Delcourt édite des comics en kiosque.

  • Transfert de chez Semic France, Thierry Mornet lance chez Delcourt une ligne de comics en kiosque. Un secteur nouveau pour un éditeur qui a multiplié les innovations ces dernières années et qu'il renforce grâce son catalogue de comics existant en librairie, après un développement réussi dans les mangas.

Thierry Mornet a raison de souligner ce fait dans l’interview qu’il accorde dans nos pages à François Peneaud : Guy Delcourt est un fan de comics de la première heure. Pour preuve, alors qu’il était encore étudiant, il a fait un stage dans une banque à Los Angeles. Il y a appris à compter (son sens de la gestion est légendaire) et à aimer les comic-books. Depuis longtemps, les grands auteurs anglo-saxons figurent à son catalogue et c’est à lui que l’on doit la publication en français, il y a plusieurs années, d’auteurs fondamentaux comme Will Eisner, Alan Moore, Dave Mc Kean, Neil Gaiman, Jeff Smith ou encore Chris Ware, tous primés à Angoulême, et je ne me limite qu’à ceux-là.

Ainsi donc, Guy Delcourt fait son entrée dans le marché des comics en kiosque... C’était couru : à partir du moment où l’homme fort de chez Semic France, celui qui a permis au repreneur de la maison d’édition de Lyon, les éditions de Tournon, de bâtir un véritable catalogue éditorial centré autour de la BD américaine avec un brio et un succès jamais atteint jusque là, a décidé de reprendre sa liberté, il était évident qu’il allait exercer ses talents quelque part. On a su très vite que c’était chez Delcourt, un éditeur capable de comprendre sa démarche éditoriale et dont le nom est souvent associé à une édition de qualité.

Pour Delcourt, c’est l’opportunité de pouvoir accéder à un circuit éditorial où le comic-book est né et où il se développe le plus naturellement du monde depuis des années : le kiosque. Il y a vingt ans, Semic France était le leader incontestable de ce segment. Mais son rachat par Tournon et l’arrivée sur le marché de Panini qui ne se contentait pas seulement de lui enlever la licence Marvel (Semic France était l’éditeur privilégié de Marvel depuis la fin des années soixante) et qui entrait sur le marché avec une offre en nombre de titres infiniment supérieure à celle qui existait auparavant, aidé en cela par le succès des films tirés des comic-books en salle (Spider-Man, X-Men...), le label lyonnais transplanté à Paris a commencé à battre de l’aile. Face aux difficultés, les tempéraments s’exaspèrent. Une mésentente entre Thierry Mornet et le propriétaire de sa boîte, Henri-Claude Prigent, devait immanquablement le conduire à quitter la maison de la rue Broca.

C’est donc une nouvelle aventure qui commence avec deux labels Aspen Comics (mis en vente depuis le 1er avril) et Top Comics (mis en vente le 2 mai prochain) et au générique des noms prestigieux : Michael Turner, Mark Waid, Marc Silvestri, Tony Daniel, Chris Bachalo, George Pérez et Dan Jurgens. Rien que cela ! Souhaitons bon vent à cette nouvelle équipe.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.