qu’il aurait fallu lui payer des droits (bien que dans le cas présent, je ne comprenne pas trop pourquoi : ou alors il faudrait effacer le marsupilami dans toutes les planches des aventures de Spirou ? Et tant qu’on y est effacer Spirou et Fantasio chaque fois qu’ils apparaissent auprès de Gaston, puisque ces personnages, eux, appartiennent à Dupuis !)

    Marsu Productions fait un très beau travail avec l’oeuvre de Franquin : l’édition des planches originales de "QRM sur Bretzelburg" ou du "Repaire de la murène" est fantastique.
    Mais si effectivement c’est à lui qu’on doit la suppression du marsupilami de la couverture du sixième volume de l’intégrale de Spirou, alors je trouve sa réaction minable. Et certainement contraire à ce que Franquin aurait voulu !

    A l’appui de mon hypothèse, je soulignerai que les volumes 2 et 3 de cette même collection présentent en dernière page la couverture de l’album à paraître. Mais la couverture réellement publiée est chaque fois différente de la couverture annoncée. La différence ? La couverture annoncée montre chaque fois le marsupilami. Pour la couverture réellemnt publiée, l’éditeur a chaque fois choisi une couverture où le marsupilami n’intervenait pas. Jusqu’au sixième volume où il a commis la faute de censurer un dessin de Franquin.

    Que des personnes-ou des sociétés-achètent-ou héritent-l’oeuvre d’un auteur est un fait. Et s’ils l’ont fait, c’est que l’auteur a bien voulu leur céder.
    Que ces mêmes personnes souhaitent rentabiliser leur investissement est normal. Mais cela leur donne-t-il le droit de "corriger" le travail de l’artiste ?

    Alors que, le plus souvent, l’argument majeur que l’argument majeur que les acquéreurs ont fait valoir auprès de l’auteur ou des ayants droit (j’ai bien retenu la leçon de grammaire parue il y a peu sur ce même site) était leur attachement à l’oeuvre et au respect de son intégrité, bien plus que le méprisable aspect financier que d’autres candidats acquéreurs auraient pu faire valoir !

    Répondre à ce message

    • Répondu par juju1 le 14 novembre 2009 à  15:40 :

      Je suis bien d’accord avec vous, et je ne comprends pas que personne ne réagisse à ce que fait Marsu Productions. En plus des couvertures transformées, on a "www.marsupilami.com" à chaque page du dossier où apparaît l’animal, c’est vraiment lourd. c’est vraiment triste de voir que le pognon prime sur tout le reste. ne serait-il pas possible à Actuabd d’interviewer le patron de Marsu Prod à ce sujet ? On parle toujours de Moulinsart mais Marsu Prod n’est pas mieux. Alors oui ils font de beaux albums, mais qui sont hors de prix...
      Ce que je trouve bizarre c’est qu’ils se sont entendus avec Dupuis pour la nouvelles collection de Gaston qui vient de paraître, mais pour les intégrales Spirou non !

      Répondre à ce message

  • La mémoire d’André Franquin victime du "bon goût"
    8 novembre 2009 11:31, par saboten

    Je suis plein de sympathie pour Turalo, Piak et leur équipe à propos de l’affaire du "Blog de Franquin", car il m’est arrivé un peu la même chose dans des proportions bien moindres bien sûr.
    Il y a deux semaines j’ai dû retirer toutes mes notes de blog traitant de Barbapapa sous pression de la direction (autrement dit des ayant-droits étant donné que je travaille directement pour eux), pour des raisons d’image. Ceux qui se souviennent de mes notes se rappelleront que c’était une auto-fiction avec des petites piques certes, mais j’ai quand même insisté sur le côté tendre et auto-dérisionnel. Apparemment les ayant-droits ne l’ont pas vu de la sorte et m’ont sommé de retirer les notes concernées sous peine de licenciement. Et bien sûr comme je n’ai pas envie de perdre mon emploi de cette façon je me suis exécuté.
    Ça n’enlève en rien l’estime que j’ai pour eux, mais quelque part je ne peux m’empêcher de penser que j’ai juste été censuré, et que désormais je ne pourrai plus traiter des sujets que je veux car me sachant surveillé par mes patrons sur mon propore blog.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gonzague le 8 novembre 2009 à  22:02 :

      Bon Saboten, t’es gentil mais si tu avais un soupçon de clairvoyance, tu verrais que vos affaires ne se ressemblent en rien. Et si effectivement tu te sens "surveillé par tes patrons sur ton blog" (sic), je ne peux que te conseiller d’agir en conséquence et d’éviter de venir ici jouer les victimes.

      Répondre à ce message

      • Répondu par saboten le 8 novembre 2009 à  22:43 :

        Je viens juste apporter un message de soutien aux auteurs et je me fais rembarrer ?

        Ben dites-donc, avec ce type de réaction ça donne envie de venir sur ce site.

        À bon entendeur.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 10 novembre 2009 à  14:34 :

        Bon Gonzague,t’es gentil mais si tu avais un soupçon d’esprit de déduction, tu verrais que leurs affaires se ressemblent effectivement : Saboten a fait plusieurs notes sur son blog mettant en scène les Barbapapas et il a du toutes les retirer sous la pression des ayants-droits (qui se trouvent être également ses patrons)
        Cependant tu as bien raison sur point : Saboten a manqué de clairvoyance en ne demandant pas la permission d’utiliser des personnages qui ne lui appartiennent pas. Tout comme Piak et Turalo d’ailleurs...
        Finalement, les 2 affaires sont on ne peut plus similaires non ? La seule différence étant, c’est que Saboten n’a jamais eu l’occasion d’aller jusqu’à une publication papier de ses notes (et visiblement tant mieux pour lui !)

        Répondre à ce message

  • Quand on voit la série d’albums et de dessins animés du Marsupilami produits par Marsu Production, on se demande où est passé "l’esprit" Franquin.
    La nullité integrale des scénarios et des dessins est plus sûrement une offence au "bon goût" (celui de Franquin en tout cas) qu’une BD qui ne fait que reprendre un personnage devenu mythique dans le monde de la bande dessinée.

    Répondre à ce message

  • Voilà, je viens de lire toute cette page et, même si je ne suis pas lue, j’aimerais juste dire quelque chose.

    Nous sommes d’accord, Marsu a trouvé que Le blog de Franquin était de mauvais goût et a demandé le retrait des BDs, retrait qui a été accepté et compris par les deux partis.

    Seulement, en lisant tous vos postes, je n’y ai vu que de l’animosité gratuite envers les auteurs. Pourquoi ? Je ne comprends pas. Ils ont accepté la chose. Vous les détestez parce que vous en parlez entre vous, et vous vous faites des opinions d’eux à travers les idées que d’autres ont de leur travail.

    Je n’ai rien à vous dire, je ne vous connais pas. Et vous ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par tom le 10 novembre 2009 à  17:00 :

      bien d’accord avec vous :)

      Répondre à ce message

    • Répondu par WallaSs le 10 novembre 2009 à  20:51 :

      relis les messages, ils sont plus nombreux à soutenir les auteurs qu’à les critiquer

      en tout cas ce qui est marrant c’est que ceux qui dénoncent une soit-disante démarche purement mercantile de la part des auteurs ne parlent jamais de la mercantilité de Marsu Prod (faire du nom "Franquin" une marque déposée c’est quand même le sommet)

      et puis comme dit plus haut, il y a bien eu "De Gaulle à la plage" et personne n’y a vu un quelconque outrage. De toutes façons Franquin était pour la liberté d’expression la plus totale pour les auteurs, cette affaire l’aurait sûrement atéré

      quant à savoir si le travail des auteurs est bon ou non, à chacun de juger, mais ne les accusons pas de tout et n’improte quoi

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 novembre 2009 à  12:23 :

        de Gaulle était représenté "vivant", là on a doit au squelette de Franquin à chaque page...sacrée différence, non ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Walla$s le 12 novembre 2009 à  15:31 :

          et alors ? c’est exactement le genre de chose que ce serait permis Franquin de son vivant

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 12 novembre 2009 à  20:52 :

            Avec des personnages réels ? merci de nous donner des exemples ?

            Répondre à ce message

  • La mémoire d’André Franquin victime du "bon goût"
    11 novembre 2009 21:53, par detra

    Turalo sera en dédicace le 4 décembre, à la librairie Apo k lyps, 120 rue legendre 75017 Paris, des 16h.

    Répondre à ce message