Virtus, T4 - Par Gibbon & Shinanogawa

13 février 2013 0 commentaire
  • Pas commode se trouve au centre de toutes les attentions hostiles : un complot se trame vite pour attenter contre votre vie. Un quatrième volume qui sort des sentiers battus et offre désormais une réelle intrigue tant attendue!

Des détenus japonais sont retenus dans une prison haute sécurité et se voient subitement propulsés à l’époque de Commode, en pleine arène romaine.

L’un d’entre eux, Takeru Narumiya, un judoka de notre époque, parvient à maitriser certaines techniques légendaires et, de ce fait, à donner du fil à retordre aux gladiateurs surentrainés.

Après une lutte acharnée, les prisonniers japonais malmenés se retrouvent sur une île d’entrainement où ils subissent les assauts et les moqueries des romains et doivent tenir vaille que vaille aussi bien physiquement que spirituellement.

Suite à l’affront d’Aizawa, un jeune prisonnier plutôt farouche et inconscient, un duel l’opposera à Kurukis, un adversaire fort agile et tenace. Au même instant, le puissant Commode, ivre de pouvoir, n’est pas entouré que par des amis, et certains d’entre eux complotent pour sa disparition...

Virtus, T4 - Par Gibbon & Shinanogawa

Après un troisième tome relativement décevant, ne montrant guère d’évolution concrète dans le scénario, ce nouvel opus recalibre les temps morts et accentue davantage le fil conducteur sur les deux principaux protagonistes, à savoir Takeru Narumiya et l’empereur Commode.

Gibbon, le scénariste de Virtus se focalise sur les complots de sénateurs qui cherchent désespérément à contrecarrer le puissant Commode. L’intrigue reprend le dessus par rapport aux entrainements interminables et les quelques combats médiocres du précédent volume, ce qui nous laisse entrevoir une suite plus passionnante, espérons-le, durable.

Quant au dessin très subtil et recherché d’Hideo Shinanogawa, il subit l’influence de certains shonen de qualité tels que le controversé Free Fight (Série très prisée par les amateurs d’arts martiaux) ainsi que Baki, dont les comparaisons avec Virtus au niveau des corps exagérément musclés.

Les lecteurs allergiques à la violence et à la profusion d’hémoglobine ne trouveront de fait par leur compte en lisant cette série quelque peu stéréotypée qui surprend par moments mais qui laisse à désirer quant à sa finition. Sachant qu’il ne reste qu’un volume prévu, on se demande de quelle manière les auteurs clôtureront la saga.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Virtus T1 sur Amazon ou à la FNAC
- Le T4 sur Amazon ou à la FNAC

Commander Free Fight T1 sur Amazon ou à la FNAC

Commander Baki T1 sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?