La guerre est-elle belle ?

27 avril 2013 4 commentaires
  • Le récit de guerre est un genre en soi dans la bande dessinée, qui a ses maîtres, : Milton Caniff, Tardi, Pratt, les "Two-Fist Tales" et les "Frontline Combat" de Kurtzman et de sa bande, le "Buck Danny" d'Hubinon même... Et puis les Anglais, desquels émerge Joe Colquhoun, l'auteur de "La Grande Guerre de Charlie" et de "Johnny Red" dont les œuvres sortent ces jours-ci chez Délirium.
La guerre est-elle belle ?
La Guerre de Charlie de Joe Colqhoun & Pat Mills
Ed. Delirium

La Grande Guerre de Charlie en est à son quatrième volume publié en français. Comme à l’accoutumée, la lutte est âpre, vigoureuse, inhumaine. Les hommes surgissent tous muscles bandés, les yeux exorbités, éructant, prêts à en découdre et quand ils ne combattent pas le "boche", ils se castagnent entre eux, de Verdun à la Somme : le Froggy contre le Rosbif, le troufion contre l’officier.

Le dessin de Joe Colquhoun est dans un noir et blanc cru, dépouillé d’artifices. Il semble mépriser les gris tamisés de la trame : il n’y a que le trait à sa disposition, avec lequel il se bat comme dans un combat loyal à mains nues, corps à corps.

De son côté, le scénariste Patt Mills sait de quoi il parle : Ses récits sont minutieusement documentés, il ne manque pas un bouton à la redingote, fut-elle déchirée. On ne s’encombre pas d’explications stratégiques inutiles, seule la bataille dans son évocation la plus exaltante vaut d’être racontée. On idéalise le destin de ces millions d’hommes sacrifiés, le plus souvent dans l’anonymat. Littérature de combat qui a fait les belles heures des publications de l’éditeur britannique Fleetway : de Battle Picture Weekly où paraît Charley’s War à Battler Britton, Action, Eagle ou Dan Dare.

On s’attache à ces têtes brûlées, ces trompe-la-mort pour qui la camaraderie est ce qui reste de l’humanité. Frères de sang et de papier, littéralement.

La Grande Guerre de Charlie de Joe Colqhoun & Pat Mills
(c) Edition Delirium

D’une guerre à l’autre

On retrouve Colquhoun dans une autre série, Johnny Red, sur un scénario de Tom Tully. Nous passons de la Première à la Deuxième Guerre mondiale. Notre aviateur anglais déserte son unité et se retrouve coincé entre des nazis sanguinaires et des apparatchiks russes criminels et pleins de morgue. Le ballet des Spitfire et des Yak contre les Messerschmitt est, là encore, sans faille. Les protagonistes, à couteaux tirés, pataugent dans une fange où plus rien ne distingue le mal du bien. Seul, le héros, et le lecteur grâce à lui, sait de quel côté est la justice.

"La guerre est belle, écrivait Marinetti, parce que, grâce aux masques à gaz, aux terrifiants mégaphones, aux lance-flammes et aux petits chars d’assaut, elle fonde la souveraineté de l’homme sur la machine subjuguée. La guerre est belle, parce qu’elle réalise pour la première fois le rêve d’un homme au corps métallique. La guerre est belle, parce qu’elle enrichit un pré en fleurs des orchidées flamboyantes que sont les mitrailleuses. La guerre est belle, parce qu’elle rassemble, pour en faire une symphonie, la fusillade, les canonnades, les suspensions de tir, les parfums et les odeurs de décomposition. La guerre est belle, parce qu’elle crée de nouvelles architectures, comme celle des grands chars, des escadres aériennes aux formes géométriques, des spirales de fumée montant des villages incendiés, et bien d’autres encore..." [1]

À cette esthétisation de la guerre que revendiqua clairement le fascisme, le philosophe allemand Walter Benjamin qui se suicida en 1940 en fuyant l’Allemagne nazie, prôna de répondre par une politisation de l’art.

Cette politisation est sans aucun doute possible la voie choisie par Tardi, davantage que chez Colquhoun ou même Hugo Pratt chez qui on décèle une fascination pour ces joutes viriles.

C’est peut-être parce qu’au-delà toute interprétation idéologique, le dessinateur anglais prend la vie-même comme un combat singulier que l’on ne supporte que dans l’exaltation du courage, même s’il est vain, même s’il est imbécile.

Johnny Red de Joe Colqhoun & Tom Tully
(c) Ed. Delirium

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Album recommandé par ActuaBD dans l’émision d’Ali Rebeibi "Pop Fiction" sur sur France Inter
Pop Fiction # 14

- Commander La Guerre de Charlie T4 à la FNAC

[1Cité par Walter Benjamin in L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, 1955.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • La guerre est-elle belle ?
    15 mai 2013 09:53, par Thierry

    Bonjour,

    Il me semble que votre citation de Walter Benjamin est, en réalité, une citation de Benjamin citant Marinetti, fondateur du mouvement futuriste, à l’égard duquel il était très critique.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 mai 2013 à  10:29 :

      Pourquoi en réalité ? La citation de Benjamin est dument référencée.

      Si vous voulez préciser le contexte de cette citation, il est vrai que c’est une réponse au mouvement futuriste de Marinetti qui considère que le régime fasciste de Mussolini est la concrétisation politique de l’idéal futuriste. Marinetti adhère d’ailleurs au parti fasciste en 1919 et publie son manifeste Futurisme et fascisme en 1924.

      Ce qui frappe Benjamin, c’est la prise de conscience du caractère séducteur de l’art mis au service d’une cause comme le fascisme mussolinien, le nazisme, voire si l’on extrapole un peu, le Soviétisme. Cette réflexion se retrouvera plus tard chez Pasolini qui rend compte, notamment dans Salo, que le fascisme s’accommode très bien des références à la liberté (comme celle, totale, de Sade) et à la modernité : Sur les murs du château, on reconnaît des toiles de l’avant-garde picturale du XXe Siècle. Benjamin en donne l’antidote : politiser la lecture de l’art, ce que fera Pasolini à sa suite.

      Ma citation de Benjamin est là de façon allusive, car nous parlons ici de bande dessinée. Elle est là aussi pour inciter le lecteur à jeter un regard différent sur ce type de production qui relève d’un genre populaire dans le domaine du 9e Art. Elle invite, oui, à une lecture politique de cette bande dessinée.

      Répondre à ce message

      • Répondu par cinema-is-art le 26 juin 2013 à  14:57 :

        Entièrement d’accord avec vous, je précisais juste que le texte en italique a été écrit par Marinetti lui-même, non par Benjamin (qui reprend ici les propres mots de l’italien).

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 17 octobre 2016 à  14:35 :

          Vous avez raison, nous avons précisé les choses.

          Répondre à ce message