Magdala, Alchemist Path T4 - Par Aco Arisaka & Isuna Hasekura - Ototo

12 octobre 2015 0 commentaire
  • Fin des aventures de Kûsla et Fenesis qui s’achève sur une histoire de ville assiégée et une fin ouverte. Indépendamment de la question de voir le récit s’arrêter brutalement, une nouvelle fois nous devons conclure que ce qui nous est raconté ne nous convainc guère…

Ce dernier tome de Magdala reprend tout d’abord l’histoire des bergers chercheurs d’or (ou supposés l’être) débutée dans le précédent. Kûsla et Fenesis ont été envoyés à leur rencontre par la Légion, pour déterminer la nature exacte de leurs activités… sachant que l’existence d’une prospection d’or signifierait pour eux la mort.

Cette intrigue se termine par une prise de conscience de Kûsla qui réalise combien il tient à Fenesis en dépit de sa philosophie de ne se lier à personne. Un sujet qui nous retrouvons de façon encore plus prononcée dans l’histoire suivante (et finale du manga) sous forme d’un choix pour notre héros alchimiste.

Cette fois-ci Kûsla devra décider s’il est prêt à abandonner la jeune femme, même si c’est pour son bien. En effet en arrivant dans la ville païenne de Kazan, la Légion dont font partie nos héros se retrouve assiégée par une armée païenne.

Face à l’inévitable défaite qui les attend, Kûsla et ses compagnons projettent de se séparer : les hommes vont tenter de s’échapper tandis que les femmes, dont Fenesis, vont se mêler aux réfugiés et aux autochtones.

Magdala, Alchemist Path T4 - Par Aco Arisaka & Isuna Hasekura - Ototo
Découverte de la ville païenne de Kazan
© 2013 Aco ARISAKA / Isuna HASEKURA / KADOKAWA SHOTEN

Si le plan est bon, il implique une séparation quasi définitive pour notre couple, et de choisir pour notre héros entre la logique et ses sentiments. Rongé par un désir qu’il ne peut plus cacher Kûsla finit par se décider pour un autre plan, audacieux et hasardeux, pour repousser les assiégeants et rester tout ensemble.

Le récit de ce dernier tome se trouve donc entièrement consacré à la romance entre Kûsla et Fenesis, et malheureusement ne nous convainc pas beaucoup plus que lors des précédents tomes.

Si l’alchimiste se montre moins odieux et pédant, ses états d’âmes peinent à convaincre tant ils reposent sur des situations qui manquent de mordant et s’attachent à une héroïne dont la passivité et le manque de personnalité laissent songeur.

Bien que le light novel [1] original se poursuive toujours, cette adaptation manga s’arrête avec ce quatrième tome, en plein milieu de l’intrigue, et du siège, et sur une fin forcément ouverte.

Si nous pensons avoir compris le propos de l’œuvre -la découverte de l’amour chez un alchimiste qui a abandonné tout sentiment pour réaliser son objectif- le résultat ne nous a franchement pas convaincu et cette fin ouverte et brutale, n’arrange pas les choses.

Avec ses personnages soit passif, soit antipathique, semblant se complaire dans des situations de dominations à sens unique, et des intrigues plus évoqués que traités, Magdala nous apparaît comme un échec, une copie sans âme de Spice and Wolf, et une œuvre gênante pour un auteur, Isuna Hasekura, qui nous a pourtant enchanté par le passé… A oublier.

Nos héros réussiront-ils à rester ensemble ?
© 2013 Aco ARISAKA / Isuna HASEKURA / KADOKAWA SHOTEN

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Magdala, Alchemist Path T4. Par Aco Arisaka (dessin), Isuna Hasekura (histoire originale) & Tetsuhiro Nabeshima (character design). Traduction Nicolas Pujol. Ototo, collection "Seinen". Sortie le 24 septembre 2015. 180 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Magdala, Alchemist Path sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2,
- Lire la chronique du tome 3.

Spice & Wolf sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 5
- Lire la chronique du tome 6
- Lire la chronique du tome 10
- Lire la chronique du tome 11

[1Light novel : petits romans d’aventure feuilletonnants, souvent illustrés, simple formellement, très populaires au Japon, notamment auprès du jeune public.

  Un commentaire ?