Mitterrand - de Gaulle, le duel de la rentrée ?

18 septembre 2015 2 commentaires
  • En cette période de rentrée, deux anciens présidents de la République se retrouvent face à face par éditeurs interposés. De Gaulle et Mitterrand sont sans nul doute parmi les hommes politiques qui ont le plus marqué la politique française de la fin du vingtième siècle. Les voici à nouveau rivaux en librairie...

Mitterrand - de Gaulle, le duel de la rentrée ?Bien qu’issus de deux générations différentes mais proches, (le premier est né en 1890 et le second en 1916), les deux hommes n’ont pas manqué de se croiser et de s’affronter sur le plan des idées et sur le terrain électoral. Qui se souvient encore que l’homme du 18 juin et le socialiste s’opposèrent lors de l’élection présidentielle de 1965 ? Duel suprême pour ces deux personnages qui traversèrent le siècle, ses guerres, ses espoirs et aussi ses désillusions. Des tumultueuses années 1930 à la guerre d’Algérie en passant par la Seconde Guerre mondiale, ils n’ont cessé de se croiser pour finir chacun leur tour à l’Élysée.

À la faveur de deux publications, les voilà à nouveau face à face, ou si l’on veut, en concurrence, dans les bacs de nos libraires. Deux albums aussi différents dans leur forme que dans leur narration rappelant implicitement leur opposition féroce étayée d’une forme de posture romanesque.

Bamboo pour de Gaulle et Rue de Sèvres pour Mitterrand ont relevé le défi d’en faire des héros de BD en s’intéressant à la jeunesse des deux futurs présidents de la République. Il est vrai que pour l’un comme pour l’autre, les itinéraires personnels sont suffisamment riches et que la personnalité de chacun s’est affirmée originale, atypique dans le contexte de périodes troubles et tumultueuses.Si les grands hommes font l’histoire, leurs biographies fournissent-elles forcément de bonnes histoires, mais aussi... de bonnes BD ? C’est tout l’enjeu de la démarche de cette joute éditoriale proposée en cette rentrée par les deux éditeurs.

Pour sa part, l’album Bamboo raconte la jeunesse du Général, et plus précisément sa participation à la Première Guerre mondiale. On sait peu qu’avant d’être l’homme de la résistance au nazisme, monté au front en 1914, il fut prisonnier dans les geôles allemandes. Tenace et rebelle, le jeune capitaine tenta par cinq fois de s’évader… sans succès !

De Gaulle prisonnier cherchant à s’évader, un vision inhabituelle du grand Charles !

Ce premier livre, judicieusement appelé « Le Prisonnier », couvre donc la période de 1916 à 1921, des tranchées et de la prison au mariage ! Le scénario, dû à l’historien Jean-Yves Le Naour ("La Faute au Midi") s’avère précis et documenté, se revendique érudit et sérieux ; la présence d’un cahier documentaire richement illustré est là pour convaincre le lecteur du sérieux de l’entreprise !

Ce portrait du jeune officier plein d’assurance et d’ambition apparaît fidèle à la légende sans pour autant négliger certains aspects moins sympathiques comme sa pugnacité ou son caractère orgueilleux, voire suffisant. Mais si notre héros se retrouve emprisonné à plusieurs reprises, le scénario n’en est pas moins victime d’une image un peu trop lisse et finalement très politiquement correcte de l’histoire.

Le dessin sage et appliqué de Claude Plumail (auteur des Taxis de la Marne avec le même scénariste également chez Grand Angle) renforce cette impression d’histoire officielle et plutôt peu aseptisée. Fluide et précis le graphisme de l’ancien collaborateur de José Ribera s’accorde parfaitement avec le propos convenus et bienveillants. Techniquement parfait, vraisemblablement irréprochable sur le plan historique, cette biographie séduira sans doute la clientèle des musées historiques et les sympathisants du gaullisme, mais on regrettera le souffle et le dynamisme qui auraient pu captiver de nouveaux lecteurs.

Mitterrand, un héros insaisissable et romantique.

En adoptant un format et un style de narration dans l’esprit des romans graphiques, Rue de Sèvres choisit un autre positionnement. Personnage plus sulfureux, ambivalent, le futur président socialiste s’avère être un meilleur client pour susciter l’intérêt. Jeune bourgeois flirtant avec l’extrême droite, pétainiste ambitieux et opportuniste, le jeune Mitterrand rejoint la Résistance après une période difficile comme prisonnier de guerre. Aussi insaisissable sur le plan intellectuel que sentimental, le jeune homme de droite exerce une réelle fascination sur Philippe Richelle, scénariste remarqué par des séries comme Amours fragiles ou, plus récemment, Les Mystères de la République (Glénat) . Ce nouveau livre sur Mitterrand a le mérite de mettre en images une période mal connue de la vie du Président, source de polémiques ou de fantasmes.

En plus de 130 pages, cette chronique dévoile un jeune homme cultivé, séducteur, passé maître de l’ambiguïté et nous offre le portrait d’un des personnages romanesques du siècle. Œuvre de fiction, le récit révèle une connaissance approfondie du « sujet » que soutient une forte documentation. Puisant aussi bien dans les archives que dans les ouvrages de Pierre Péan ou de Robert Schneider, les auteurs éclairent d’un œil neuf les relations particulières que l’homme a pu nouer dans sa prime jeunesse avec Roger Patrice-Pelat ou d’autres, relations qui illustrent encore aujourd’hui le caractère ambigu du personnage.

La force du récit réside donc dans cette capacité à restituer la personnalité trouble et ambivalente d’un jeune homme des années 1930, période confuse, règne des certitudes idéologiques et des prêts à penser dans lesquelles se cherche ce passionné de politique, de littérature et de jolies femmes !

Roger Patrice Pelat, un ami qui deviendra bien encombrant pour le président Mitterrand.

Venu de l’illustration d’ouvrages destinés à la jeunesse, Frédéric Rébéna donne à cette histoire une certaine spontanéité à l’aide d’un dessin rapide, tout juste soutenu par un recours à une technique du noir et blanc simple et directe. En écho à l’ambiguïté du héros, la force du trait varie, évolue dans sa forme et sa précision au risque de ne pas toujours favoriser la reconnaissance des personnages. Faudrait-il y voir une concession à la tonalité générale du récit ou à la personnalité du héros ?
Sans forcément chercher à convaincre par la structure du récit ou par le graphisme, ce livre suscite malgré tout l’intérêt. Paradoxalement, cette modestie des moyens utilisés, à l’image de son personnage rend cette chronique attachante et séduisante.

Deux hommes, deux portraits, deux angles différents à découvrir.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

© Illustrations Le Naour & Plumail – Editions Bamboo 2015
© Illustrations Richelle & Rebena – Editions Rue de Sèvres 2015

Commander Charles de Gaulle T1 le prisonnier chez Amazon
ou à la FNAC

Commander Mitterrand, un jeune homme de droite chez Amazon

ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :