Notre mère la guerre (première complainte) - Par Maël & Kris - Futuropolis

23 décembre 2009 2 commentaires
  • Décidément très productif, le scénariste Kris donne une vision singulière de la guerre des tranchées : au milieu des lignes de front, alors que la boucherie de 14-18 bat son plein, des meurtres de jeunes femmes s'accumulent. Une première partie qui brille par sa mise en images et son efficacité narrative.

C’est le début de la guerre. 1915, en Champagne. Alors que les morts se comptent par dizaines de milliers, des crimes plus confidentiels sont perpétrés. Les victimes : des femmes, avec à chaque fois, une lettre rédigée par le tueur sur le cadavre. Un gradé de la gendarmerie mène l’enquête. Il va découvrir l’enfer des tranchées, et ne pas beaucoup avancer dans son travail d’investigation...

Construit avec un flash-back de départ, où l’on découvre le personnage principal, le lieutenant Vialatte, bien mal en point, Notre mère la guerre réussit à nous passionner à nouveau pour cette guerre effroyable, tant décrite par Tardi.

Grâce à un texte superbe, une narration ambitieuse et bien dialoguée, Kris réalise un de ses meilleurs scénarios. En s’épaulant de Maël, au trait qui peut s’avérer si tranchant, il donne à cet album, premier d’un diptyque, une dimension supérieure. Le propos est dur, certes, mais permet d’entrer dans une réalité historique indispensable à tous. Notre mère la guerre (première complainte) - Par Maël & Kris - Futuropolis

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :