Lupus - Volume 4 - Frederik Peeters - Atrabile

1er mai 2006 0 commentaire
  • Suite et fin de l'errance intersidérale de Lupus et de sa compagne, pour une conclusion en demi-teintes.

Sanaa et Lupus continuent à vivre sur la base de loisirs qu’ils avaient atteinte dans le tome précédent. La grossesse de Sanaa va les obliger à remettre en question leur routine et à résoudre une bonne fois pour toutes le problème de leur fuite devant les hommes du père de la jeune femme.

Frederik Peeters reprend ici la même structure que précédemment, avec de nombreux flash-backs présentant la jeunesse de Lupus, la relation qui se détériore entre son père et sa mère, et le début de son amitié avec Tony. Les éléments de science-fiction sont aussi utilisés avec parcimonie, comme ce robot à tout faire qui se détraque ou l’apparition d’une drôle de plante aux formes variées qui donne l’occasion à l’artiste de nous présenter quelques cases quasi abstraites d’une grande beauté.

L’ambiance de la première moitié de l’album est plutôt contemplative, comme si le temps s’était arrêté pour les deux protagonistes qui attendent la naissance de leur enfant. Le ton change dans la suite, avec l’arrivée de quelqu’un que Lupus ne pensait plus revoir, et la disparition de Sanaa. Lupus va devoir faire face à la réalité, et décider de l’avenir de son bébé.

La fin attendue de cette série ne déçoit pas. Graphiquement, Peeters est toujours au meilleur niveau, avec ses personnages ni beaux ni moches, juste touchants, ses décors présents sans être étouffants, et sa narration où les instants de pause renforcent une sorte de tension calme qui traverse l’album.
Lupus est sans aucun doute une des meilleures BD de ces dernières années, et on ne peut qu’attendre impatiemment le prochain voyage dans lequel nous emmènera l’auteur, le prochain genre qu’il décidera d’aborder.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?