Passé, présent, futur : trois générations de mangaka s’exposent au British Museum

1er septembre 2015 2 commentaires
  • Pour célébrer les 10 ans de collaboration avec le grand quotidien japonais Asahi Shimbun, le haut lieu de la culture londonienne, le British Museum accueillera à partir de ce jeudi 3 septembre une expo exceptionnelle consacrée aux mangas et à trois de ses plus talentueux représentants.
Passé, présent, futur : trois générations de mangaka s'exposent au British Museum
Ashita no Joe
Tetsuya Chiba & Asao Takamori (c) Kōdansha
Glénat pour la version française

Si vous êtes de passage à Londres du 3 septembre au 15 novembre 2015, ne manquez pas la nouvelle exposition consacrée au manga au British Museum. En effet, le célèbre musée londonien accueillera dans sa salle 3 l’événement Manga now three generations, un accrochage dédié aux derniers travaux de Chiba Tetsuya, Hoshino Yukinobu et Nakamura Hikaru, trois auteurs de générations différentes mais dont les œuvres témoignent du dynamisme de leur médium.

À travers cette manifestation, les promoteurs veulent illustrer l’influence qu’a le manga sur la culture populaire japonaise et mondiale. Reflet des préoccupations de la société japonaise, le manga joue aussi un rôle de catalyseur de changement ou de protestation. Chacun des auteurs mis à l’honneur illustre la profondeur de ce genre venu du Soleil Levant.

Fair Isle Lighthouse Keepers Golf Course
Dessin à l’encre et en couleurs de Tetsuya Chiba (c) Chiba Tetsuya.
2015

Né le 11 janvier 1939 dans le quartier de Tsukiji situé dans la baie de Tokyo, Tetsuya Chiba est mondialement connu pour être le dessinateur du manga Ashita no Joe. Scénarisé par Asao Takamori, Ashita no Joe raconte le parcours de Joe Yabuki, un adolescent doué pour la boxe mais qui est réfractaire à l’autorité.

Œuvre culte, publiée en France par Glénat, ce shōnen [1] est devenu l’emblème des mouvements d’extrême-gauche au Japon. Ainsi, en 1970, l’Armée rouge japonaise [2], un groupe armé issu de la Nouvelle gauche nippone et connu chez nous pour avoir perpétré le massacre de l’aéroport de Lod à Tel Aviv [3] en 1972 et la prise d’otage de l’ambassade de France de La Haye aux Pays Bas en 1974, détourna un avion pour protester contre l’aide que fournit le gouvernement japonais à l’armée américaine durant la guerre du Viêt Nam. Lors de la prise d’otages, les extrémistes auraient déclaré aux médias : “Nous sommes Ashita no Joe”, sans aucune autre déclaration. Suite à cela, les autorités japonaises firent pression sur l’éditeur Kôdansha qui publiait ce manga afin qu’il cesse définitivement de paraître. Précisons que Tetsuya Chiba est le frère ainé de Akio Chiba, auteur de manga lauréat du Prix Shōgakukan en 1977 pour les mangas Captain et Play Ball.

Le Trou bleu
Yukinobu Hoshino (c) Kōdansha
Casterman pour la version française

Pour les fans de Trou bleu, ce diptyque de science-fiction écolo publié chez Casterman en 1996, le nom de Yukinobu Hoshino n’est certainement pas inconnu... Né le 29 janvier 1954 à Kushiro sur l’île d’Hokkaido dans le nord du Japon, le lauréat du Prix Tezuka 1975 [4] pour les œuvres Kyôjintachi no densetsu et Harukanaru Asa est surtout connu pour ses seinen [5] de science-fiction. Son style très marqué par l’humour dès le début de sa carrière, évolua progressivement vers le gekiga [6]).

En 2009, Yukinobu Hoshino fit une première incursion au British Museum en mettant en scène son personnage le Professeur Munakata dans une enquête policière intitulée Professor Munakata’s : British Museum adventure.

Enfin, le dernier auteur japonais à être mis à l’honneur dans cette exposition est Nakamura Hikaru. Originaire de la préfecture de Shizuoka, Nakamura Hikaru est né le 21 avril 1984. Son œuvre majeure est la série Les Vacances de Jésus et Bouddha. Publié chez nous aux éditions Kurokawa. Ce seinen humoristique a connu un phénoménal succès au Japon, s’écoulant à 2,6 millions d’exemplaires, ce qui fait de son auteur le septième best-seller de l’archipel. En 2009, ce manga fut sélectionné pour concourir pour le Prix Manga Taishō. Il reçut la même année le Prix culturel Osamu Tezuka de l’histoire courte. Le travail de Nakamura Hikaru s’intéresse particulièrement à la jeunesse et à la vie quotidienne et culturelle japonaise.

De nombreuses animations gratuites seront organisées durant toute la durée de l’expo parmi lesquelles un atelier sur le shōjo [7], le dessin dans le manga ou encore l’événement spécial Otaku Attack !

Les Vacances de Jésus et Bouddha
Hikaru Nakamura (c) Kōdansha
Kurokawa pour la version française

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

British Museum : Manga now three generations
Salle 3
Exposition du 3 septembre au 15 novembre 2015.
Entrée gratuite

Le programme complet est à voir sur le site du British Museum.

En médaillon : Rainman par Hoshino Yukinobu (c) Shogakukan.

À lire sur ActuaBD.com :
L’article consacré à Stéphane Ferrand, éditeur du catalogue mangas chez Glénat.

[1Manga pour jeunes garçons.

[2Connu aussi sous le sigle JRA, l’acronyme international pour Japanese Red Army ou encore Armée Rouge arabe lors des événements survenus en Israël.

[3Aujourd’hui aéroport international David-Ben-Gourion.

[4À ne pas confondre avec le Prix culturel Osamu Tezuka. Le Prix Tezuka désigne une récompense remise deux fois par an au Japon à un manga en privilégiant les nouveaux artistes, tandis que le Prix culturel Osamu Tezuka est un prix annuel octroyé par le journal Asahi Shimbun, un des grands quotidiens nationaux japonais.

[5Manga pour jeunes adultes.

[6Manga dramatique au sens premier du grec « pièce de théâtre » ayant pour cible un public adulte.

[7Manga pour jeunes filles.

 
Participez à la discussion
2 Messages :