Cumbe - Par Marcelo d’Salete (trad. C. Zonzon et M. Zéni)- Cà et Là

29 janvier 2016 0 commentaire
  • Récits de la réalité esclavagiste au Brésil durant le 17ème siècle. Un style sobre et efficace, et quatre nouvelles qui en apprennent beaucoup sur un destin peu connu de la diaspora africaine.

Ce Noir portant une lourde charge, exploité par de riches propriétaires blancs, ne vit pas aux États-Unis. Il incarne les milliers d’esclaves venant du Mozambique ou d’Angola utilisés par le Brésil, jusqu’à la fin du XIXème siècle. En quatre nouvelles graphiques au noir et blanc sobre et efficace, cet album illustre le destin de damnés méconnus dont les descendants, aujourd’hui encore, n’ont pas la même place que les blancs dans une société brésilienne censément représenter une diversité idéale.
Cumbe - Par Marcelo d'Salete (trad. C. Zonzon et M. Zéni)- Cà et Là
Cumbe [1], œuvre du brésilien Marcelo d’Salete, s’inscrit graphiquement dans la grande tradition latine du noir et blanc tendance dramatique. Sur le fond, c’est un véritable outil pédagogique, un moment d’histoire qui pousse à approfondir. Beaucoup apprendront par ces histoires très lisibles comment vivaient les esclaves au sud de l’Amérique. Un quotidien qui ressemble énormément à celui de leurs frères du Nord, avec les mêmes violences, humiliations, droits de cuissage.... Mais le sens du récit de l’auteur, et son ambition narrative, évitent la leçon de chose. Pas de rappels historiques, pas de repères précis ou de figures connues, le scénario joue la carte du symbole avec des personnages qui sont des résistants, luttant désespérément face aux fusils et aux chiens. Tout en respectant une vérité incontestable, Marcelo d’Salete s’autorise quand même des échappées oniriques où l’espoir se fait une place. Des éléments poétiques qui apportent au lecteur un peu de répit avant de plonger dans des réalités implacable.

C’est un premier ouvrage pour d’Salete en France, paru en 2014 au Brésil, qui est le troisième opus de l’auteur, après Lumière de Nuit en 2008 et Encruzilhada en 2011.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

[1"endroit caché", mais aussi "soleil, clarté, lumière" entre ses origines angolaises et son utilisation dans la langue portugaise du Brésil

  Un commentaire ?