Punk Rock et mobile homes - Par Derf Backderf (trad. P. Touboul) - Editions çà et là

14 février 2014 5 commentaires
  • Antérieure à son immense {Mon ami Dahmer}, cette chronique délurée montre à quel point Backderf excellait déjà dans la peinture des milieux lycéens américains. Une belle brochette de doux-dingues passionnés, avec des déclarations d'amour rock aussi touchantes qu'exaspérantes.

Punk Rock et mobile homes - Par Derf Backderf (trad. P. Touboul) - Editions çà et làÀ l’écart, ce grand gaillard d’Otto ? Il s’en fiche. La musique occupe toute sa vie, enfin presque, si l’on prend en compte les courbes affolantes de Terry Workman, la bombe de sa classe. Surnommé "le Baron", Otto doit souvent affronter les moqueries de ses camarades, voire plus. Mais sa passion pour le Rock fait tout supporter, surtout quand il parvient à devenir un pilier de The Bank, la petite salle locale. Jusqu’à son embauche comme videur officiel.

Voilà donc le premier album du journaliste et dessinateur Derf Backderf, remarqué avec son second opus paru l’an dernier. Retrouver ces garçons gauches et entiers aux gestes élastiques n’est pas une surprise. Le style de l’auteur est déjà là, et ce mélange de précision et de candeur qui caractérise son graphisme.

Plus centré sur un récit d’apprentissage, Punk Rock et mobile homes offre à Backderf l’occasion d’évoquer les oppositions esthétiques de cette année 1980 aux USA : d’un côté, l’Arena rock, avec les groupes comme Boston, Styx, Journey... ; de l’autre, le punk des Ramones et la New Wave surtout venue d’Europe. Le parti-pris snobinard de Backderf qui va jusqu’à encenser Klaus Nomi est parfois pénible, mais l’ambiance générale reste très juste et pleine de sensibilité, avec les sarcasmes et les galères d’usage.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

Lire aussi la chronique de Mon ami Dahmer

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • "ce mélange de précision et de candeur qui caractérise son graphisme." dites vous... bizarre, au vu des pages présentées, cela rappelle les pires maladresses de l’underground des années soixante-dix...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 16 février 2014 à  00:07 :

      Je me demande toujours en lisant ce genre de commentaire s’il s’agit de trolling ou de quelqu’un qui après maints grattages de tête préfère "tirer en touche". Donc, je me fends d’une réponse en forme de question : de quels artistes, de quels ouvrages particuliers, et à quelles maladresses notables de l’Underground "70" faites vous référence ? Et lors à qui se réfère Backderf ? Je ne vais pas vous cacher que je connais pas mal cette pèriode ; mais puisque vous émettez une critique aussi assertive que succinte je suppose que vous avez des références bien ancrées et n’émettez pas un avis à la légère, non ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 17 février 2014 à  00:05 :

        Silence, silence, silence... J’en tire mes conclusions.

        Répondre à ce message

  • C’est fou le nombre d’auteurs qui ne savent pas dessiner mais qui dessinent quand même, et encore chez çà et là.

    Répondre à ce message

    • Répondu par DaCharz le 3 mars 2014 à  18:06 :

      ha bon ? Tu as l’air frustré de ne pas pouvoir partager tes dessins à toi ! Le dessin de Backderf, je te l’accorde bien à lui, est pourtant trés agréable et rafraichissant. Et en plus d’être un auteur il illustre toute ses bd.

      Répondre à ce message