L’Ours Barnabé : intégrale 3 - Par Philippe Coudray - La Malle aux images/la boîte à bulles

14 février 2013 4 commentaires
  • Dans son joli dos bleu, un bon gros pavé de 200 pages qui reprend quatre volumes précédemment parus. Universalité, esprit naturaliste et humaniste, paysages libres et limpides : Barnabé vit dans un cadre qui aurait quelque chose d'un monde apaisé et où tout problème trouve solution. Du gag zen.

Cet ours philosophe au solide sens pratique a déjà plus de 30 ans. Et de quoi aspirer à la même célébrité que le chat de Geluck, à une grand différence près : ses réflexions, pensées et actions sont le plus souvent tournées vers les autres. Ses congénères de la forêt, pris au dépourvu, sollicitent ses avis et arbitrages. Lui-même, entre obsessions de confort et obsessions logiques, se montre toujours prêt à agir.

D’aucuns pensent encore que Barnabé et sa douce fourrure plaira aux enfants et incarne un personnage consensuel et lisse. Point du tout. Les scènes qui défilent ici font rêver, réfléchir, et laissent même parfois perplexe.

Philippe Coudray alterne saynètes pleines de profondeur et exercices formels, et joue énormément avec la logique, les formes, les équilibres naturels. Quels que soient les animaux qui cohabitent, le pouvoir n’est jamais l’enjeu, s’effaçant derrière une recherche d’harmonie.

Avec cette troisième intégrale, la série prend fin, avec comme reconnaissance récente une nomination aux Eisner Awards 2012.

L'Ours Barnabé : intégrale 3 - Par Philippe Coudray - La Malle aux images/la boîte à bulles

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

Lire aussi :
- L’Ours Barnabé : sans paroles

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Pour ceux qui l’ignoreraient ce furent les jumeaux Pasamonik (et didier)qui publièrent les premiers les jumeaux Coudray chez Hachette il y a 25 ans.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 19 février 2013 à  00:35 :

      Eh non, Michel, je n’ai pas profité des talents de mon frère sur ce coup-là. Il dirigeait encore Magic Strip alors que j’avais rejoint les Humanos puis Hachette. J’ai eu le plaisir de voir publiés les frères Coudray, talents gémellaires eux aussi, dans Fripounet pendant quelques années mais là encore, pour le coup, j’étais seul.

      Répondre à ce message

  • Cette série est un chef d’œuvre d’humour, de philosophie et d’intelligence. Les scènes sont d’une simplicité remarquable et amènent cependant à une profonde réflexion autant pour les plus jeunes que pour les adultes. Un tour de force de l’auteur d’interroger le lecteur si rapidement et subtilement sans s’appesantir sur son sujet.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 20 février 2013 à  12:12 :

      Bien d’accord avec vous, il y a beaucoup de poésie surréaliste, d’humour et de tendresse dans cette série qui est un véritable plaisir à feuilleter. Philippe Coudray ne fait pas partie de ces auteurs bobos multi-productifs encensés par la presse branchée à la môde, il a construit dans la plus grande humilité une oeuvre forte et magnifique qui commence à avoir du succès un peu partout sur notre planète. Il s’agit en effet d’un travail universel, au succès plus que mérité, ce qui n’est que docte justice !°)

      Répondre à ce message