La supériorité aérienne, maître-mot de la stratégie des éditions Paquet

5 mai 2015 2 commentaires
  • Faut-il encore rappeler que les éditions Paquet font partie des rares éditeurs qui ont contribué à la relance de la BD d'aviation ? Si le thème fut traité jadis avec talent, ces nouvelles histoires sont parvenues à renouveler le genre. Au-delà des prouesses aériennes, elles proposent bien souvent une autre lecture de l'aventure aéronautique, intime et captivante.
La supériorité aérienne, maître-mot de la stratégie des éditions Paquet
Hellship - Scénario et dessin de Jared Muralt - Ed. Paquet

Si les zincs filent toujours dans l’azur, l’aspect héroïque (et parfois un peu boy-scout !) de ces nouveaux chevaliers du ciel laisse bien souvent la place à des conflits intérieurs tout aussi redoutables que les missiles contenus dans les soutes.

Dans le sillage de Romain Hugault, chef de file de la célèbre collection Cockpit, d’autres auteurs ont choisi de rejoindre cette escadrille éditoriale. Plus ou moins proches de la réalité historique, ces histoires privilégient un réalisme figuratif servi par un dessin précis et documenté. Elles s’attachent à explorer des sujets peu ou mal explorés par les classiques du genre. La BD d’aviation est aujourd’hui un genre à part entière avec ses inconditionnels, ses séries-phares et une production éditoriale qui, depuis quelques années, a sacrément décollé !

Jared Muralt, un nouveau venu en BD, mais déjà très prometteur.
Photo : DR

Juste reflet de ce dynamisme, les éditions Paquet proposent ces jours-ci pas moins de trois séries qui, chacune dans leur style, offrent une lecture particulière de l’épopée des aviateurs de la Seconde Guerre mondiale.

Hellship est le nom donné à ces cargos chargés de prisonniers américains amenés à sillonner les mers du Pacifique, les Japonais n’hésitant pas à les utiliser comme "boucliers humains" en cas d’attaque de l’aviation alliée.
En cette année 1944, les pilotes américains plus ou moins perturbés par des mois de combat et les conséquences sur leur vie personnelle, cherchent à finir cette guerre en multipliant les records. Une compétition entre pilotes qui ne sera pas sans conséquence...

Hellship - Scénario et dessin de Jared Muralt - Ed. Paquet

En nous faisant partager le quotidien des hommes de cette base perdue dans le Pacifique, l’auteur réussit à conjuguer à la fois les états d’âmes de ces aviateurs et la routine rythmée par les victoires au combat. Croyant tomber sur un transporteur de troupes japonais, Edward Baxter et son équipage s’apercevront trop tard d’une tragique méprise...

Typhoon - Dessins et scénario de Christophe Gibelin - Ed. Paquet

Venu du design graphique, Jared Muralt vit en Suisse. Cet autodidacte a su développer des qualités de dessin anatomique au service d’un style personnel. Plus qu’un récit de guerre, cette histoire s’attarde sur le portrait des membres de ce B25 et leur procure une dimension humaine et sensible. Un premier one-shot soigné et bien maîtrisé qui mérite le détour.

Avec le premier tome de Typhoon , nous nous retrouvons en Mai 1940 à la rencontre de Simon et Jean, deux jeunes Bruxellois chassés de leur pays par l’avancée allemande. Les deux frères cherchent à s’envoler vers l’Angleterre. Tandis que Jean, après s’être introduit dans un avion gardé par une patrouille allemande, s’envole au nez des sentinelles, son frère Simon décide de rester pour, prétend-il, continuer le combat sur le terrain... Et si celui-ci avait renoncé pour rester auprès de Madeleine, la jeune femme dont les deux frères sont tous deux amoureux. ? Une fois, parvenu sur le sol anglais, cette pensée continue d’obséder le jeune homme.

Typhoon, la nouvelle série de Christophe Gibelin, l’auteur des "Ailes de plomb" - Ed. Paquet
Avec Christophe Gibelin, il y a bien un pilote dans l’avion.

Né à Ganges, Christophe Gibelin (photo) associe dans cette histoire plusieurs évènements survenus pendant la Seconde Guerre mondiale. À travers un récit attrayant, construit de manière très cinématographique, il rend hommage à quelques grandes figures de la résistance belge. Inspiré notamment des exploits d’un héros local, l’officier Jean de Selys, l’auteur rend non seulement hommage à quelques célébrités de cette période mais propose aussi une intrigue fondée sur des faits historiques oubliés. Ces faits d’armes authentiques sont relatés dans une version romancée des chroniques des réseaux clandestins belges, aussi actifs pendant les années noires que leurs homologues français. Le titre de ce diptyque est emprunté à un avion de légende : le Typhoon qui, s’il n’est pas aussi connu que le Spitfire ou le Hurricane, fut aussi à l’origine d’exploits aériens.

C’est bien entendu l’un des aspects qui sera privilégié dans cet album à travers un traitement dynamique que l’on retrouve aussi bien dans le graphisme que dans la narration. Flash back, voix off, journal intime, jeu subtil sur la lumière... la narration adoptée par l’auteur emprunte différents procédés pour au final, nous offrir un ouvrage captivant.

"Ciel de guerre" par Philippe Pinard et Olivier Dauger - Ed. Paquet
Olivier Dauger, auteur de Ciel de guerre.
Photo : Christian Missia Dio

Adossé à un solide travail historique et documentaire, la série Ciel de Guerre s’intéresse à l’épopée d’un groupe d’aviateurs français aux avant-postes des événements qui vont marquer les premières années du conflit. De la débâcle de 1940 au soutien des escadres anglo-américaines débarquées en Afrique du Nord (jusqu’alors contrôlée par Vichy), l’aventure des aviateurs Manceau et Chatel nous donne un point de vue original sur un aspect peu connu de la Seconde Guerre mondiale : l’engagement des pilotes de l’armée de l’air.

Dans ce second tome (la série doit en compter quatre), l’escadrille des Diables Rouges subit les assauts de l’envahisseur et connaît des pertes sévères. Étienne de Tournemire et André Manceau livrent leurs derniers combats tandis qu’au sol, les réfugiés fuient les attaques aériennes. L’armée de l’air se retrouve aux ordres de Vichy tandis que la flotte française est bombardée par les Anglais. Troublés dans leurs convictions, les pilotes sont partagés entre l’idée de rester fidèle au Maréchal Pétain qui appelle à la collaboration ou celle de s’engager dans les Forces françaises libres d’Afrique du Nord.

Passionné d’aviation, le scénariste Philippe Pinard nous propose un récit, quoiqu’un peu bavard, précis et érudit présentant les faits historiques et les choix personnels (pas si faciles !) auxquels sont contraints les protagonistes de cette épopée. Amateur inconditionnel de la Ligne claire, Olivier Dauger (photo) sert avec justesse et précision le propos de cette histoire. Même si l’on peut regretter un manque de fantaisie ou d’humour, l’ensemble reste fidèle aussi bien à la technique qu’à l’esprit de ce style de narration, ce qui contribue à rendre cette épopée vraisemblable et réaliste. Sage et appliqué, l’ouvrage reste parfaitement crédible.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander "Ciel de guerre" T 2 - Par Pinard et Dauger - Editions Paquet chez Amazon ou à la FNAC

- Commander "Hellship" chez Amazon ou à la FNAC

- Commander "Typhoon T 1" chez Amazon ou à la FNAC

© Illustrations Pinard & Dauger– Editions Paquet 2015
© Illustrations Murlat– Editions Paquet 2015
© Illustrations Gibelin– Editions Paquet 2015

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Bonjour,
    En lisant votre article, j’ai été surpris de lire que Gibelin était né en Belgique. Mais où donc se situe ce beau village de Ganges ? C’est là que j’ai trouvé sur son propre site que Ganges se trouve dans l’Hérault, dans le sud de la France... Déception !
    A part cela, merci pour l’article qui me permet de me tenir informé de ces nouveautés :-)

    Bien à vous,

    Stéphane Jacobs

    Répondre à ce message

    • Répondu par Patrice Gentilhomme le 5 mai 2015 à  22:17 :

      Vous avez raison, il s’agit d’une malencontreuse coquille. C’est corrigé.
      P.G.

      Répondre à ce message