My Street - T1 : La Folle aux abeilles - NIE Jun - Xiao Pan

25 février 2006 0 commentaire
  • Deuxième album d'un nouvel éditeur de BD chinoises. Cette fois-ci, nous partons pour un futur proche, où un jeune homme essaie de survivre dans un environnement de violence et de meurtres quant à lui réaliste, mais décalé.

Changement complet par rapport au Fils du marchand, avec cet album de NIE Jun. Dans le format, tout d’abord : on est ici face à un album au format manga, noir et blanc, d’une centaine de pages (suivi d’un carnet de croquis très fourni). Dans le genre d’histoire et l’ambiance, ensuite : Maoye est un ado qui fait partie d’un gang bientôt attaqué par des rivaux. L’un des membres du gang, agonisant, confie à Maoye un paquet contenant de l’argent, à remettre à sa fille. Le jeune homme s’enfuit. Blessé, il est recueilli par une vieille femme entourée d’abeilles, qui lui raconte une histoire d’amour sans espoir. Sa rencontre avec la jeune fille de son partenaire décédé va l’impliquer dans toute une série d’événements curieux, la demoiselle étant un vrai aimant à emmerdes.

My Street - T1 : La Folle aux abeilles - NIE Jun - Xiao Pan

Le dessin et la narration de l’auteur sont tous deux frappants : le trait est stylisé, les personnages étant assez éloignés du réalisme, contrairement aux décors et machines représentées (les sortes de motos volantes constituant l’un des rares éléments de science-fiction). La narration, plus par le cadrage que par le découpage, demande un certain effort au lecteur, par l’impression de désorientation qu’elle provoque. On pourrait dire qu’elle rend finalement la perte de repères et la confusion des personnages dans cet univers violent, aussi bien physiquement que psychologiquement.

Série prévue sur cinq volumes, My Street entraîne facilement le lecteur dans son univers, grâce à des personnages à la loufoquerie inquiétante et à une intrigue à la tension constante. Un bon début dans notre pays pour un jeune auteur dont une autre œuvre sera proposée par le même éditeur.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?