Hellboyverse : retour dans le passé

26 juillet 2016 0 commentaire
  • Voici le retour pour la seconde année de notre petit guide de lecture de l’univers d’Hellboy, riche et passionnant, mais pas nécessairement très abordable pour le néophyte. Dans cette nouvelle saison, le passé se trouve plus que jamais à l’honneur...

Après être revenu longuement l’an dernier sur les origines et le développement de l’univers d’HellBoy, l’année 2016 marque une nouvelle étape importante. En effet Mike Mignola a publié en juin dernier le dixième numéro de sa série Hellboy en Enfer, un épisode qui constitue le point final des aventures de ce personnage.

Il s’agit en effet du dernier épisode de la série -qui comptera donc deux tomes- mais aussi de la dernière apparition du célèbre cornu : Mike Mignola a expliqué à cette occasion qu’il avait dit tout ce qu’il avait à dire à propos du personnage.

Rappelons que Hellboy nous avait « quittés » une première fois en 2011, se sacrifiant, et mourant, afin de sauver le monde, puis a vu ses aventures se poursuivre en Enfer, dans cette série qui vient donc de s’achever.

De l’aveu même de Mike Mignola, il s’agit de dernière apparition d’Hellboy, qu’il va désormais laisser « en paix » mais cela n’empêchera pas de le voir à l’occasion de flashbacks... Qu’on se rassure : le Hellboyverse ne va donc pas s’arrêter pour autant, toute comme les séries B.P.R.D. ou les histoires d’Hellboy se déroulant dans le passé.

Hellboyverse : retour dans le passé
Numéro 10 de Hellboy en Enfer : les adieux officiels du personnage ?

L’avenir nous dira si Mike Mignola tiendra cette promesse et si le Hellboyverse pourra « survivre » dans cette nouvelle configuration. Le choix n’en reste pas moins admirable et force le respect. Nous aurons tout le temps de revenir sur le destin du démon rouge lors de la parution du tome deux de Hellboy en Enfer.

Mais revenons à notre sujet : le Hellboyverse, voyons déjà à quel point les récits se déroulant dans le passé y prennent une place considérable.

Aujourd’hui, le Hellboyverse c’est onze titres, dont certains achevés :
- Hellboy (1993-2012, 12 tomes),
- B.P.R.D. (2002-2013, 17 tomes),
- Hellboy Histoires Spéciales (2003-en cours, 7 tomes),
- Lobster Johnson (2007-en cours, 4 tomes),
- Abe Sapien (2008-en cours, 8 tomes),
- Witchfinder (2009-en cours, 3 tomes),
- B.P.R.D. - L’Enfer sur Terre (2010-en cours, 13 tomes),
- Hellboy en Enfer (2012-en cours, 1 tome),
- Sledge-Hammer 44 (2013, 1 tome),
- Hellboy and the B.P.R.D. (2014-en cours, 2 tomes),
- Frankenstein Underground (2015, 1 tome).

Ajoutons qu’un récit complet, nommé Rise of the Black Flame, est annoncé pour la fin d’année et viendra compléter ce tableau conséquent.

Depuis juin 2015, les éditions Delcourt ont publié pas moins de dix albums du Hellboyverse. Avec presque un titre par mois, autant dire l’amateur s’est trouvé terriblement sollicité (et en particulier son porte-monnaie), le néophyte ayant de quoi se sentir intimidé.

Nous allons passer en revue ces divers albums mais, auparavant, détaillons quelles histoires ont été publiées récemment : nous avons eu droit à Masques & Monstres et Hellboy au Mexique, qui reviennent sur des aventures passées de notre héros et qui s’inscrivent le cadres des Histoires Spéciales. Il y eut aussi des nouveaux tomes de Witchfinder et Lobster Johnson, qui narrent les aventures de deux personnages histoires du Hellboyverse, l’un se déroulant à l’époque Victorienne et l’autre dans le New York des années 1930.

Extrait de Hellboy au Mexique
© Dark Horse / Delcourt

À ces quatre albums se sont ajoutés deux séries revenant sur le début du B.P.R.D. : Origines, sur les premières missions du B.P.R.D. (1946 & 1947), et Hellboy & BPRD qui nous propose les premières missions du démon rouge, lorsqu’il était encore un bleu (1952). Les titres sept et huit sont des récits complets, un peu décrochés de la trame principale, se déroulant eux-aussi dans les années 1940 et 1950 : Sledgehammer 44 et Frankenstein Underground. Et pour finir le présent reprend ses droits avec les aventures du B.P.R.D, celle principale avec un nouveau tome de la série B.P.R.D. - L’Enfer sur Terre ainsi qu’un autre d’Abe Sapien.

Il y a donc un peu de tout, des spin-off avec des héros historiques, des aventures d’Hellboy à plusieurs époques du passé, des récits complets qui utilisent l’univers mais avec des personnages inédits, ce bon vieux B.P.R.D. composé d’une équipe d’agents luttant dans un monde en cours d’Apocalypse.

En voici le détail dans leur ordre de parution en France :

Hellboy T14 : Masques & Monstres

Un nouvel Hellboy constitue toujours un petit évènement même s’il s’agit d’un recueil spécial. Celui-ci, publié en 2010 aux USA, fait partie de la famille des « spéciaux », réalisés à la marge de la série principale et nés de collaborations ou d’évènements divers.

Ce Masques & Monstres compile deux mini-séries relativement anciennes. Nous débutons par Batman/Hellboy/Starman, daté de 1999 et écrit en collaboration avec James Robinson. C’est une histoire en deux parties dans laquelle Hellboy fait équipe à tour de rôle avec Batman puis Starman. Tout commence à Gotham City, l’action se poursuivant ensuite et se terminant en Amazonie, le tout avec des nazis. C’est simple, efficace et la rencontre avec Batman et Starman fonctionne bien, donnant lieu à des répliques ou des situations très sympas.

La seconde mini-série, Ghost/Hellboy, date de 1996 et met en scène un personnage de Dark Horse peu connu, Ghost : une femme fantôme qui a tout oublié de son passé et qui combat le mal à l’aide d’armes à feu. Si le personnage se prête bien à une aventure avec Hellboy, la dite-aventure nous a moins captivé que celle avec Batman et Starman. Elle reste sympathique -c’est une histoire de meurtres anciens et de fantômes dans un vieil immeuble- mais nous restons sur notre faim sans doute parce que le personnage de Ghost n’a pas particulièrement brillé.

Witchfinder T3 : Les Mystères d’Unland

Troisième aventure de Sir Edward Grey, détective de l’occulte, travaillant au service de sa majesté, qui nous entraîne dans un vieux coin perdu d’Angleterre. Notre héros est envoyé dans une petite ville pour enquêter sur la mort d’un officiel qui était en mission pour le compte de la Couronne. Une fois sur place, il découvre la légende d’Unland, une zone marécageuse qui entoure la ville, où des créatures mystérieuses se terrent...

Le récit s’avère très classique : de l’horreur, des monstres et un héros isolé dans une ville hostile. Il s’agit d’un pur exercice de style avec tous les poncifs du genre, donc prévisibles, mais l’ambiance et l’atmosphère sont parfaitement réussies, et l’album se lit d’une traite sans souci, et pour ne rien gâcher il propose un épilogue aussi surprenant que bien trouvé.

B.P.R.D. Origines T1

Nous ne l’attendions plus mais voici enfin la trilogie Origines, publiée aux USA en 2008, 2010 et 2013. Ce premier gros volume contient les deux premières histoires, à savoir 1946 et 1947, complétés de deux récits courts. 1948 sera publié dans un tome deux mais du coup se pose la question de quoi il sera accompagné si nous devons rester le modèle d’album épais. Peut-être par l’histoire B.P.R.D. Vampires ?

Ces histoires racontent les premières années du B.P.R.D., avec des moyens et du personnel très limité, et un Hellboy enfant qui traîne jamais bien loin.

- 1946 : le lieu : Berlin, occupé par les alliés occidentaux et les Russes. C’est la première apparition, il nous semble, de Varvara, la petite fille-démon qui dirige le bureau occulte russe. Du côté des héros, nous suivons uniquement Trevor Bruttenholm et le Dr. Howard Eaton, qui relève plus du rat de bibliothèque qu’autre chose. Ils vont mettre à jour un vieux projet occulte allemand de destruction massive. Il y est question de créatures ancestrales, issues d’un asile d’aliénés et qui y ont servi de cobayes et d’un certain savant fou. Très bien mené, sans temps morts et orienté horreur « crade ».

- 1947 : Notons tout d’abord que nous avons au dessin les jumeaux brésiliens Gabriel Bá et Fábio Moon. Le récit est en effet partagé en deux trames narratives qui s’entremêlent et dessinées chacune par un des jumeaux. L’effet est indéniablement intéressant. Dans cette histoire, le professeur Bruttenholm ne se déplace pas personnellement cette fois-ci mais qui envoie un groupe de quatre agents, d’anciens soldats forcément, enquêter en France, du côté du Lac d’Annecy. Nous sommes une fois encore dans des histoires de fantômes et comme dans le récit précédent, le résultat s’avère rude et se termine mal comme il se doit.

Deux jolies histoires orientées « types ordinaires projetés dans un monde de monstres », efficace et regorgeant pour le connaisseur du Hellboyverse de nombreuses références et clins d’œil.

Sledgehammer 44

Un récit complet un peu particulier : non pour son nom (quoique) mais parce qu’il se déroule durant la Seconde Guerre mondiale or Mike Mignola a toujours répugné de réaliser des histoires durant cette période. Cependant, il a décidé de faire une exception car il s’agissait d’une demande de John Severin, un dessinateur vétéran (1921-2012), décédé avant d’avoir pu dessiner cette mini-série (elle est effet sortie en 2013 aux USA).

Les lecteurs de Witchfinder se souviennent peut-être de lui car il a dessiné le tome deux et, là aussi, il s’agissait d’une demande de sa part : il avait demandé un western et Mignola s’était exécuté, comme dans ce cas-ci.

Pour cette occasion le créateur d’Hellboy a « ressorti » l’armure Vril entraperçue dans le tome un de Lobster Johnson pour nous conter l’histoire de son second utilisateur, l’armure ayant été récupérée par ce qui allait devenir le B.P.R.D., le professeur Bruttenholm fait de petites apparitions.

L’album comporte deux récits. Le premier est une « simple » histoire de soldats qui tentent d’accomplir leur mission, le Sledgehammer n’apparaîssant qu’au début et à la fin, dans un rôle surtout symbolique. Un récit très bien ficelé dans le genre. Dans le second récit le Sledgehammer passe en première ligne et nous offre une bataille de Dieux. Les nazis ont capturé un avion expérimental US et son pilote grâce à leur arme secrète : la première incarnation de la Flamme Noire !

Combat de titans donc entre le Sledgehammer et la Flamme Noire ! Et notons que l’attaque de la Flamme Noire de l’avion en question reprend exactement la scène vue dans l’un des premiers tomes de B.P.R.D., lorsqu’on nous avait montré les « monstres » de la Seconde Guerre mondiale ! Une histoire d’action non-stop rondement menée et impressionnante.

Hellboy & BPRD T1 : 1952

Et un nouveau spin-off d’Hellboy consacré au début de carrière de notre démon préféré. Dans cette première histoire, il s’agit donc la première mission d’Hellboy, se déroulant en 1952. Il accompagne quatre agents pour une virée au Brésil, dans un petit village perdu où d’étranges meurtres ont été perpétrés par une non moins étrange créature... C’est du classique mais qui reste très sympathique. Il est amusant de voir qu’Hellboy est relativement accepté partout et, à la fin de l’aventure, se trouve placé le moment où le gouvernement américain lui octroie le statut d’être humain.

En ce qui concerne l’aventure elle-même, il s’agit d’une sorte de suite de 1946 : il y a un prologue qui reprend l’épilogue de ce récit, avec une discussion entre le professeur Bruttenholm et Varvara, et le méchant est le même, sur fond d’expérience de nazis. Sympa et efficace, et qui vaut surtout pour la présence de Hellboy en personne.

Lobster Johnson T3 : Une fragrance de lotus

Pour ce nouveau tome des aventures du Homard, nous avons droit à un recueil d’histoires (au nombre de cinq) et non à un récit complet. La première s’avère de la pure action, avec unité de temps et de lieu, où le Homard déjoue un attentat nazi à bord d’un zeppelin. Puis nous enchaînons sur une série de meurtres de vagabonds qui mène notre héros à un homme richissime assorti d’un savant douteux.

Suit une mini-histoire où un chef mafieux trouve un moyen inattendu pour faire face au Homard... mais la Justice triomphe toujours. Puis vient le gros morceau du tome, qui lui donne son titre : Une série de meurtres violents dans Chinatown nous y attirent notre « Pince de la Justice ». Nous apprécions d’avoir ici une intrigue à twist et un dénouement qui mettent en avant l’équipe du Homard. Enfin on termine par une bonne vieille histoire de momie égyptienne !

Frankenstein Underground

Voici donc un nouveau personnage du Hellboyverse : Frankenstein, créature du professeur homonyme qu’on ne présente plus. Le personnage fait sa première apparition dans Hellboy au Mexique, un recueil d’histoires sorti le mois suivant.

Concernant ce récit et ce nouveau personnage nous restons mitigés. Dans les faits, il n’y a rien d’original ou de nouveau. Mike Mignola nous ressort une aventure dans la Terre Creuse, à base de Vril et d’Ogdru Hem, et nous avons également droit de nouveau à un rappel de la mythologie de la série sur quelques pages, une légende que nous avons sans doute lue trop souvent et qui n’apporte rien de nouveau.

C’est joli, émouvant et mélancolique, mais le personnage de Frankenstein ressemble trop à Hellboy et surtout énormément à Roger l’homoncule. Concernant l’histoire elle-même, c’est en quelque sorte un récit-type d’Hellboyverse sans plus. Mike Mignola se contente du service minimum. Évidemment l’ensemble est bien fichu et divertissant, mais il y a un air de déjà-vu assez gênant pour un nouveau personnage avec le sentiment que Mike Mignola voulait intégrer Frankenstein dans son univers car il avait trouvé un bon angle conceptuel. Et si l’idée est bonne, au-delà de la façon dont il a de s’approprier le personnage, le reste se révèle très générique. Dommage.

Hellboy T15 : Hellboy au Mexique

Un nouvel album d’Hellboy qui propose des histoires du passé sur son « excursion » au Mexique en 1956, durant laquelle il a disparu cinq mois. Le point de départ est le one-shot HellBoy au Mexique déjà publié dans le tome 12, La Fiancée de l’Enfer, en 2012, et repris ici en tant que première histoire de l’album, qui en compte cinq en tout.

Pour rappel cette histoire s’attardait sur la rencontre d’Hellboy avec trois frères catcheurs et chasseurs de démons. Elle s’était tragiquement terminée par la mort d’un des frères, ce qui avait plongé Hellboy dans une profonde déprime et dans l’alcool. Mike Mignola ayant eu envie d’explorer cette période de la vie d’Hellboy, il a écrit diverses histoires qu’il a confiées à autant de dessinateurs.

Nous débutons par une histoire très courte et dessinée par Mignola lui-même qui confronte notre démon rouge à la « momie » vue dans l’épisode des trois catcheurs. Puis nous passons à Hellboy se Marie dessiné par Mick McMahon, basé sur les chansons du Roi Don Rodrigue. C’est une transposition mode fantastique d’une soirée trop arrosée à Las Vegas qui se termine à l’autel !

Ensuite ce sont les jumeaux Gabriel Bá et Fábio Moon qui se retrouvent aux commandes d’une histoire en deux parties, L’Homme aux Cercueils, qui confronte Hellboy à un adversaire un peu trop fort pour lui. Enfin nous terminons avec Dave Stewart avec le remake de Frankenstein qui a donné l’album précédent.

Dans l’ensemble il s’agit d’histoires relativement noires qui, en dépit d’une ambiance parfois burlesque, se terminent mal. Classique pour la série, mais cette fois-ci l’espoir s’y trouve totalement absent. Un épisode assez tourmenté de la vie d’Hellboy qui se révèle très bon.

Abe Sapien T5 : Lieux sacrés

Cinq nouveaux épisodes pour quatre histoires. Comme toujours avec cette série, il est question avant tout d’ambiance : Abe erre dans les états du sud qui ont été totalement bouleversés et détruits par l’avènement des monstres. Le récit se structure autour de rencontres qui finissent rarement bien. Ambiance dépressive, comme toujours !

La particularité de ce lot d’épisodes vient qu’une jeune femme, Grace, désespérée, qui a perdu sa fille et sa sœur lors de la catastrophe, accompagne Abe. La première étape reste la plus marquante et la plus fascinante à notre sens, marquant la rencontre entre Abe et Grace. Unité de lieux et de temps (quelques minutes agrémentées de flashbacks) autour d’une maison protégée par un gars prisonnier de l’image de son père.

La seconde histoire nous propose la rencontre avec un couple désirant sauver son enfant contaminé par un gaz le transformant en grenouille, puis vient une halte et l’irruption d’une sorte de sorcière pour un épisode placé sous le signe des visions. Enfin, nous terminons par une histoire en deux parties où Abe revient dans la ville où il a été blessé et où sa transformation a débuté. Pas vraiment d’avancée scénaristique dans cet épisode mais l’idée qu’il faut que les gens qui y résident se décident enfin de quitter cette ville perdue...le tout avec une prêtresse de la Santa Muerte ! Un bon cru.

B.P.R.D. - L’Enfer sur Terre T5 : Sur les ailes du diable

Nous retrouvons dans cet album très épais les TPB 9 et 10 de l’édition US, pour un total de quatre histoires :

- Le règne de la Flamme Noire (cinq épisodes) : le gros morceau du tome avec l’infiltration de New York, coupée du reste du monde depuis l’avènement des monstres. Tout le casting de la série est réuni, avec une collaboration entre Kate et Feenix assez cool, sans oublier Johann et Nichayko, le directeur de Services Russes, plus Carla et « l’Homme des Cavernes ». Ils affrontent Zinco, une organisation héritière du Troisième Reich, dans laquelle nous retrouvons certaines têtes connues, menée par la Flamme Noire. De l’action, des monstres et un combat de titans entre Kate et la Flamme Noire, digne d’un récit de super-héros qui détruisent tout sur leur route ! Vraiment bien et délicieusement badass.

- Sur les Ailes du diable (deux épisodes) : Retour au QG du B.P.R.D. pour une petite histoire de possession venant d’un vieux dossier, amenant à un petit flashback avec Hellboy. Le dénouement se révèle amusant et l’histoire met à l’honneur le Professeur O’Donnell, toujours aussi déphasé et un tantinet dingo.

-  L’Équation incomplète (deux épisodes) : Johann se rend au Japon, dans la ville de Saitama, ravagée par deux Ogdru Hem. C’est une histoire hommage aux Kaijus, les monstres géants japonais, car ces deux Ogdru Hem vont en effet être défait pour un troisième monstre géant aux origines peu claires. Fun !

- Le Broyeur (un épisode) : Enfin nous terminons par un récit bâti sur le point de vue d’un gars ordinaire, vivant à Santa Fe, « habité » par le fameux Ogdru Hem « immobile ». Il est amusant de suivre le point de vue d’un civil, vivant dans ce monde bouleversé, et de sa vision du B.P.R.D.. Un petit épisode très bien ficelé dans le genre.

Avec ses nombreux titres, variés et d’une qualité certaine, le Hellboyverse semble pouvoir se passer plus que jamais de son héros pour s’étendre bien au-delà de sa sphère d’influence, même si l’on ne manque pas une occasion de l’invoquer. Cependant le risque d’asphyxie et l’illisibilité de l’ensemble de l’univers menace les nouveaux lecteurs. La lassitude aussi avec cette multiplication d’histoires et les aventures annexes et périphériques. D’où la nécessité d’en revenir aux fondamentaux signés par Mike Mignola lui-même avant de se laisser happer par cet univers multiforme mais qui vaut néanmoins le détour.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Hellboy T14 - Masques & Monstres. Par Mike Mignola, James Robinson, Scott Benefiel et Jasen Rodriguez. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 3 juin 2015. 144 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Witchfinder T3 - Les Mystères d’Unland. Par Tyler Crook, Kim Newman et Maura McHugh. Traduction Nick Meylaender. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 1er juillet 2015. 160 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

B.P.R.D. Origines T1. Par Gabriel Bà, Fábio Moon, Mike Mignola et Joshua Dysart. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 14 octobre 2015. 320 pages. 29,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Sledgehammer 44. Par Jason Latour, Laurence Campbell, John Arcudi et Mike Mignola. Traduction Nick Meylaender. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 2 décembre 2015. 160 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Hellboy & BPRD T1 : 1952. Par Mike Mignola, John Arcudi et Alex Maleev. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 10 février 2016. 160 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Lobster Johnson T3 : Une fragrance de lotus. Par Mike Mignola, John Arcudi et Collectif. Traduction Jérôme Wicky. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 23 mars 2016. 160 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Frankenstein Underground. Par Ben Stenbeck et Mike Mignola. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 13 avril 2016. 144 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Hellboy T15 : Hellboy au Mexique. Par Mike Mignola et Collectif. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 18 mai 2016. 148 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Abe Sapien T5 : Lieux sacrés. Par Sebastián Fiumara, Max Fiumara, Mike Mignola et Scott Allie. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 8 juin 2016. 128 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

B.P.R.D. - L’Enfer sur Terre T5 : Sur les ailes du diable. Par Mike Mignola, John Arcudi et Collectif. Traduction Anne Capuron. Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 22 juin 2016. 320 pages. 27,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Le Hellboyverse sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 2 de B.P.R.D.
- Lire la chronique du tome 1 de Lobster Johnson
- Lire la chronique du tome 1 de Witchfinder
- Lire la chronique du tome 1 de Hellboy en enfer
- Lire la chronique du tome 2 de B.P.R.D. - L’Enfer sur terre
- Lire la chronique du tome 3 de Abe Sapien
- Lire Hellboyverse : petit guide de lecture

  Un commentaire ?